Publié par Jean-Patrick Grumberg le 9 décembre 2022
1 an, ou zéro an à la naissance ? Les Sud-Coréens vont rajeunir grâce à l’abandon de la méthode traditionnelle de calcul de l’âge

Les législateurs ont accepté d’adopter la norme internationale, un changement qui rajeunira d’un ou deux ans les citoyens sud-coréens sur les documents officiels.

Devenez « lecteur premium », pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







La Corée du Sud a adopté jeudi des lois visant à supprimer sa méthode traditionnelle de calcul de l’âge et à adopter la norme internationale, ce qui aura pour effet de rajeunir d’un ou deux ans l’âge des citoyens sur les documents officiels. Les Coréens ont un an à la naissance, et une année est ajoutée chaque 1er janvier. C’est l’âge le plus souvent cité dans la vie quotidienne.

Un système distinct existe également pour la conscription ou le calcul de l’âge légal pour boire de l’alcool et fumer, dans lequel l’âge d’une personne est calculé à partir de zéro à la naissance et une année est ajoutée le 1er janvier, contrairement à nous.

Toutefois, depuis le début des années 1960, la Corée du Sud utilise également, pour les documents médicaux et juridiques, la norme internationale consistant à calculer l’âge à partir de zéro à la naissance et à ajouter une année à chaque anniversaire.

Cet ensemble de systèmes multiples et déroutants disparaîtra – du moins sur les documents officiels – lorsque les nouvelles lois qui stipulent l’utilisation de la seule méthode internationale de calcul de l’âge entreront en vigueur en juin 2023.

« La révision vise à réduire les coûts socio-économiques inutiles, car les litiges juridiques et sociaux ainsi que la confusion persistent en raison des différentes manières de calculer l’âge », a déclaré au Parlement Yoo Sang-bum, du parti au pouvoir, le People Power Party.

Jeong Da-eun, une employée de bureau de 29 ans, a déclaré qu’elle était heureuse de ce changement, et qu’elle avait toujours dû y réfléchir à deux fois lorsqu’on lui demandait son âge à l’étranger.

« Je me souviens que les étrangers me regardaient avec perplexité parce qu’il me fallait beaucoup de temps pour donner une réponse sur mon âge ».

Et puis…

« qui ne serait pas heureux de rajeunir d’un an ou deux ? » a-t-elle ajouté.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous