Publié par Guy Millière le 24 janvier 2023
Seule la défaite totale de Poutine pourra ramener la stabilité en Europe

On pourrait en rire si ce n’était effroyable et s’il ne s’agissait pas d’un criminel absolu dont l’élimination serait un soulagement légitime pour des millions d’êtres humains dotés de valeurs éthiques, mais Vladimir Poutine a échoué, à un degré lui-même absolu.

 Il pensait que son armée serait accueillie en libératrice en Ukraine. Elle a été accueillie comme ce qu’elle est : une armée d’invasion barbare et abjecte.

Il imaginait que son armée était efficace et était, comme cela se disait il y a un an encore dans les magazines spécialisés, la deuxième armée du monde : il a dû découvrir que c’était une armée du tiers-monde, déficiente, corrompue, indigne.

Il imaginait que la population ukrainienne se soumettrait et rejoindrait la Russie : il a renforcé le sentiment national ukrainien et a créé en Ukraine une haine anti-russe qui durera sans doute plus d’une génération.

Devenez « lecteur premium », pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







Il était perçu jusque-là comme un dictateur cynique et peu fréquentable : il apparait maintenant comme ce qu’il est : un criminel contre l’humanité, et un tribunal international sera constitué qui le jugera par contumace.

Il pensait diviser le monde occidental et montrer que l’OTAN était un tigre de papier : il a rassemblé le monde occidental à un degré qui n’avait pas été atteint depuis plusieurs décennies, et il a considérablement renforcé l’OTAN qui est plus que jamais la force de défense du monde libre. L’Allemagne va se doter d’une armée digne de ce nom, et la Suède et la Finlande vont rejoindre l’OTAN, et avec la Finlande, la Russie va avoir une frontière supplémentaire avec l’OTAN, longue de 1340 kilomètres.

Poutine pensait renverser Volodymyr Zelensky, qu’il méprisait : il lui a permis d’apparaitre comme un grand homme d’Etat admiré dans le monde occidental tout entier de manière unanime, sauf à l’extrême gauche et à l’extrême droite.

Poutine voulait finir sa carrière de dictateur sur un triomphe : il n’ose quasiment plus se montrer en public.

Poutine entendait refaire l’empire russe. Il risque de se trouver face à l’éclatement de la Fédération de Russie. Et il a causé une double hémorragie au sein de la population russe : plus d’un million de Russes très qualifiés ont quitté le pays, d’une part, et, d’autre part, des dizaines de milliers de Russes sont envoyés se faire massacrer dans le Donbass, où ils sont effectivement massacrés.

Poutine a fait perdre à la Russie sa principale source de revenus : la vente de gaz et de pétrole au monde occidental. Tant qu’il sera au pouvoir aucun pays occidental n’achètera de gaz et de pétrole russe, sauf la Hongrie. Et même s’il est chassé du pouvoir, il n’est pas du tout certain que la Russie retrouvera des clients occidentaux : tout au moins pas avant de longues années. Et les ventes de gaz et de pétrole à la Chine et à l’Inde se font avec des rabais de 30 à 40 pour cent, et ne compensent pas du tout les pertes financières résultant de la fin de la vente de gaz et de pétrole au monde occidental. La Russie était déjà un pays pauvre (son PIB représente 7 pour cent du PIB américain, bien moins que le PIB du Texas, qui n’est que l’un des cinquante Etats des Etats Unis) : elle glisse vers la banqueroute. On le verra dans les prochains mois, et je regarde avec une distance les articles et les reportages disant qu’économiquement la Russie se porte bien.

Poutine pensait que l’administration Biden était faible et complice, et elle est effectivement faible et complice sur de nombreux plans, mais elle a vite dû accompagner l’esprit de résistance incarné par Volodymyr Zelensky, et elle est déterminée maintenant à affaiblir durablement la Russie et à permettre à l’Ukraine de gagner. Même si elle ne donne pas à l’Ukraine tous les moyens pour cela (il est clair, comme je l’ai déjà écrit, qu’elle ne veut pas une victoire rapide et décisive de l’Ukraine), les armes américaines font la différence et montrent qu’aucune puissance au monde n’est capable d’être à la hauteur si elle fait face aux moyens militaires américains. Si l’administration Biden avait donné à l’Ukraine des avions de chasse F 16, des ATACMS (Army Tactical Missile System), et des HIMARS non bridés et à même de tirer à 300 kilomètres et de détruire les bases logistiques ruses situées à cent kilomètres du front, l’Ukraine aurait déjà gagné, bien des vies, ukrainiennes et russes, auraient été épargnées et bien des destructions évitées. Si les Patriot avaient été donnés plus tôt, les villes ukrainiennes auraient subi bien moins de dégâts.

L’administration Biden, tout comme Macron et Scholtz, rêvait encore voici peu d’une solution négociée. Elle commence à comprendre qu’il n’y a pas de solution négociée envisageable avec Poutine.

Poutine a dit qu’il était prêt à négocier, mais les conditions de négociation qu’il a énoncées étaient une demande de reddition sans condition de l’Ukraine et du monde occidental : demande grotesque et mégalomaniaque dès lors que lui, Poutine, est dans une impasse.

Poutine parle de “victoire russe” et dit qu’il est sur la bonne voie : propos eux-mêmes grotesques et mégalomaniaques. Poutine est en train d’infliger à son pays la pire défaite de son histoire, et il est sans doute en train de faire sortir la Russie de l’histoire du monde.

Militairement, l’armée russe est vaincue, je dois le dire une fois de plus, et ceux qui pratiquent l’aveuglement volontaire devront tôt ou tard ouvrir les yeux. Il reste à ses chefs l’utilisation comme chair à canon de gens envoyés sous la mitraille sans armes ni munitions : c’était la stratégie de Staline à Stalingrad, et Staline a envoyé des centaines de milliers de Russes, puis des millions, se faire tuer au front. La différence avec Staline est que Staline avait de l’armement américain et a pu retourner la situation en sa faveur, Poutine ne peut compter que sur l’Iran et la Corée du Nord, et l’armement américain est chez les Ukrainiens.

Il reste à Poutine à s’enfoncer un peu plus dans le crime contre l’humanité en bombardant l’Ukraine avec les missiles qui lui restent, et à s’acharner sur la population ukrainienne qui ne s’est pas soumise et ne se soumettra pas. Cela le conduira vers le tribunal international que j’ai évoqué plus haut, et même s’il n’est jugé que par contumace, il sera un paria dans l’ensemble du monde civilisé, qu’il parvienne à rester au pouvoir, ou qu’il en soit chassé.

Il ne peut pas se permettre de perdre. Or, il a perdu.

La question qui se pose, et que je pose une fois de plus, est : combien de temps les chefs de l’armée russe enverront-ils encore des hommes au massacre, et accepteront-ils l’humiliation que subit l’armée russe ? L’autre question est : la clique mafieuse qui a tiré avantage de la dictature poutinienne acceptera-t-elle que la Russie continue à glisser vers la débâcle et la destruction, ou cherchera-t-elle à limiter les dégâts qu’elle subit en éjectant Poutine ? Pour l’heure, l’armée est tenue par des fidèles de Poutine, mais il n’est pas dit que certains ne se retourneront pas contre lui. Les oligarques critiques de Poutine font des chutes mortelles, mais certains peuvent éviter les fenêtres et les escaliers.

Nul ne peut savoir si un coup d’Etat se produira au Kremlin. Cela semble improbable en cet instant. Mais si les lignes russes sont écrasées, et elles le seront très probablement dans les mois à venir, ce sera moins improbable.

Je n’évoque pas un soulèvement de la population de la Russie, car après tant d’années de dictature et tant de lessivage des cerveaux par la propagande, ce soulèvement est extrêmement improbable et une police omniprésente veille. Les opposants à Poutine sont morts, en exil ou en prison.

Je n’évoque pas non plus un sursaut éthique au sein de l’armée russe. Pour commettre les crimes de guerre commis en Ukraine depuis onze mois il faut n’avoir strictement et absolument aucune éthique, et pour travailler avec à ses côtés la milice Wagner, il faut avoir l’esprit criminel et vicieux d’un tueur en série.

On parle d’une offensive russe dans les semaines à venir.

Poutine peut encore envoyer des dizaines de milliers de Russes se faire tuer, oui, c’est exact. Il le fera sans doute en jouant son va-tout. Il n’a aucun respect pour la vie humaine.

Cela ne changera rien, car la Russie n’aura pas l’armement nécessaire, et cela dès lors contribuera seulement davantage au sinistre démographique que Poutine inflige à la Russie.

La prochaine offensive ukrainienne est retardée par la douceur de l’hiver en Ukraine et par le fait que l’état-major ukrainien veut porter l’assaut décisif avec des chars lourds dont elle ne dispose pas encore, et qui ne pourront de toute façon pas avancer sur un terrain boueux. Il était attendu que la réunion qui vient d’avoir lieu à Rammstein conduise à la livraison de chars lourds à l’Ukraine. Les Etats-Unis ont dit qu’ils ne livreraient pas de chars Abrams et ont expliqué pourquoi : la consommation de carburant des chars Abrams est trop importante pour que la logistique nécessaire soit transmise rapidement à l’Ukraine.

Les chars Leopard 2 que l’Allemagne fabrique sont bien plus adéquats, et ils sont en Europe. Plusieurs pays européens en disposent, et il y en a deux mille en Europe, ce qui permettrait aisément de donner à l’Ukraine ce dont elle a besoin, trois-cent chars. Olaf Scholz tergiverse, utilise des prétextes fallacieux, montre qu’il n’est pas un homme d’Etat. Les chars Leopard 2 ne seront pas livrés dans l’immédiat.

Si Olaf Scholz persiste dans son attitude (ce ne sera, je pense, pas longtemps le cas, tant les pressions sur l’Allemagne s’accentuent), il retirera à l’Allemagne la respectabilité qu’elle s’est efforcée de se donner de décennie en décennie depuis 1945. Être le pays responsable de l’abomination des abominations, la Shoah, est un héritage lourd à porter. Se conduire, même si ce n’est que pour quelques jours, en complice d’un dictateur criminel contre l’humanité pourrait doter l’Allemagne d’un nouvel héritage sombre. Chaque jour qui passe où Olaf Scholz persiste dans son attitude de blocage est un jour de plus pendant lequel Poutine est à même de commettre des horreurs.

L’offensive ukrainienne aura lieu, mais si Olaf Scholz devait persister, elle serait plus difficile, plus coûteuse en vies humaines.

Le blocage allemand, même temporaire, fait que les généraux américains qui pensaient que la défaite russe surviendrait en août 2023 pensent maintenant qu’il faudra sans doute plus de temps.

Les adeptes de l’aveuglement volontaire et ceux qui s’intoxiquent l’esprit en écoutant des suppôts de Poutine, façon Jacques Baud (qui fut quelques années plus tôt un suppôt de l’abominable régime Assad), imaginent encore une victoire de la Russie, sans voir (ou en voyant, et en ne le disant pas) que ce serait non seulement la victoire d’un criminel contre l’humanité, mais aussi un feu vert donné à tous les dictateurs criminels rêvant de meurtres et de prédation.

Il y avait des gens comme eux qui imaginaient encore la victoire de l’Allemagne nazie quand Hitler était enfermé dans son bunker et s’apprêtait à se suicider. 

Des gens qui détestaient les Etats-Unis par haine de la liberté du droit et de la démocratie et qui avaient déjà un net penchant pour les dictateurs et les criminels contre l’humanité ont révélé un peu plus ces derniers mois leur vrai visage. On le savait : il y a une extrême gauche en Europe. Il y a aussi une extrême droite, oui. Et la détestation des Etats-Unis par haine de la liberté du droit et de la démocratie est ce qui caractérise extrême gauche et extrême droite.

L’extrême droite s’efforce de cacher son penchant pour les dictateurs et les criminels contre l’humanité en utilisant des discours hypocrites et biaisés présentant Poutine comme un “défenseur de la civilisation” (à ce compte, Attila le Hun était sans doute un homme très civilisé) et l’OTAN comme un outil de sujétion aux Etats-Unis (l’adhésion à l’OTAN est volontaire et sans l’OTAN, l’Europe serait sans défense et à la merci de gens tels que Poutine, et ceux qui ont un penchant pour les dictateurs et les criminels contre l’humanité rêvent sans doute d’une Europe soumise à Poutine, Ali Khamenei et Xi Jinping : quel beau rêve !). Mais les discours hypocrites et biaisés ne trompent personne, et, souvent, pas même ceux qui les tiennent.

L’administration Biden est délétère, je ne cesse de le dire. Elle n’en a pas moins été conduite à prendre (trop partiellement hélas) les décisions qui s’imposaient face à l’agression lancée par un dictateur criminel contre une démocratie. Il lui resterait à convaincre Olaf Scholtz.

Ce qui doit être compris dans l’ensemble du monde occidental est que, parce que Poutine est un criminel contre l’humanité, c’est, oui, un devoir éthique de le mettre hors d’état de nuire. Il sera bientôt hors d’état de nuire. Il aura beaucoup nui, hélas.

Ce qui doit être compris aussi, clairement et nettement, dans l’ensemble du monde occidental est que seule la défaite totale et irrémédiable de Poutine pourra ramener la stabilité en Europe et dissuader d’autres dictateurs criminels d’agir : la Chine de Xi Jinping vis-à-vis de Taiwan, l’Iran d’Ali Khamenei vis à vis d’Israël.

La Russie de l’après Poutine sera sans doute imprégnée de ressentiment et de détestation de l’Occident, mais elle sera si affaiblie qu’elle ne pourra pas nuire militairement. Il serait mieux pour le peuple russe qu’elle devienne démocratique et paisible, mais nul ne doit rêver à la possibilité que cela survienne, hélas.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous