Publié par Jean-Patrick Grumberg le 15 janvier 2023
Samedi à Tel-Aviv : 80 000 Israéliens ont manifesté contre la réforme judiciaire – 2,3 millions se sont prononcés pour

Aux cris de « crime contre la démocratie », les perdants des élections israéliennes de novembre tentent d’accomplir dans la rue ce qu’ils ne sont parvenus à obtenir dans les urnes.

Devenez « lecteur premium », pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







Dès 19 heures samedi soir, sous une pluie battante (les visages mouillés, ce n’étaient pas des larmes et de l’émotion, mais des gouttes d’eau) toutes les chaînes d’information ont rapporté les chiffres de la police, selon lesquels quelque 15 000 manifestants se sont réunis devant le théâtre Habima. Trente minutes plus tard – mais Israël étant une Terre sainte, on ne doit pas s’étonner de ce miracle – les médias annonçaient 80 000. 65 000 d’un coup de baguette médiatique ! Mais là n’est pas le sujet.

Le sujet n’est pas non plus que le New Israel Fund, qui est en partie financé par George Soros, et a organisé, coordonné et financé la manifestation, a appris sa leçon et a donné des mots d’ordre pour faire disparaître les drapeaux palestiniens, et ceux comparant le gouvernement aux nazis. C’était drapeaux israéliens point. J’ai remarqué un drapeau noir dans une vidéo de la foule, c’est tout.

Mais cela ne règle rien.

L’objet de la manifestation n’est pas clair : son objectif déclaré était de protester contre la réforme du système judiciaire du ministre de la Justice Yariv Levin, présentée comme la « mort imminente de la démocratie israélienne. » La manifestation était intitulée «Fighting for Democracy», (combattre pour la démocratie), alors qu’en réalité, il s’agissait d’une manifestation contre la démocratie, la gauche n’admettant pas que le gouvernement Netanyahou applique les réformes qu’il a promises à ses électeurs, qui l’ont hissé au pouvoir, démocratiquement.

Aujourd’hui, les juges non élus à la Cour suprême, nommés par d’autres juges, se sont octroyé le pouvoir très peu démocratique de bloquer n’importe quelle loi votée par l’Assemblée nationale israélienne – la Knesset – s’ils la jugent contraire à leurs convictions.

Inutile de vous faire un dessin, vous avez compris l’histoire : les juges sont de gauche, ils ont infiltré tout l’appareil politique et les institutions, et ils imposent ainsi leurs choix politiques antisionistes et post-sionistes, puisqu’ils ne parviennent jamais à convaincre du bien fondé de leurs réformes dans les urnes.

C’est pourquoi il est utile de rappeler que 15 000 ou 80 000 manifestants – les losers des élections – peuvent beugler autant qu’ils veulent que la démocratie est en danger, 2,3 millions pensent l’inverse, et réclament les réformes de la justice.

Et un sondage réalisé la semaine dernière montre un soutien massif de l’opinion publique à la plupart des réformes judiciaires proposées par le ministre de la Justice Yariv Levin, et çà, je vous mets au défi de me citer un seul média francophone qui le révèle. Contrairement à ce que tente de faire croire l’opposition au gouvernement Netanyahou, avec l’aide active des médias, les Israéliens ne voient pas du tout dans ces réformes une atteinte à la démocratie, bien au contraire ! Vous pouvez consulter les résultats du sondage sur Israël247.org, ils sont édifiants : https://israel247.org

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous