Publié par Jean-Patrick Grumberg le 18 décembre 2022
La haine des juifs dans le mouvement pour le climat

Les militants du climat ne cessent de se présenter comme des activistes respectueux du climat qui veulent simplement sauver le monde. Mais depuis des années, ils se font régulièrement remarquer par leur haine d’Israël et leur antisémitisme.

Devenez « lecteur premium », pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







De plus en plus, les visions du monde sur le climat se mêlent à l’antisémitisme d’extrême gauche et à celui lié à Israël, voire à la sympathie aveugle pour les terroristes islamistes. À l’université Goethe de Francfort, en Allemagne, des manifestants contre le réchauffement du groupe « End Fossil : Occupy » ont occupé un amphithéâtre. Des flyers soutenant l’anéantissement d’Israël ont été distribués. Anéantir Israël permettrait de lutter contre le CO2 ?

« Nous considérons le Hamas comme un mouvement de résistance contre le sionisme et l’impérialisme », pouvait-on lire sur le document.

Le Hamas est une organisation terroriste islamiste, reconnue comme telle par l’UE, la France, l’ONU, les Etats-Unis, Israël et d’autres pays dans le monde, dont l’objectif est d’éradiquer l’État juif d’Israël. Rien que ça.

En novembre 2022, « Fridays for Future International » a tweeté :

« Aujourd’hui, c’est ‘Free Palestine Day’. Aujourd’hui, nous commémorons toutes les victimes palestiniennes du néocolonialisme et de l’apartheid israéliens ».

L’apartheid désignait la discrimination raciale des Noirs en Afrique du Sud. Cette accusation radicale est un déguisement de l’antisémitisme : le seul apartheid de la région est opéré par les Arabes contre les juifs, et des Arabes siègent au parlement israélien, font partie du gouvernement, de la Cour suprême, ce qui était interdit dans l’apartheid sud-africain. Et les Arabes ne sont pas obligés d’utiliser des toilettes différentes des juifs, ou de s’asseoir à l’arrière des bus. Apartheid est utilisée pour diaboliser Israël et les juifs.

Greta Thunberg, toujours dans les coups fumeux, fait maintenant dans l’antisémitisme

Pendant la guerre terroriste menée par le Hamas contre Israël en 2021, l’icône du climat Greta Thunberg (elle avait 19 ans) a partagé avec ses plus de cinq millions d’abonnés sur Twitter un message haineux et d’incitation à la haine de la Canadienne Naomi Klein, qui boycotte Israël.

Dans son tweet, repris par Thunberg, Klein a accusé l’État d’Israël « d’un crime de guerre après l’autre » – y compris le hashtag « GazaUnderAttack » (Gaza est attaquée).

Plus tard, Thunberg a tenté de rattraper le coup, et déclaré qu’elle n’était « pas contre Israël ». L’icône du climat a-t-elle ensuite dénoncé les attaques terroristes du Hamas contre la population israélienne ? Non, elle a gardé le silence : elle n’est pas contre Israël, maintenant on le sait, mais si les terroristes bombardent des habitants juifs pour les tuer, peut-être que ça, elle n’est pas contre ? On ne le saura pas, elle n’a rien dit.

Négationnisme et climat, même combat

Le cofondateur du groupe de protection du climat Extinction Rébellion, Roger Hallam, a minimisé l’Holocauste dans une déclaration faite en 2019.

L’Holocauste n’est « qu’une merde de plus dans l’histoire de l’humanité », a-t-il affirmé.

S’il s’appelait Jean-Marie Le Pen, vous en auriez entendu parler.

« Les Verts, sympathisants de l’islamogauchisme »

« Les Verts sont plutôt sympathisants de l’antisionisme, ils sont plutôt pro-Palestiniens et sympathisants à l’endroit de l’islamogauchisme », affirmait le philosophe Michel Onfray dans l’émission « Punchline » de CNEWS en juin 2020, alors que le parti écologiste venait de remporter de nombreuses villes aux élections municipales, laissant supposer que les photos de terroristes arabes ayant du sang juif sur les mains se retrouveraient bientôt au fronton de nombreuses mairies, pour le bonheur des antisémites complexés.

Les écologistes demandent l’exclusion des juifs

Le Sunrise Movement est un groupe américain dont la présence s’étend partout en Amérique : il possède des centaines de bureaux à travers le pays. Il est composé de jeunes qui militent activement et luttent contre le changement climatique d’origine humaine.

Antennes du Sunrise Movement

En octobre 2021, leur affilié de Washington DC a pris la décision de refuser de participer à un rassemblement pour le droit de vote parce qu’un « certain nombre d’organisations sionistes » y participaient.

« Compte tenu de notre engagement en faveur de la justice raciale, de l’autonomie et de la souveraineté indigène, nous nous opposons au sionisme et à tout État qui applique son idéologie », a déclaré Sunrise DC dans un communiqué publié sur Twitter.

Les militants de gauche connaissent peut-être le climat, mais ils ignorent l’histoire : les indigènes de la Palestine ne sont pas les Bédouins, Arabes, Musulmans et Druzes mais les Juifs. Ils ont une présence continue depuis plus de 3 000 ans à Jérusalem. Quant aux « Palestiniens », c’est un peuple inventé dans les années 60.

Le groupe a nommé trois groupes de juifs de gauche : le Conseil national des femmes juives, le Centre d’action religieuse du mouvement réformé et le Conseil juif pour les affaires publiques comme groupes soutenant Israël, que Sunrise DC a qualifié de complices d’un « projet colonial ».

Plusieurs groupes, dont l’Anti-Defamation League et le Jewish Democratic Council of America, ont déclaré que la position de Sunrise DC était antisémite.

EELV refuse la définition internationale de l’antisémitisme de l’IHRA

En 2019, le député Sylvain Maillard «visant à lutter contre l’antisémitisme» avait proposé d’approuver la définition de l’antisémitisme établie par l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (IHRA).

Europe Écologie Les Verts avaient réagi en déclarant qu’ils « condamnaient fermement tous les actes à caractère antisémite », et qu’ils « s’inquiétaient de la montée de l’antisémitisme et du racisme en France », mais qu’ils défendaient leur droit de continuer de diaboliser, mentir et inciter à la haine contre l’État d’Israël – mensonges, diabolisation et incitations qui, rappelons-le, étaient les motifs avancés (« venger mes frères palestiniens ») par Mohamed Merah pour commettre ses atroces crimes contre des petits enfants d’une école juive de Toulouse.

Ainsi, EELV a consigné la proposition de résolution antisémite de l’Assemblée nationale «condamnant l’institutionnalisation par Israël d’un régime d’apartheid à l’encontre du peuple palestinien».

«Alliance brun-vert-rouge»

En 2003, le président du CRIF de l’époque, Roger Cukierman, avait sévèrement attaqué les Verts lors du controversé « dîner du CRIF ». Devant Jean-Pierre Raffarin, Roger Cukierman avait attaqué les Verts et dénoncé «une alliance brun-vert-rouge» entre «une extrême droite nostalgique des hiérarchies raciales» et «un courant d’extrême gauche, antimondialiste, anticapitaliste, antiaméricain, antisioniste». Ajoutant que «l’antisionisme est le nouvel habit de l’antisémitisme».

Gilles Lemaire, le secrétaire général des Verts de l’époque, avait quitté la salle, furieux, lorsque Cukierman a cité les propos antisémites de José Bové.

Il aura fallu presque 10 ans pour que les Verts commencent, sur le bout des lèvres, à se regarder dans une glace. Entre-temps, les présidents français martelaient que l’antisionisme était la forme moderne de l’antisémitisme.

A contre-courant, des timides réactions

Constatant la présence, dans les manifestations, de slogans et banderoles antisémites, EELV a décidé de cesser de regarder ailleurs… pendant trois minutes.

Au mois d’août 2022, lors des Journées d’été des écologistes (JDE) qui se déroulaient à Grenoble, la première journée a été consacrée à «Reconnaître et combattre les discours et l’iconographie antisémites» dans leurs rangs.

Albert Herszkowicz, membre du groupe de gauche «Réseau d’Actions contre l’Antisémitisme et tous les Racismes» (RAAR), était invité par EELV pour participer à la table ronde.

L’occupation israélienne de la Palestine intensifie le changement climatique

Dans un article totalement décomplexé paru le 3 février 2022 sur le site d’extrême gauche américain MintPress, Jessica Buxbaum, journaliste basée à Jérusalem, accuse Israël d’avoir « détruit la biodiversité de la région » lorsque l’Etat juif a fait fleurir le désert à partir des années 60. Elle explique :

L’écoblanchiment est l’une des pierres angulaires du mouvement sioniste, dans lequel Israël tente de dépeindre la Palestine comme une terre désolée qui a besoin de la main verte des Juifs. Si ces projets environnementaux peuvent sembler bien intentionnés dans une région qui se réchauffe plus vite que la moyenne mondiale, experts et militants s’accordent à dire que l’occupation israélienne aggrave le changement climatique.

Citant le professeur Mazin Qumsiyeh, fondateur et directeur de l’Institut palestinien pour la biodiversité et la durabilité de l’université de Bethléem dont je suis certain que vous serez d’accord avec moi pour dire que sa neutralité, sa crédibilité et son objectivité sont au-dessus de toute critique (humour au second degré), elle écrit :

Israël est une société militarisée et industrialisée. Ces deux facteurs, explique Qumsiyeh, ont augmenté ses émissions de gaz à effet de serre. « Comme les États-Unis [Israël] a une armée très importante par rapport à son PIB. Et l’armée est l’un des plus grands producteurs d’émissions de gaz à effet de serre », a déclaré M. Qumsiyeh.

Conclusion

Tout cela me permet de rappeler ceci à mes coreligionnaires qui se cachent, tremblent ou se soumettent : quelles que soient vos tentatives de rapprochement, de génuflexion, de changement de bord et de critique d’Israël, d’épousailles et de positions antisionistes, vous serez toujours trop juifs pour les antisémites, et à la fin de la chaîne de destruction, c’est Israël et le sionisme que vous vomissez qui vous sauvera. Rien ni personne d’autre.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Sources consultées pour la rédaction de cet article :

  • https://www.timesofisrael.com/green-activists-quit-dc-rally-over-inclusion-of-jewish-groups-backing-israel/
  • https://www.bild.de/politik/inland/politik-inland/israel-hetze-und-terror-sympathie-so-viel-judenhass-steckt-in-der-klima-bewegung-82217226.bild.html
  • https://www.nouvelles-du-monde.com/le-mouvement-pour-le-climat-ignore-lattaque-antisioniste-dun-affilie-de-dc/
  • https://www.i24news.tv/fr/actu/international/1593452397-france-les-verts-sont-plutot-sympathisants-de-l-antisionisme-et-plutot-pro-palestiniens-m-onfray
  • https://www.ledauphine.com/amp/politique/2022/08/24/isere-journees-d-ete-europe-ecologie-les-verts-a-grenoble-l-antisemitisme-et-la-gauche-les-ecologistes-ont-decide-d-en-parler
  • https://www.eelv.fr/non-la-critique-du-sionisme-nest-pas-de-lantisemitisme/
  • https://www.leparisien.fr/politique/polemique-autour-des-verts-27-01-2003-2003765885.php
  • https://mronline.org/2022/02/06/how-israels-occupation-of-palestine-intensifies-climate-change/

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous