Publié par Guy Millière le 9 décembre 2022
Amazon (et d’autres librairies en ligne) ont assassiné mon livre « Après la démocratie ? »

J’ai publié plus de cinquante livres. Je sais comment fonctionne le monde de l’édition. Je sais aussi comment fonctionne le monde de la vente des livres.

 J’ai publié en 2003 un livre qui s’est très bien vendu. Le livre a même eu les meilleures ventes de l’année pour mon éditeur de l’époque (La Martinière). Des émissions de télévision ont été consacrées au livre. De nombreux libraires l’ont mis en devanture. La FNAC des Ternes à Paris a consacré au livre un mur entier. Le livre s’appelait Ce que veut Bush. J’étais le seul auteur français à connaitre de l’intérieur l’administration de George Walker Bush. J’expliquais de manière précise et détaillée dans le livre la doctrine Bush, et l’inquiétude en France et en Europe concernant ce que George Walker Bush allait faire était intense. Même ceux qui détestaient George Walker Bush ont lu le livre. C’était juste avant la guerre en Irak, et nombre d’Européens prenaient George Walker Bush pour un fou, et craignaient une guerre mondiale.

Devenez « lecteur premium », pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







Mon éditeur de l’époque, très content du succès du livre, m’a demandé d’écrire la suite, ce que j’ai fait immédiatement. Après avoir achevé l’écriture du livre à Paris, je suis parti aux Etats-Unis pour quelques semaines, et un matin, j’ai reçu un coup de téléphone. J’étais à San Antonio, au Texas, je m’en souviens. C’était mon éditeur de l’époque. Il m’a dit qu’il rompait le contrat et ne publierait pas le livre, et il a ajouté qu’il ne pouvait pas m’expliquer pourquoi. Il ne m’a ensuite plus jamais répondu au téléphone.

J’ai dû publier le livre chez un plus petit éditeur. J’ai publié de nombreux livres ensuite. Un éditeur qui avait publié deux d’entre eux (qui s’étaient bien vendus) m’a dit qu’il ne pourrait pas en publier un troisième et il m’a expliqué pourquoi : “dans tout Paris, vous êtes le diable”, m’a-t-il dit. Et il a ajouté : “vous défendez les républicains américains, vous défendez la droite israélienne et vous dites que le peuple palestinien a été inventé”. J’ai continué à publier, et, entre autres un livre co-écrit avec le grand essayiste conservateur américain David Horowitz portant précisément ce titre : Comment le peuple palestinien fut inventé. Des exemplaires du livre ont été déchirés dans plusieurs librairies parisiennes par des membres d’organisations “pro-palestiniennes”. J’ai reçu des insultes et des menaces de mort. J’étais souvent invité dans des émissions de télévision, entre autres par Frédéric Taddei, un homme pour qui j’ai une vive estime, et le lendemain, j’étais arrêté dans la rue par des gens qui voulaient m’agresser. Tout cela a cessé quand je suis parti aux Etats-Unis.

 J’ai retrouvé il y a deux ans un grand éditeur, Balland. J’ai publié un livre avant les élections de novembre 2020, Après Trump ? Je n’ai pu faire la promotion du livre à l’époque, et très vite la pandémie est arrivée, et je n’ai pu revenir en France. Je n’ai publié aucun livre pendant tout le temps que la pandémie a duré : les maisons d’édition avaient les plus grandes difficultés.

J’ai publié cet automne Après la démocratie ? Pour dire, faits à l’appui, tout ce qui devait l’être sur l’élection frauduleuse de novembre 2022, sur les crimes de la famille Biden, sur la présidence Biden et sur ses conséquences pour les Etats-Unis et pour le monde. J’ai pu, cette fois, faire la promotion du livre, et je me suis rendu en France. Mon ami Ivan Rioufol (un homme pour qui j’ai une vive estime aussi) m’a invité sur CNews. J’ai fait quelques conférences. Le livre a commencé à très bien se vendre et à devenir un best-seller.

Je sais que cela n’a pas plus aux défenseurs de la “vérité officielle”. Les articles publiés sur le livre ont été accompagnés de commentaires montrant l’ignorance crasse et l’infinie méchanceté des gens de gauche (ce que j’écris a été décrit par des commentateurs anonymes comme relevant du “fumier” ou de la “fosse à purin” : arguments intellectuels de haute volée qui montrent l’élévation intellectuelle de leurs auteurs : j’y suis habitué. Quand j’avais seize ans, j’identifiais la gauche à la générosité, à la culture et à l’intelligence. J’ai rapidement compris que je me trompais.

J’ai été vite confronté à une action ignoble que je n’ai jamais connu depuis que j’écris des livres. Du jour au lendemain, alors que le livre était dans les meilleures ventes sur Amazon, et que mon éditeur venait de procéder à un deuxième tirage, le livre est devenu impossible à acheter.

Il figurait toujours sur Amazon. Il avait été placé dans des catégories où il n’avait pas à se trouver (Correspondances et mémoires littéraires, par exemple), mais pas dans la catégorie Etats-Unis, ce qui montrait de manière flagrante une intention de nuire. Mais surtout, la case jaune sur laquelle il faut cliquer pour acheter le livre avait disparu, et quiconque aurait voulu se le procurer aurait constaté que c’était strictement impossible. J’ai contacté mon éditeur : il m’a dit qu’Amazon était approvisionné, et qu’il allait demander qu’Amazon remette le livre en vente. Il n’a eu aucune réponse. J’ai constaté que le livre était dans la même situation sur les sites des autres librairies en ligne. Le livre ne pouvant être acheté, les ventes ont, bien sûr, chuté vertigineusement et se sont immédiatement révélées égales à zéro.

Plusieurs semaines ont passé. Et depuis quelques jours, le livre est à nouveau susceptible d’être acheté sur Amazon. Mais il est indiqué qu’il est en rupture de stock, ce qui est faux, et qu’il ne sera disponible à nouveau que “sous un à deux mois”, ce qui est tout aussi faux. Et quiconque voudrait se le procurer dans ces conditions est conduit à renoncer, ou à attendre.

Le livre était tombé alentour de la cent millième place dans les ventes d’Amazon. Il est “remonté” à la trente-cinq millième place.

Ceux qui ont mené l’action ignoble peuvent se dire : mission accomplie. Sur le site de la Fnac, le livre est à nouveau disponible : la période au cours de laquelle la promotion du livre pouvait déterminer les décisions d’achat est révolue.

Il y a là une action de boycott flagrante. Il y a là un refus de vente qui ne dit pas son nom. Il y a là une forme de censure très perverse.

Certaines personnes ont pris la décision d’assassiner le livre. Ces personnes ont porté atteinte à ma maison d’édition. Amazon a de nombreux exemplaires du livre et ne les vend pas. Les autres librairies en ligne sont dans la même situation. Au bout d’un certain temps, Amazon et les autres libraires en ligne pourront renvoyer tous les exemplaires invendus à ma maison d’édition, et comme les libraires en ligne achètent les exemplaires au prix de gros avant de les vendre aux lecteurs, Amazon et les autres librairies en ligne auront le droit de demander à ma maison d’édition de leur rembourser les exemplaires qu’ils se sont efforcés de ne pas vendre. Cela peut coûter financièrement très cher à celle-ci.

Ce qui s’est passé est un scandale. J’entends ici dénoncer publiquement ce scandale.

Des gens veulent nuire à mon travail et à ma possibilité d’exercer mon métier d’écrivain, d’essayiste et de géopolitologue. Ils veulent occulter les faits que je décris dans Après la démocratie ? Ils veulent nuire à ma maison d’édition. Ce sont des procédés indignes. Ce sont des procédés totalitaires. Ils me rappellent de très mauvais souvenirs. 

En Chine au temps de Mao, on brûlait les livres en place publique et on humiliait publiquement les auteurs “réactionnaires”. Des pratiques du même type avaient eu lieu en Allemagne lors de la montée en puissance du national-socialisme.   

La gauche (je ne sais qui exactement recourt à ce genre de pratique dans les librairies en ligne, mais je m’en doute) est souvent indigne. Elle est presque toujours liberticide.  Elle peut user de pratiques infames qui doivent être combattues sans merci.

Tout ce que j’écris est fondé, précis, repose sur des sources incontestables. J’accepte le débat intellectuel : j’ai la connaissance et les faits de mon côté. Je n’accepte pas l’inacceptable. J’ai plusieurs livres à publier dans mon ordinateur, et d’autres à venir. Certains en anglais, d’autres en français. J’entends pouvoir encore publier librement en langue française.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous