Publié par Jean-Patrick Grumberg le 24 décembre 2022
Au secours, ils sont fous ! Le guide de l’université de Stanford sur le langage dangereux inclut le mot « américain »

Les anti-américains primaires vont se régaler. J’ai expliqué précédemment que la droite française anti-américaine tient le même langage, emploie les mêmes arguments, développe les mêmes thèses, et porte les mêmes jugements hostiles sur les Etats-Unis que les Wokistes américains. Voici un exemple de plus.

Pour soutenir Dreuz.info, cliquez sur ce lien : Dreuz, et indiquez le montant de votre don.

Un guide récemment publié par l’université Woke de Stanford sur le langage « nuisible » qu’elle cherche à supprimer inclut le mot « américain ». Le New York Post rapporte que le guide vise à « éliminer de nombreuses formes de langage nuisible, y compris le langage raciste, violent et partial… dans les sites Web et le code de Stanford » dans le cadre de l’initiative de l’école pour l’élimination du langage nuisible.

« L’objectif est d’éduquer les gens sur l’impact possible des mots que nous utilisons », affirme-t-il.

Les listes comprennent une myriade de termes désobligeants ou offensants.

  • Le mot « Américain » doit être remplacé par « Citoyen américain », qui relève de la section « Langage imprécis ».

    Le guide affirme que le mot « Américain » « fait souvent référence aux personnes originaires des États-Unis uniquement, insinuant ainsi que les États-Unis sont le pays le plus important des Amériques ».

Désigner les citoyens des États-Unis par le terme ‘Américains’ est un raccourci courant qui n’est pas fréquemment utilisé pour désigner les ressortissants d’autres pays sur l’un ou l’autre des continents américains, et fait donc une exclusion raciste et suprémaciste.

Dee Mostofi, vice-présidente adjointe de Stanford chargée de la communication externe, a déclaré que

« le site Web EHLI a été spécifiquement créé par la communauté informatique de l’université et destiné à être utilisé par celle-ci. Il continuera d’être amélioré en fonction des commentaires de la communauté ».

Parmi les autres termes énumérés, je vois « immigrant » qui devrait être remplacé par « personne ayant immigré » ou « non-citoyen ».

Quand j’étais petit, mes parents avaient une « bonne-à-tout-faire ». Ensuite, c’est devenu « bonne », puis « employée de maison », puis « employée à domicile », puis « salariée à domicile », puis plus rien : les Français sont devenus pauvres à cause du socialisme qui a donné naissance à ce politiquement correct, et ils n’ont plus les moyens d’avoir des bonnes chez eux, lesquelles sont au chômage.

Depuis les révélations du Post, l’université de Stanford tente de limiter les dégâts pour avoir fait figurer le mot « américain » dans son guide linguistique des mots « nuisibles ».

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous