Publié par Gilles William Goldnadel le 24 janvier 2023
L’extrême gauche a oublié la vertu de modération

En réaction à la réforme des retraites, la CGT a menacé de « s’occuper » des élus partisans de la réforme. Gilles-William Goldnadel dénonce les méthodes factieuses d’une extrême gauche qui reposent, selon lui, sur l’absence de réaction de la justice française et la passivité des victimes.

Le monde d’aujourd’hui appartient-il aux braillards, aux extravagants et aux menteurs impénitents ? Modération est-elle faiblesse, à l’ère numérique de l’outrance ? Il n’est pas interdit de s’interroger.

Une chose est certaine, l’extrême gauche politique et syndicale, et ses alliés islamistes, occupent toujours le haut du pavé. Ainsi, le responsable CGT de l’énergie, Sébastien Menesplier, peut-il impunément clamer qu’il envisage de couper le courant aux députés récalcitrants. Et il se trouve que la permanence de la députée Renaissance du Lot Huguette Tiena, située dans le centre de Figeac, a été privée d’électricité, jeudi, pendant la manifestation contre la réforme des retraites, a fait savoir l’élue à l’AFP.

Devenez « lecteur premium », pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







Les juges français ont intégré le fait que le rap était, par essence, culturellement violent.

Dans le même esprit, épris de légalisme pointilleux, le supérieur hiérarchique de Sébastien Menesplier, Philippe Martinez, a suggéré sur LCI d’éteindre la lumière aux milliardaires en général et à Vincent Bolloré en particulier. Je n’ai relevé aucune réaction politique ou médiatique outrée. Jeudi 19 janvier, une manifestation syndicale très nombreuse a été organisée dans les rues de Paris. Certaines personnalités politiques y ont participé. Parmi elles, Sandrine Rousseau. Cette députée de la République a cru pertinent d’y défiler en brandissant une pancarte « Sardou ta gueule », sans que nul ne s’en émeuve particulièrement.

Samedi 21 janvier, la France insoumise a organisé place de la Bastille une manifestation infiniment moins réussie. Bien que les organismes indépendants aient évalué le nombre de manifestants à 14.000, l’ensemble des responsables politiques du parti ont revendiqué, contre l’évidence, une présence de 150.000 manifestants. Enfin, un rappeur admirateur de la France insoumise et laudateur du député Louis Boyard dénommé Yanni a diffusé, en arborant un drapeau algérien et en proférant « Allah Akhbar », une chanson dans laquelle il se fait gloire de « dealer » ainsi que s’en était vanté l’honorable parlementaire précité.

« L’impunité de l’extrême gauche et de ses compagnons de route communautaristes ne trouve sa source que dans la passivité de leurs souffre-douleurs. »

Le rappeur ne craint pas – au sens littéral de l’expression – d’espérer la mort de plusieurs personnalités membres de la même famille : « J’peterai le champ’ à la mort du borgne, […] j’peterai le champ’ à la mort de sa fille […] d’ Marechal comme mon grand-père à celle du Maréchal. Que des rafales de pro, faites de la place à l’Assemblée, y en a 89 de trop. » Qu’on ne se méprenne pas, je ne veux pas surestimer l’influence de ce rappeur. Mais il se trouve que l’une des personnalités visées et un député se sont plaints publiquement de ces dangereuses exhortations et ont réclamé l’intervention des autorités compétentes. Je n’ai pour autant constaté aucune réaction politique, médiatique ou judiciaire. Par comparaison, je rappelle l’émotion nationale quand la députée Obono fut illustrée dans une fiction par un hebdomadaire de droite, ou que les propos déformés d’un député du même côté déclenchèrent le tumulte.

Il est vrai que la passivité habituée et le masochisme intellectuel sont tels, que les juges français ont intégré le fait que le rap était, par essence, culturellement violent. C’est ainsi qu’il n’a rien coûté à ce rappeur de « mettre une pièce » sur la tête d’Éric Zemmour, ou que celui qui affirmait vouloir tuer des enfants blancs en a été quitte pour 500 euros. J’en reviens donc à ma question liminaire. L’impunité de l’extrême gauche et de ses compagnons de route communautaristes ne trouve sa source que dans la passivité de leurs souffre-douleurs. Il arrive que l’on soit effectivement trop poli pour être honnête, voire pour être un minimum intelligent.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gilles-William Goldnadel. Publié dans Figaro Vox.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous