Publié par Magali Marc le 24 novembre 2022
Le retour du mouvement MAGA ne peut se faire sans Donald Trump

Le mouvement MAGA (« Make America Great Again ») de Donald Trump reconnaît que les États-Unis se sont égarés du programme initial bâti par les pères fondateurs. Il est un cri de ralliement pour les amoureux de la liberté et il constitue un rejet du programme dominateur du Gouvernement Global adopté par les disciples du Forum économique mondial. Le mouvement MAGA rejette la collectivisation et le traitement des individus en tant qu’éléments insignifiants de groupes raciaux disparates, et fait la promotion d’un gouvernement restreint, avec des citoyens autonomes jouissant de leur libre arbitre comme le souhaitait George Washington.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de J.B. Shurk, paru sur le site d’American Thinker, le 23 novembre.

Devenez « lecteur premium », pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







******************

Le retour du Grand Roi MAGA

Le « Grand Roi MAGA » – c’est ainsi que Joe Biden et d’autres ont appelé Donald Trump, et il est difficile de ne pas s’amuser de la frivolité de ce surnom, même si ce n’est pas ce que les manipulateurs de Dementia Joe avaient en tête.Je n’ai jamais été en faveur de la royauté.

J’aime lire au sujet des rois, comme j’aime lire l’histoire des États-nations du monde entier. Mais je suis un Américain, et comme n’importe lequel de mes vigoureux compatriotes craignant Dieu peut en témoigner, ce qui coule dans nos veines inclut une prédisposition naturelle à supprimer les privilèges de la monarchie. On dit depuis son époque que si le Président George Washington l’avait souhaité, il aurait pu établir une monarchie américaine et devenir roi.

Au lieu de cela, il a consciemment choisi de suivre les traces de Cincinnatus, qui a pris le contrôle de la République romaine lors d’une invasion deux millénaires et quart plus tôt, avant de renoncer à ses énormes pouvoirs après sa victoire et de retourner dans son humble ferme.

De même, George Washington est retourné au Mont Vernon après seulement deux mandats, et le précédent qu’il a créé pour ses successeurs a également limité leurs mandats, jusqu’à ce que les quatre victoires présidentielles consécutives de M. Roosevelt entraînent l’adoption du 22e amendement, qui met en application la vertu républicaine de M. Washington.

L’étrange sagesse de notre premier président a contribué à l’édification d’une nation américaine attachée à des principes qui vont au-delà de la loyauté envers un seul homme.Lorsque j’applaudis avec enthousiasme le titre que Joe le Décrepit donne à Donald Trump, je ne le fais pas avec la croyance erronée que seul Donald Trump peut ou devrait occuper le poste de président.

Je ne crois pas que l’Amérique devrait être un pays où les dirigeants dominent leurs sujets et règnent sans partage. Depuis des décennies maintenant, un énorme pouvoir économique et politique s’est accumulé entre les mains d’une petite poignée de personnes à Washington, et les dirigeants américains ont prouvé qu’ils n’avaient ni la force ni l’envie de rectifier cette calamité.

Les politiciens nationaux peuvent prétendre qu’ils défendent les vertus républicaines de George Washington, mais lorsqu’ils président un État de surveillance de la sécurité nationale qui adopte la censure, la prise de décision unilatérale et la persécution politique, ils sont des tyrans qui déguisent leur autoritarisme en « démocratie ».

Seul Donald Trump a jusqu’à présent osé mettre en jeu sa sécurité et sa liberté personnelles pour dénoncer ce que Washington, D.C. est devenu, et seul il a risqué la destitution, la mise en examen et l’incarcération pour avoir osé dire la vérité.

Dans mon esprit, ce genre de sacrifice personnel ne peut être ignoré.

Tout comme Cincinnatus a quitté sa ferme et Geroge Washington a quitté Mount Vernon pour des causes plus importantes que leur propre confort, le Président Trump est prêt à quitter Mar-a-Lago et à tout risquer à nouveau, et je lui en suis reconnaissant.Je crois que l’Amérique devrait être un pays dont la légitimité du gouvernement réside dans le consentement du peuple et dont la structure fédéraliste et la séparation républicaine des pouvoirs divisent l’autorité entre les personnes occupant des fonctions en parties aussi petites et concurrentes que possible.

Je suis contre l’accumulation d’un pouvoir excessif en quelque endroit que ce soit aux dépens des autres – que cet excès prenne la forme d’un gouvernement national centralisé étranglant la souveraineté des États, d’une bureaucratie administrative agissant unilatéralement comme si les pouvoirs du Congrès et de l’exécutif n’étaient plus distincts, ou de la lente usurpation par le gouvernement fédéral de libertés appartenant uniquement aux citoyens individuels en tant que droits naturels.

Chaque fois qu’un gouvernement exerce sa juridiction sur des êtres humains, la forme exacte du gouvernement passe au second plan par rapport à l’importance de la liberté individuelle.

Lorsque la liberté individuelle est protégée et peut s’épanouir, la société prospère et l’humanité progresse.

Là où la liberté humaine n’est ni respectée ni recherchée, seuls l’esclavage, la misère et le dénuement progressent.

Les Pères fondateurs de l’Amérique, conscients que l’histoire de l’humanité est une histoire récurrente de liberté perdue et gagnée, d’émancipation et de défaite, ont consciemment construit un gouvernement contradictoire conçu pour opposer les ambitions personnelles les unes aux autres, tout en empêchant l’agrégation du pouvoir dans un seul homme.

En créant une structure constitutionnelle qui encourage les luttes de pouvoir entre les individus et leur gouvernement, entre les gouvernements des États et le gouvernement fédéral, et entre les branches du gouvernement fédéral lui-même, l’intention de James Madison et de ses collègues était de maximiser la liberté humaine et de minimiser le contrôle de l’État.

Cette reconnaissance singulière que la protection de la liberté individuelle est l’objectif principal du gouvernement et que toutes les formes légitimes de gouvernement reposent donc sur le consentement continu du peuple était – et demeure – révolutionnaire.

L’autorité politique au sommet d’une hiérarchie aristocratique n’était plus justifiée simplement parce que les détenteurs du pouvoir brut le voulaient, mais il était reconnu que le pouvoir résidait d’abord dans le peuple, qui conférait ensuite aux fonctions politiques une autorité temporaire. Considérées dans leur ensemble, la Déclaration d’indépendance et la Constitution des États-Unis ont effectivement bouleversé la rationalisation historique du pouvoir gouvernemental.

Et l’on peut dire sans se tromper que la noblesse dirigeante traditionnelle du monde – ceux que nous pourrions appeler les « élites » d’aujourd’hui – a tenté de remettre ce génie américain dans sa bouteille depuis lors !

Ainsi, lorsque j’accueille avec une certaine ironie l' »hommage » de Joe Biden au Président Trump en tant que « Grand Roi MAGA », je le fais sans aucun intérêt à ce qu’il règne un jour sur nous, mais plutôt avec la conviction sincère qu’il continue à aider les Américains qui cherchent à se libérer de leurs dirigeants !

S’il est un « roi », il l’est dans la lignée de Cincinnatus et de George Washington – un homme qui se bat contre ceux qui voudraient le détruire.

Un homme qui continue à mettre sa sécurité personnelle et sa liberté en danger pour défendre sa nation. Un homme qui a à la fois gagné et perdu tant de choses parce qu’il refuse de se mettre au pas.

Comme ces deux géants avant lui, il choisit l’épreuve personnelle et ne tolère pas la défaite.

MAGA : Rendre sa grandeur à l’Amérique

Le refus de Donald Trump de reculer en dit long sur ce que signifie « Make America Great Again » [Rendre sa grandeur à l’Amérique].

Il s’agit à la fois d’une reconnaissance du fait que le pays s’est égaré de ses fondements de liberté et d’un cri de ralliement pour les amoureux de la liberté afin d’aider à implanter à nouveau ces fondements.Il constitue un rejet du programme dominateur du Gouvernement Global adopté par les disciples du Forum économique mondial et cherche à revenir à un pouvoir politique localisé – y compris les pouvoirs les plus importants qui appartiennent entièrement à chaque individu, là où est leur place.

Il rejette les systèmes économiques qui prétendent être des marchés libres efficaces, alors qu’en réalité ils ne sont rien d’autre que des systèmes de contrôle mondial dirigés et exploités par des monopoles multinationaux, des cartels et des oligarchies bancaires.

Il rejette la fausse prémisse selon laquelle les droits de l’homme naturels et inviolables sont simplement « donnés » par les gouvernements aux citoyens et il fait avancer l’abandon par les Lumières du pouvoir brut et aristocratique accaparé par une minorité.

Il rejette la collectivisation forcée et le traitement des individus en tant qu’éléments insignifiants de groupes raciaux disparates et accorde, au contraire, une grande valeur à la vie de chaque individu.

MAGA, en d’autres termes, fait la promotion d’un gouvernement restreint, avec des citoyens autonomes jouissant de leur libre arbitre et de leur liberté individuelle.

Pour l’instant, ces précieux objectifs ont un champion en la personne de Donald Trump – l’Américain que Joe Biden craint et décrit comme étant le « Grand Roi MAGA ».

Le Président Trump n’est pas un roi, mais il est aussi comme aucun autre Américain vivant aujourd’hui. Les politiciens et les bureaucrates qui occupent Washington se sont cachés derrière les vertus civiques de notre premier président tout en salissant sa bonne réputation.

Le Président Trump se bat pour ramener l’idée de liberté de George Washington. Il se bat pour une renaissance américaine de nos principes fondateurs.

Il se bat pour redorer le blason de George Washington, pour donner aux Américains l’occasion de reconquérir leurs droits perdus et pour donner à notre pays la dernière chance de changer de cap, de se renouveler et survivre.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : American Thinker

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous