Publié par Guy Millière le 6 décembre 2022
Macron, président d’un pays en faillite

La visite d’Emmanuel Macron aux Etats-Unis a été essentiellement inutile. Elle a été très peu commentée aux Etats-Unis. Elle l’a été bien davantage en France et certains Français ont pu en tirer l’impression que la France est encore une puissance qui compte, ce qui est largement inexact.

Macron a réaffirmé son soutien à l’Ukraine, tout en disant que des négociations viendront, mais ne pourront avoir lieu que quand l’Ukraine les acceptera, ce qui est un discours ambigu : un discours clair et net devrait dénoncer les crimes du régime de Poutine, et exiger de la Russie qu’elle quitte le territoire ukrainien. Un discours clair et net devrait ajouter que l’armée russe a commis des crimes de guerre et devra répondre de ses crimes. Macron semble incapable de tenir un discours clair et net. Il ressemble en cela à l’administration Biden qui tient elle aussi un discours ambigu.

Devenez « lecteur premium », pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







Macron s’est défini comme “allié non aligné des Etats-Unis”, ce qui est une marque de l’arrogance française et une formule destinée à plaire à la gauche et à la droite anti-américaine française.  La réalité est que la France, comme le reste de l’Europe, dépend pour sa défense des Etats-Unis d’Amérique, et que les dirigeants européens ont redécouvert avec l’invasion de l’Ukraine que leurs illusions de paix perpétuelle n’étaient précisément que des illusions et que lorsqu’une dictature menaçante se faisait belliqueuse et passait à la guerre, l’alliance avec les Etats-Unis servait à quelque chose et que la force de défense de l’Europe était l’OTAN, donc essentiellement l’armée américaine. Macron ne peut se permettre de critiquer l’OTAN et d’être “non aligné” en ce moment, et il le sait. Biden l’a reçu pour qu’il montre qu’il est allié des Etats-Unis et qu’il a les mêmes positions que l’administration Biden sur la guerre en Ukraine. Macron a fait ce que l’administration Biden attendait de lui. Il a tenté de se situer sur un pied d’égalité avec l’administration Biden : nul au sein de l’administration Biden ne le considère comme un égal, sinon dans des formules de politesse. Et Macron le sait, là encore. Tout comme la force de défense de l’Europe est l’OTAN, donc essentiellement l’armée américaine, le soutien à l’Ukraine est essentiellement américain. Macron ne redira pas de sitôt que l’OTAN est en état de mort cérébrale.

Macron a voulu obtenir des concessions économiques américaines. Il ne les a pas obtenues.  Ce qu’il incriminait est la loi appelée de manière trompeuse l’Inflation Reduction Act, une loi qui ne permet aucunement de réduire l’inflation, mais qui, par contre, conduit à des hausses d’impôts pour les classes moyennes et les petites entreprises américaines, et qui promet des subventions massives pour la production et l’achat de véhicules électriques fabriqués aux Etats-Unis. Macron aurait voulu que des véhicules électriques européens puissent se vendre aux Etats-Unis et ne soient pas pénalisés par la distorsion de concurrence résultant des subventions massives susdites. Biden l’a écouté de manière distraite et est passé à autre chose.

Macron a écouté Biden rendre hommage à Marcus Lafayette et aux Franks. Il a vu plusieurs fois Biden marcher au hasard, égaré, et a dû le rattraper par le bras et lui indiquer où il devait aller. Et il a fait semblant de ne pas s’apercevoir que Biden est dans un état de sénilité très avancée et a maintenant moins de mémoire immédiate qu’un poisson rouge vieillissant, ce qui fait que tout le voyage a été une pitrerie coûteuse. Macron ne pouvait que faire semblant de ne s’apercevoir de rien.

Pendant son passage à l’ambassade de France, Macron a fait l’éloge de la baguette de pain, incarnation selon lui du génie français et de fait, la baguette vient d’être inscrite au patrimoine culturel de l’humanité par l’UNESCO : la France n’a pas de pétrole mais elle a la baguette ! Macron a brandi une baguette et l’auditoire l’a trouvé ridicule.

Pour terminer, Macron s’est rendu à New Orleans, qui fut française il y a plus de deux-cents ans, mais où personne aujourd’hui ne parle français, et il a rencontré Elon Musk, pour tenter de lui expliquer les règles françaises et européennes sur la liberté de parole. Elon Musk lui a très vraisemblablement rappelé ce que dit le Premier amendement à la Constitution des Etats-Unis qui garantit pleinement et entièrement la liberté de parole. Comme les autres dirigeants européens, Macron est inquiet du rachat de Twitter par Elon Musk et du fait qu’Elon Musk fasse de Twitter un lieu virtuel de parole libre. Les dirigeants européens préfèrent une liberté de parole restreinte et très surveillée par des autorités étatiques. Je ne doute pas qu’Elon Musk a écouté Macron poliment, en se disant qu’il perdait son temps avec un socialiste européen.

Les journalistes français n’ont, bien sûr, pas dit que le voyage avait été essentiellement inutile. Ils ont, pour nombre d’entre eux, tenté de dire que la France est encore une puissance qui compte et que Macron avait obtenu quelque chose, ce qui montre qu’ils ont de l’imagination. Ils n’ont rien dit de la sénilité de Biden : dès lors que Biden est démocrate, il est, pour eux, incritiquable. Ils n’ont pas dit ce qu’est véritablement l’Inflation Reduction Act et que les projets écologistes radicaux de l’administration Biden mènent l’économie américaine vers d’extrêmes difficultés : ils savent que Macron et l’Union Européenne ont les mêmes projets écologistes radicaux et ne veulent pas savoir que ces projets sont en train de mener les économies européennes vers le déclin accéléré. Pour la quasi-totalité d’entre eux, ils considèrent que la libération de la parole sur Twitter née du rachat de l’entreprise par Elon Musk est très dangereuse. Pour la quasi-totalité d’entre eux, la liberté de parole doit être restreinte et très surveillée par des autorités étatiques.

Macron est rentré en France, et les difficultés vont commencer.

La France va vraisemblablement bientôt manquer d’électricité : parce qu’elle a sabordé ses centrales nucléaires et a préféré les éoliennes, qui tournent seulement quand il y a du vent, et les panneaux solaires, qui ne produisent que lorsqu’il fait beau. Des coupures de courant auront vraisemblablement lieu en Janvier. Les prix de l’énergie vont bientôt exploser. Des milliers de petites entreprises françaises seront condamnées à la faillite à brève échéance.

La France s’est considérablement endettée pendant la pandémie en raison de décisions absolument ineptes, liberticides et économiquement destructrices (le grand enfermement de la population a été utile en termes de suppression de la liberté d’aller et venir et de manifester, mais ruineux, et n’a en aucun cas freiné la pandémie). Elle ne peut guère s’endetter davantage.

Le système de retraite français est en faillite, et dès lors que les Français sont en leur immense majorité analphabètes en matière d’économie, et dès lors que les dirigeants français sont lâches, il ne peut être efficacement réformé : il est de toute façon trop tard pour éviter qu’il aille à la catastrophe.

Macron est le Président d’un pays en faillite, et les décisions qu’il prend depuis plus de cinq ans ajoutent de la faillite à la faillite.

Tandis que des gens à haut capital humain quittent la France, des gens sans aucun capital humain entrent en France. Mais le grand remplacement n’existe pas, vous dit-on. Pendant la faillite, l’obsession du gouvernement Macron est la “transition énergétique”, autrement dit l’avancée vers la pénurie et le rationnement.

J’ai passé voici peu quelques jours à Paris et à Marseille. Cela a été pour moi un séjour épuisant : un gouvernement devrait tout faire pour faciliter la vie de ses concitoyens, le gouvernement français semble tout faire pour pourrir la vie de la population. J’ai pris quelques taxis : pas un seul des chauffeurs avec qui j’ai conversé ne m’a parlé d’autre chose que de la dureté extrême de leur existence. Une jeune femme qui conduit un G7 a même éclaté en sanglots en m’expliquant son quotidien dans les embouteillages parisiens et le harcèlement que les gens qui exercent sa profession subissent de la part de la police. J’ai même connu une journée de grève des transports en commun. J’ai dit à tous les chauffeurs de taxi avec qui j’ai conversé que j’avais quitté la France et que je vivais aux Etats Unis. Tous m’ont dit que j’avais bien fait de partir, et qu’ils voudraient partir eux aussi. Tous, sans aucune exception.

Dois-je le dire ? La faillite de la France m’attriste. Je ne peux m’empêcher d’avoir de l’aversion pour Macron. Son comportement face aux gilets jaunes est, à mes yeux, impardonnable, et le reste est à l’avenant. Je lui trouve deux qualités seulement : il n’est pas anti-américain, et il soutient l’Ukraine. C’est peu. Une minorité de Français l’a réélu. Des millions d’autres sont résignés.

Macron est médiocre et cynique, comme tous ceux qui se sont succédés à l’Elysée depuis des décennies. Rencontrer un Président des Etats-Unis sénile, corrompu, crapuleux et servant de marionnette à des gauchistes destructeurs lui a peut-être permis de se dire qu’il y avait pire que lui.

Les Démocrates américains tentent de conduire les Etats-Unis vers une faillite à la française, et si les Républicains continuent à s’entredéchirer, ils pourraient rester au pouvoir après 2024, mais il faudra du temps pour qu’ils y parviennent, et pour l’heure, il est encore possible de vivre libre aux Etats-Unis.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous