Publié par Magali Marc le 23 janvier 2023
Il faut refuser la culpabilisation « woke »

En se battant contre l’obligation de fermer les écoles et les églises, ainsi que le vaccin et le port du masque obligatoires pendant la pandémie, Ron DeSantis, le Gouverneur de la Floride s’était attiré les foudres des médias gauchistes, adeptes du «wokisme». Puis vint son oppostion au transgenrisme dans le sport et sa lutte contre le PDG de Walt Disney World,Bob Chapek. Ce dernier, motivé par les tenants de la Cancel Culture, avait décidé de s’opposer à un projet de loi de l’État qui visait à protéger les jeunes enfants de la maternelle contre l’exposition à des discussions sur la théorie du genre et l’orientation sexuelle. Plus récemment, Ron DeSantis a été attaqué par les médias à propos du rejet par son Ministère de l’Éducation d’un nouveau cours d’études afro-américaines. Le contenu du programme interdit comprend des sections sur les « Black Queer Studies » (l’homosexualité noire), l’appropriation culturelle, les réparations (dues aux Noirs à cause du passé esclavagiste des USA) et « l’influence mondiale du mouvement Black Lives Matter ». M. DeSantis est devenu un exemple à suivre.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de J.A. Frascino, paru sur le site d’American Thinker, le 21 janvier.

Devenez « lecteur premium », pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







********************

Dites non à la culpabilisation « woke » !

La race humaine a traversé plusieurs époques : l’âge des ténèbres, la Renaissance, le siècle des Lumières et l’âge de la raison.Nous sommes maintenant dans l’âge de la contrition introspective, aussi appelé «wokeness».

L’âge de la contrition introspective est une initiative de la gauche qui exploite la culpabilité pour établir des processus de pensée et des mœurs culturelles qui servent à consolider sa position politique, qui consiste à plaire aux défavorisés pour obtenir des avantages politiques.

Elle a été introduite par le politiquement correct (PC), qui exige que l’on fasse preuve d’introspection avant de formuler des propos désinvoltes qui pourraient être mal interprétés ou perçus comme blessants.

Celui qui ignore les dictats du politiquement correct court le risque de formuler des microagressions, obligeant le destinataire offensé à se réfugier dans un espace sûr pour trouver du réconfort dans des collations, un soutien émotionnel et, si nécessaire, des médicaments contre l’anxiété et la dépression.

Un tel comportement blessant ne peut être toléré !
En s’appuyant sur le P.C., le «Woke» est maintenant passé à la culture de l’annulation (Cancel Culture), qui fait passer le contrôle de la parole de « tu ne devrais pas dire ça » à « tu ne peux pas dire ça ».

Tout discours qui s’oppose de près ou de loin au récit de ce mouvement est considéré comme de la désinformation, un discours haineux, raciste, bigot, du terrorisme stochastique ou une menace pour la démocratie.

Vous devez vous taire, aller dans votre chambre et vous auto-flageller en signe de contrition. Vous pourriez même perdre votre emploi.

Les récidivistes pourraient bientôt être condamnés à des amendes ou à l’incarcération.

Malheur à celui qui parle librement !

Elon Musk risque de remplacer Donald Trump en tant qu’Ennemi public n° 1.

Être américain en soi est une cause de contrition introspective :

  • L’Amérique s’est construite sur l’esclavage. Sa société est structurellement raciste, fondée sur la suprématie blanche. Les Blancs doivent surmonter leurs préjugés inconscients.
  • L’Amérique est la première responsable du réchauffement climatique et doit des réparations à la planète.

Baissez la tête ! Nous devons nous repentir et reconstruire une société basée sur l’équité, la diversité et l’inclusion !

  • La sous-performance des groupes opprimés est un produit de la suprématie blanche et, en l’absence d’une contrition adéquate de la part de ce groupe, la diversification de la réussite doit être atteinte par une politique d’embauche et d’avancement équitable.

Si vous ne vous conformez pas à nos principes, nous devrons intervenir pour les mettre en œuvre !

  • L’assignation du genre à la naissance, basée sur les caractéristiques physiques du sexe, introduit un préjugé implicite concernant les attentes comportementales futures, ce qui entraîne un traumatisme psychique prévisible chez l’enfant en développement souffrant de dysphorie de genre – un problème croissant, surtout lorsque la dysphorie est encouragée et amplifiée par les activistes de gauche, passant de 0,01% à 5% de prévalence.

La contrition nous oblige à proposer des thérapies hormonales ou chirurgicales pour démontrer que nous appuyons ces jeunes en conflit émotionnel, victimes d’une structure sociale hétéro-masculine qui exclut la diversité et l’inclusion des genres.

(Pourquoi ne pas plutôt prendre des mesures pour les aider à aligner leur genre sur leur sexe physique, me direz-vous ?).

Le succès final de l’ère de la contrition introspective dépendra de la volonté de la population d’absorber et d’accepter le degré d’introspection et de contrition qu’elle exige.

Elle finira par s’effondrer sous le poids du fardeau de culpabilité qu’elle impose.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : American Thinker

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous