Publié par Magali Marc le 26 février 2023
Primaires de 2024 : pour le moment trois candidats républicains se sont officiellement déclarés

Pour ce qui est de l’élection présidentielle de novembre 2024, les analystes ne peuvent que spéculer et ils n’ont pas grand chose à se mettre sous la dent ces temps-ci. Joe Biden n’a pas encore annoncé s’il briguera un deuxième mandat, tandis que son épouse Jill et sa vice-présidente Kamala affirment que oui. Si aucun autre Démocrate ne se porte candidat, ce sera Joe pour les Démocrates. Du côté des Républicains, trois candidats ont jeté leur chapeau dans l’arène des primaires: soit Donald Trump, Nikki Haley et Vivek Ramaswamy. Ron DeSantis, considéré comme un favori par bien des analystes conservateurs, n’a toujours pas annoncé sa candidature.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de Mark Lewis, paru sur le site de Townhall, le 25 février. Je ne suis pas d’accord avec ce qu’il dit sur Donald Trump mais je sais que bien des conservateurs pensent comme lui.

Devenez « lecteur premium », pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







****************************

Et maintenant, il sont trois…

La course à la présidence de 2024 va commencer à chauffer rapidement. En fait, les discussions vont déjà engagées.

Du côté démocrate, l’investiture reviendra à Joe Biden, s’il la veut ; le fait qu’il n’ait pas encore annoncé sa candidature a suscité quelques interrogations (Breitbart a titré le 22 février : « 2024 : Joe No Show ? Delayed Decision Causing ‘Doubt' »), mais Joe va presque certainement se représenter, et il n’y a pas de Démocrates assez forts pour le concurrencer.

Les Républicains ont maintenant trois candidats : l’ex-Président Donald Trump, l’ex-ambassadrice à l’ONU, Nikki Haley, et l’entrepreneur multimillionnaire Vivek Ramaswamy, qui, lors de l’émission de Tucker Carlson du 21 février, a annoncé son intention de se présenter à la plus haute fonction du pays.

D’autres ont exprimé leur intention de se présenter (Chris Sununu, Larry Hogan, Asa Hutchinson, Tim Scott ; la liste est longue).

Mais tout le monde attend que Ron DeSantis annonce sa candidature, et il ne devrait pas trop tarder car une collecte massive de fonds est nécessaire et doit commencer assez tôt.

Si M. DeSantis est sérieux, il va devoir s’engager rapidement.

Mais, dans cet article, je me permet de me concentrer sur les trois candidats qui ont récemment attiré l’attention.

1. Nikki Haley. Elle a apparemment connu une hausse dans les sondages (jusqu’à 6% ! Ouais !) après son annonce, et elle obtiendra probablement l’appui de Mitch McConnell, Mitt Romney, Lindsey Graham et tous les autres RINO. Mais vous et moi allons choisir le candidat républicain et nous n’allons pas la choisir elle. Passons à autre chose.

2. Donald Trump. Il continue de se montrer partout, en disant des choses presque correctes de diverses manières. Il demeure le grand favori pour obtenir la nomination républicaine. Nous savons tous qu’il a rebuté beaucoup de gens, et pas seulement des démocrates, des indépendants et des RINO. Sa soif de pouvoir est un peu rebutante ; je n’ai pas spécialement confiance en quelqu’un qui veut le pouvoir à tout prix comme le fait M. Trump, même s’il est de notre côté [ NdT: Comme si on pouvait devenir président des États-Unis sans en avoir l’ambition…]. La grande question avec The Donald, bien sûr, est de savoir s’il peut gagner une autre élection générale. C’est extrêmement problématique. Le peuple américain veut-il vraiment avoir à nouveau le choix entre Joe Biden et Donald Trump ?

Eh bien, ils vont avoir Joe sur le ticket démocrate, c’est presque certain. Les fidèles républicains proposeront-ils Trump comme alternative ? Je soupçonne la plupart des Américains, franchement, de préférer deux autres options, mais ils risquent de ne pas les obtenir.

3. Je voudrais consacrer un peu plus de temps dans cet article à présenter Vivek Ramaswamy.

Bien que, actuellement, il n’ait absolument aucune chance d’être nommé, il a jeté son chapeau dans l’arène, et il est donc au moins digne d’un coup d’œil.

Je n’avais jamais entendu parler de ce type avant le 21 février. J’ai lu un peu sur lui. Voici quelques informations que j’ai trouvées.

  • Il veut se présenter sur une plateforme « anti-Woke ». Il critique l’accent mis par les Démocrates sur la diversité et dénonce les politiques de la gauche concernant la pandémie du coronavirus et le changement climatique.
  • Il est parfaitement conscient de la division que la gauche provoque en Amérique : « Ils vous disent que votre race, votre sexe et votre orientation sexuelle déterminent qui vous êtes, ce que vous pouvez accomplir et ce que vous êtes autorisé à penser. »

Je n’aurais pas pu mieux le dire moi-même. C’est un bon point pour Vivek.

  • Il veut également restreindre la capacité des grandes entreprises technologiques à contrôler les plateformes qui limitent la liberté d’expression. Cela doit être fait, mais cela pourrait nécessiter un certain pouvoir gouvernemental, ce qui refroidit un peu mon enthousiasme.
  • Il a (ou veut avoir) un plan de « démantèlement » de la discrimination positive, qui gangrène « toutes les sphères de la vie américaine » et, comme indiqué, il s’oppose apparemment à la « nouvelle religion climatique ». Encore quelques bons points pour Vivek.
  • Fait intéressant, M. Ramaswamy a également déclaré que les États-Unis ont besoin d’un « découplage total de la Chine », un pays qui, selon lui, est une plus grande menace pour l’Amérique que l’Union soviétique l’était pendant la guerre froide. Cela ajoute plusieurs points au total de Vivek.

Il a dit que la séparation économique de la Chine ne serait pas facile, ce qui est sans doute un euphémisme, étant donné le nombre d’Américains qui font leurs courses chez Wal-Mart. Mais, « certains sacrifices de commodités à court terme » sont nécessaires pour atteindre des objectifs à long terme.

C’est souvent vrai. C’est également l’argument avancé par M. Biden au sujet du pétrole, du gaz naturel, des combustibles fossiles et du passage aux énergies renouvelables.

Reste à savoir si le peuple américain est prêt à faire des sacrifices à « court terme » en rompant notre dépendance vis-à-vis de la Chine. Mais, c’est un argument valable et je pense qu’il a raison à ce sujet. Un autre bon point pour Vivek.

Mes « points » en faveur de Vivek ne sont, en aucune façon, destinés à être un appui à sa candidature.

Ce qu’il a dit lors de l’émission de Tucker Carlson, et les citations limitées que j’ai donné ci-dessus, sonnent très bien.

Mais je ne connais rien d’autre de l’homme, et il est très loin d’obtenir la nomination républicaine, c’est le moins que l’on puisse dire.

D’après ce que j’ai entendu et/ou lu jusqu’à présent de M. Ramaswamy, il est de la tête et des épaules au-dessus de Nikki Haley, et il n’a pas le bagage de Donald Trump.

Au pire, c’est un personnage intéressant, et nous allons devoir attendre afin de voir s’il a une quelconque influence dans la course républicaine.

Qui sera le prochain à se mettre sur la liste républicaine ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : Townhall

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous