Publié par Magali Marc le 6 décembre 2022
Midterms : Le GOP a obtenu 3.5 millions de votes de plus – c’est la faute à Trump !

Tandis que les membres de l’Establishment anti-Trump se sont empressés de le rendre responsable de l’absence de «Grande Vague Rouge » lors des Midterms, les chiffres montrent, au contraire que son influence a été bénéfique. Environ 83 % des candidats appuyés par Donald Trump ont remporté des victoires lors des élections générales. Les Républicains ont gagné de grandes parties de chaque groupe ethnique – blanc, noir et latino. Et une majorité d’Américains est d’accord avec lui pour dire que la fraude a affecté l’élection de 2020.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de Joy Overbeck, paru sur le site de Townhall, le 5 décembre.

Devenez « lecteur premium », pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







****************************

3,5 millions d’Américains de plus ont voté républicain lors des élections de mi-mandat, alors dites-le : c’est à cause de Donald Trump!

Il était assez renversant de voir comment, instantanément et avec joie, de nombreux Républicains de l’élite se sont empressés d’accuser Donald Trump d’être responsable des élections de mi-mandat de 2022, dont les résultats ont été plus faibles que prévu.

De là, ils se sont empressés de condamner sa candidature à la présidentielle de 2024. Mais avant de prendre sur leurs épaules le nouveau champion, le Gouverneur DeSantis, les détracteurs de Donald Trump devraient faire l’éloge de César plutôt que de l’enterrer.

La magie de M. Trump est évidente dans les chiffres des élections de mi-mandat : 92 % des candidats appuyés par lui ont remporté leurs primaires, tout comme 86 % de ses candidats aux élections générales.

Les anti-Trump qui prétendent que les résultats de 2020 ont contaminé ceux de 2022 – même s’il n’avait pas de résultat parce qu’il n’était pas sur le bulletin de vote – ont tout simplement tort.

Au total, les candidats de M. Trump ont remporté 224 des 241 élections primaires et 208 des 254 élections générales, selon le Washington Post, qui le déteste. Les gens aiment manifestement voter pour les candidats que Donald Trump apprécie. Au lieu de décliner, son influence est en hausse.

Par ailleurs, si les suspects habituels veulent se servir des résultats des Midterms de 2022 pour mettre fin à sa candidature en 2024, pourquoi ne lui accorderaient-ils pas le crédit d’avoir regagné la Chambre des représentants ?

Et pourquoi ne pas créditer Donald Trump pour la très grande nouvelle que les Républicains ont en fait battu les Démocrates dans le vote populaire par environ 3,5 millions de bulletins ?

Les fouettards de M. Trump ne peuvent pas avoir le beurre et l’argent du beurre.

Selon le Washington Times, les 3,5 millions (3 %) de votes populaires de mi-mandat remportés par les Républicains sur les Démocrates auraient dû se traduire par un gain net d’environ 25 sièges à la Chambre, donnant au GOP une majorité ferme de 230 sièges.

Ce qui n’a pas marché, ce n’est pas la gueule de bois de Donald Trump, mais le fait que les Républicains ont gagné des voix dans des circonscriptions qui étaient déjà majoritairement républicaines, au lieu de celles où ces bulletins étaient indispensables pour gagner des sièges.

Mais nous pouvons tout de même sabrer le champagne car, en 2022, les citoyens ont donné aux Démocrates environ 10,3 millions de voix de moins que les 60,7 millions de voix qu’ils ont obtenues lors des élections de 2018, ce qui leur avait permis d’obtenir une majorité de 235 contre 219 sièges à la Chambre des représentants. (https://www.washingtontimes.com/news/2022/nov/24/gop-won-3-million-more-votes-this-year-but-not-whe/)

D’autres raisons de sortir le champagne : Les sondages de sortie des urnes réalisés par CNN montrent que les Républicains en 2022 ont considérablement érodé et même effacé une grande partie des gains des Démocrates dans chaque groupe ethnique.

Les Américains sont plus nombreux à voter républicain.

En 2018, les Républicains et les Démocrates ont chacun remporté environ la moitié du vote féminin, mais en 2022, les femmes blanches sont passées aux Républicains par 8 points de pourcentage.

Les Républicains ont également progressé chez les hommes blancs : 28 % ont voté pour eux en 2022, contre 21 % en 2018.

Les appuis envers les Démocrates ont diminué chez les femmes noires, passant de 85 % en 2018 à 78 % en 2022, et également chez les hommes noirs, passant de 76 % en 2018 à 65 %.

On retrouve la même question d’ascension du GOP chez les Latinos : les Démocrates ont perdu 13 points chez les femmes (47 % pour les Démocrates en 2018, contre 33 % en 2022). Et les hommes latinos ont fui les Démocrates dans une proportion spectaculaire de 21 % – en 2018, 29 % d’entre eux avaient voté pour eux, mais en 2022, leur soutien ont chuté à seulement 8%.

(https://www.cnn.com/interactive/2022/politics/exit-polls-2022-midterm-2018-shift/)

Si Donald Trump était sur les bulletins de vote en 2022 comme ses détracteurs l’affirment, peut-être devrions-nous le créditer, lui et son message optimiste America First, de l’impressionnante tendance positive chez les Républicains.

Peut-être devrions-nous blâmer Lindsey Graham, et non M. Trump, pour cette vague rosée.

Le Sénateur Graham et sa proposition inopportune et calamiteuse d’une interdiction fédérale de l’avortement ont contribué à alimenter la campagne de peur des Démocrates sur l’avortement qui a terrifié les femmes, en particulier les femmes célibataires, que les Républicains ont désastreusement perdues à 37% lors de ces Midterms.

Les publicités des Démocrates ont monopolisé TikTok et Instagram, hurlant que les Républicains allaient criminaliser les femmes cherchant à se faire opérer pour des grossesses extra-utérines et finalement interdire le mariage gay et même le contrôle des naissances. Et les femmes célibataires ont cru à leurs mensonges.

Trop d’Américains ne comprenaient pas ce que signifiait la décision Roe vs Wade de la Cour suprême, ce qui les rendait sensibles à la propagande démocrate. Et les Républicains n’étaient pas prêts à faire face à l’assaut de l’avortement, puisque ce n’était pas l’un des principaux thèmes abordés par la plupart des sondeurs.

Au lieu de cela, les messages républicains se sont concentrés sur l’inflation élevée, la criminalité, l’éducation et les droits des parents. Même lorsque nos candidats ont parlé d’avortement, l’hystérie et l’émotivité des Démocrates concernant les « droits des femmes » ont eu raison de notre bon sens.

Dans le Colorado, un vieux mâle républicain qui a présidé le parti de l’État il y a de nombreuses années, s’est empressé de se rendre à tous les déjeuners de femmes républicaines, aux petits déjeuners d’hommes républicains, ainsi qu’aux stations de radio et de télévision, pour déclarer que Donald Trump n’était pas éligible.

Le 6 janvier et la controverse sur l’élection volée de 2020, «…tout cela a jeté un froid sur tous les Républicains qui se présentent… quelque chose les maintenait sous l’emprise de la drogue », a-t-il affirmé, commettant une erreur politique flagrante.

Il est intéressant de noter que cette même personne était l’un des principaux conseillers de mon candidat sénatorial préféré, qui, sous sa tutelle avisée, n’a malheureusement pas été élu lors des primaires.

Les gourous politiques de son acabit ont un talent pour éviter les reproches, mais pas nécessairement pour gagner.

Lui et ses acolytes anti-Trump ont également tort de penser que le « vol de l’élection » n’est qu’une fringante théorie du complot.

Selon Rasmussen Reports, les « négationnistes du grand mensonge électoral » sont désormais très répandus.

Leur sondeur principal a récemment révélé avoir constaté que 59% des électeurs interrogés ont déclaré que la tricherie a probablement affecté le résultat de l’élection de 2020.

« Et ces 59 % ne sont pas nouveaux », a déclaré Mark Mitchell, de Rasmussen. « Nous avons testé cette question six ou sept fois depuis 2020, et une forte majorité d’électeurs a toujours pensé que la tricherie avait affecté le résultat de l’élection de 2020, une forte majorité d’indépendants et même une bonne partie des démocrates – 30 à 40%. »

Les gens de tous les partis sont encore plus alarmés par les manquements à l’intégrité des élections depuis le désastre des Midterms en Arizona, selon leur sondage.

Selon M. Mitchell, « 65 % des Démocrates disent qu’il est probable que des sujets mal présentés aient affecté l’élection des candidats républicains. Très clairement peut-être des centaines de milliers de personnes ont été privées de leur droit de vote ; cela permet de percer la carapace des Démocrates sur cette question de manière importante ».

71 % des personnes interrogées, et même 69 % des Démocrates, sont d’accord avec la candidate républicaine au poste de gouverneur, Kari Lake, pour dire que les électeurs de l’Arizona « ont été privés de leur droit sacré de voter. »

M. Mitchell a conclu : « C’est le plus grand nombre que j’ai jamais vu pour les Démocrates et un changement de grande étape dans l’opinion publique. Les choses que nous avons vues en 2020 n’ont pas nécessairement été diffusées, mais elles le sont maintenant, peut-être parce que c’est si flagrant. »

(https://warroom.org/2022/12/01/71-of-the-american-people-believe-election-fraud-affected-arizonas-results-rasmussen-polls-report/)

Alors, qu’avons-nous appris sur la façon dont la main invisible de Donald Trump a affecté les Midterms de 2022 qui pourrait préfigurer son succès ou son échec en 2024 ?

  • Environ 83 % des candidats qu’il a appuyés ont remporté des victoires lors des élections générales.
  • Les Républicains ont regagné la Chambre avec 3,5 millions de voix de plus qu’en 2018, tandis que les Démocrates ont perdu 10,3 millions de voix par rapport à 2018, soit près de 17 %.
  • Les Républicains ont gagné, alors que les Démocrates ont perdu, de grandes parties de chaque groupe ethnique – blanc, noir et latino – nous mettant sur une voie gagnante pour 2024.
  • Et Donald Trump est rejoint par 59% des Américains qui pensent que la tricherie a affecté l’élection de 2020.

Maintenant que les détournements de l’élection en Arizona qui ont fait échouer les candidats Républicains ont indigné un grand nombre de Démocrates et d’Indépendants, cette majorité de 59 % est passée à 71 %.

Vous voulez tenir Trump responsable des victoires électorales de 2022 ? Ne vous gênez surtout pas !

* Joy Overbeck est une journaliste qui vit au Colorado et dont les travaux ont été publiés, entre autres, dans Townhall, American Thinker, The Federalist, The Washington Times, et The Daily Caller.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : Townhall

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous