Publié par Jean-Patrick Grumberg le 26 février 2023
41 000 membres du clergé catholique ont reçu instruction de refuser la communion aux politiciens catholiques pro-avortement

Des dizaines de milliers de membres du clergé ont reçu des instructions fermes du cardinal Raymond Burke à l’intention des prêtres et des évêques catholiques sur la manière de refuser la communion à quelqu’un.

Devenez « lecteur premium », pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







« L’Église ne peut rester silencieuse et indifférente face à une offense publique contre le Corps et le Sang du Christ », indique un livret contenant les instructions.

Catholic Action for Faith and Family, un groupe consacré à la défense des principes de la foi catholique, a publié les instructions de Burke sous forme d’un livret : « Deny Holy Communion ? » Le fondateur et président de l’organisation, Thomas McKenna, a déclaré au Daily Signal qu’il envoyait un exemplaire à chaque membre du clergé catholique dans le cadre d’une campagne visant à informer les évêques, les prêtres et les diacres américains sur les fondements bibliques et théologiques de l’enseignement de l’Église.

« Il y a un grand malentendu et de nombreuses idées fausses sur cette question », a déclaré McKenna. « Il est présenté par certains membres du clergé, y compris des membres de la hiérarchie, qu’il n’y a vraiment jamais une situation où la Sainte Communion devrait être refusée à un pécheur public et non repenti qui professe être catholique.

La plupart des membres du clergé n’ont pas étudié la question d’une manière canonique formelle et ne connaissent que ce qui est présenté dans les discussions et les médias », a-t-il ajouté.

« Le cardinal Burke a rédigé cette étude pour mieux expliquer l’histoire et la sagesse de l’Église, qui s’est dotée d’un droit canonique traitant de cette question. Il ne s’agit pas d’une position du cardinal Burke suivie par d’autres personnes de la même tendance, pour ainsi dire. C’est la position que l’Église défend depuis 2 000 ans. Le cardinal Burke fonde son livre sur des enseignements et une doctrine formels, et non sur une opinion. »

Burke a initialement écrit ce livre en 2007, qui a été publié dans la « Periodica de Re Canonica Roma : Pontificia Universita Gregoriana », volume 96.

« Peu importe combien de fois un évêque ou un prêtre répète l’enseignement de l’Église concernant l’avortement, s’il reste sans rien faire pour discipliner un catholique qui soutient publiquement une législation permettant la plus grave des injustices et, en même temps, se présente pour recevoir la sainte communion, alors son enseignement sonne creux », a écrit le cardinal. « Garder le silence, c’est permettre une grave confusion concernant une vérité fondamentale de la loi morale ».

Il ne nomme pas spécifiquement les politiciens catholiques – McKenna dit que le livre n’était pas destiné à s’adresser à un politicien spécifique, mais plutôt à « énoncer de manière claire, les principes et les enseignements pour le clergé de s’adresser aux individus qui défient les enseignements de l’église d’une manière publique ».

La campagne de l’Action catholique pour la foi et la famille intervient alors que des politiciens catholiques de premier plan, comme le président Joe Biden, soutiennent et encouragent publiquement et à plusieurs reprises l’avortement, bien que l’Église catholique enseigne que l’avortement met fin à la vie d’un être humain et constitue un crime contre la vie humaine.

McKenna espère que l’envoi du livre aidera le clergé à comprendre l’enseignement de l’Eglise.

« Et dans certaines situations », ajoute-t-il, « lorsque cela est justifié, prendre des mesures pour confronter en privé les personnalités publiques qui défient les enseignements de l’Église, et entamer un processus pour les corriger, et s’ils ne se repentent pas et continuent à causer publiquement du scandale, alors leur demander de ne pas se présenter à la Sainte Communion.

Un point que le cardinal Burke montre dans le livre est que le Canon 915 est basé sur la charité et non sur le pénal », a souligné McKenna. « C’est de la charité que de corriger quelqu’un qui s’engage sur un chemin de perdition erroné et pécheur. Et c’est le rôle du clergé ».

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous