Publié par Guy Millière le 24 mars 2023

La description faite par les médias français de l’agitation judiciaire qui règne à New York étant très lacunaire et nettement diffamatoire, il importe de remettre les faits à leur place.  

Le premier fait qui doit être souligné est que le procureur qui est au cœur de l’agitation est un gauchiste. Il a été élu à son poste grâce au soutien financier massif de George Soros, qui fait son possible pour faire élire des juges et des procureurs gauchistes sur tout le territoire des Etats-Unis. Lorsqu’il y parvient, la criminalité explose. Le procureur Alvin Bragg (procureur du district de New York) n’est pas une exception à la règle. Dès son entrée en fonction, il a déclaré qu’il ne poursuivrait pas les coupables de vols sans violence, les violences contre des policiers lors d’arrestations, l’usage de transports en commun sans ticket, la revente de drogues douces dans la rue. Il a ajouté qu’il ne mettrait pas en détention préventive les auteurs de vols à main armée dans les magasins si des violences physiques n’ont pas eu lieu. Les résultats en termes de délinquance à New York ont suivi immédiatement. Il a fait campagne en disant que son but primordial était de mettre Donald Trump en prison. Quand on lui a demandé pour quel motif, il a juste dit que la place de Trump est en prison, sans autre explication. Letitia James, également financée par George Soros, avait été élue procureur de l’Etat de New York en 2018 avec le même programme : elle s’en est prise, elle, à la Trump Organization, et espérait-elle aussi envoyer Trump en prison. Elle n’a pas réussi pour le moment, malgré ses efforts. Elle a juste, en violation des lois américaines, accusé la Trump Organization de fraude fiscale pour des motifs qui ne sont pas du tout de l’ordre de la fraude fiscale et envoyé en prison Allen Weisselberg, le directeur financier de l’entreprise, coupable d’avoir travaillé pour Trump. Alvin Bragg a choisi de s’en prendre à Trump sous un autre angle : l’argent versé à l’actrice pornographique Stormy Daniels par l’avocat Michael Cohen en 2016.

Devenez “lecteur premium”, pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre






Le deuxième fait qui doit être souligné est que le dossier Stormy Daniels est vide. Trump a toujours nié les accusations de Stormy Daniels, et de nombreux éléments, qui ont été établis par les avocats de Donald Trump, montrent que ce sont des accusations mensongères. Stormy Daniels, actrice pornographique prise en main à l’époque par un avocat véreux, Michael Avenatti (aujourd’hui en prison pour fraude fiscale, extorsion d’une somme de 300.000 dollars appartenant à Stormy Daniels, tentative d’extorsion de fonds exercée envers l’entreprise Nike et vol d’un million six cent mille dollars à un entrepreneur nommé Greg Barela) a contacté Michael Cohen, qui était à l’époque l’un des avocats de Donald Trump, et a menacé de déclarer publiquement qu’elle avait eu des relations sexuelles avec Trump. L’élection présidentielle de novembre 2016 était proche, et Michael Cohen a décidé de céder au chantage et de payer à Stormy Daniels la somme qu’elle exigeait et que Michael Avenatti lui avait conseillé d’exiger, 130.000 dollars. Michael Cohen a informé Trump plus tard, et Trump lui a remboursé les 130.000 dollars, avec son chéquier de PDG de la Trump Organization dont il est intégralement propriétaire. Ce n’est ni la première ni la dernière fois que quelqu’un cède à un chantage, et le geste de Michael Cohen à quelques jours d’une élection était compréhensible et n’était en rien délictueux. Le fait que Donald Trump ait fait ultérieurement un chèque à Michael Cohen n’était en rien délictueux non plus.

Le troisième fait est le retournement de Michael Cohen. Le procureur spécial Robert Mueller, cherchant des moyens d’incriminer Trump en raison de l’(inexistante) “collusion avec la Russie” inventée par le Parti Démocrate et l’équipe de campagne de Hillary Clinton en 2016 (sur la base d’un dossier entièrement fabriqué), a ordonné au FBI une perquisition dans le bureau et l’appartement de Michael Cohen et a fait saisir tous les documents qui ont été trouvés. Le but était de trouver de quoi incriminer Trump. Ce qui a été découvert a été un ensemble d’éléments montrant que Michael Cohen s’était rendu coupable de fraudes bancaires et fiscales. Pour tenter d’échapper à la prison, Michael Cohen a donné à Robert Mueller tous les éléments concernant sa transaction avec Stormy Daniels et lui a promis d’autres éléments compromettants sur Trump.  Il a déclaré avoir agi sur ordre de Trump pour payer Stormy Daniels. Il a proféré sous serment diverses accusations contre Trump qui se sont avérées fausses grâce à l’action des avocats que Donald Trump a engagés pour contrer les accusations de Michael Cohen, ce qui a valu à ce dernier d’être accusé de faux témoignage et de parjure. Michael Cohen a été condamné à une peine de trois ans de prison. Il a, bien qu’il l’ait trahi, demandé l’aide de Trump, sans l’obtenir, bien sûr, et il voue depuis une haine absolue à Trump.  Depuis qu’il est sorti de prison, il se répand en propos bilieux envers Trump sur CNN (Michael Avenatti faisait la même chose avant d’être arrêté et jugé).

Le quatrième fait est l’affaire Stormy Daniels telle qu’elle s’est déroulée. Après que Michael Cohen ait dit ce qu’il a dit à Robert Mueller sur le dossier Story Daniels, et après que Robert Mueller ait tout divulgué à la presse, Michael Avenatti a porté plainte au nom de Stormy Daniels contre Trump, en disant qu’il mentait en disant ne pas avoir la moindre relation avec Stormy Daniels.  La plainte n’a pas abouti : Stormy Daniels a été déboutée et condamnée à payer les frais de justice déboursés par Donald Trump. Les avocats de Donald Trump ont demandé au nom de leur client que Stormy Daniels ne soit pas condamnée à payer des dommages et intérêts. Michael Avenatti a poussé Stormy Daniels à déposer d’autres plaintes. Celle-ci a été interviewée fréquemment sur CNN et MSNBC.

Alors que le dossier semblait clos, Alvin Bragg a décidé de s’en saisir. Il entendait accuser Trump d’avoir remboursé Michael Cohen avec l’argent de la Trump Organization et de l’avoir fait pendant la campagne électorale, et il voulait dire que les 130.000 dollars constituaient une somme ayant contribué à la campagne électorale de Trump, mais n’ayant pas été déclarée comme telle. Il avait choisi un témoin de choix pour l’accusation : Michael Cohen ! Et Michael Cohen a répété qu’il avait versé 130.000 dollars à Stormy Daniels sur ordre de Trump. Lundi dernier, un homme a demandé à témoigner devant le grand jury chargé de mettre Trump en examen, Robert Costello, qui a été l’avocat de Michael Cohen quand celui-ci a été mis en examen. Robert Costello a déclaré que, devant lui et d’autres personnes, Michael Cohen a dit qu’il était prêt à tout pour éviter la prison, y compris mentir et salir Trump. Il a rappelé que Michael Cohen a été condamné à la prison pour faux témoignage et parjure. Il a produit une lettre envoyée par Stephen Ryan, un autre avocat qui a défendu Michael Cohen, à la Commission Electorale Fédérale (juste avant que Michael Cohen se livre à de faux témoignages contre Trump), disant que ce dernier a utilisé ses fonds personnels pour payer Stéphanie Clifford (vrai nom de Stormy Daniels) en 2016. La lettre ajoute que ni la Trump Organization ni la campagne de Donald Trump n’ont été parties à la transaction et n’ont été au courant de celle-ci quand elle a eu lieu.   Il a été découvert quelques heures plus tard que 600 pages de documents exonérant totalement Trump qui étaient dans le bureau d’Alvin Bragg ont été dissimulées par celui-ci, ce qui est une faute très grave.

J’ai pensé utile de donner tous les détails, pour montrer le total dévoiement de la justice par Alvin Bragg, et il n’est pas le seul à procéder ainsi, non : outre Letitia James, Fani Willis, procureur du Fulton county en Georgia, gauchiste elle aussi, procède de la même façon. Jack Smith nommé procureur spécial pour enquêter sur Trump par le très à gauche ministre de la Justice de l’administration Biden, Merrick Garland, ne vaut pas mieux.  

La gauche américaine est déchainée contre Donald Trump et utilise des procureurs gauchistes sans aucun scrupule pour arriver à ses fins. Ces méthodes sont absolument indignes des Etats-Unis. Elles sont couvertes par l’administration Biden, qui est une administration crapuleuse elle-même indigne des Etats-Unis.

La place d’avocats comme Michael Avenatti et Michael Cohen est en prison. Michael Avenatti y est, pour vingt ans. Michael Cohen est dehors. Que Michael Avenatti ait été une star de CNN pendant des mois est une honte pour CNN. Que Michael Cohen soit lui-même une star de CNN aujourd’hui est également une honte pour CNN. Qu’un procureur ait voulu utiliser comme témoin un homme comme Michael Cohen est sordide. Qu’une actrice pornographique condamnée pour diffamation ait pu être une star de CNN et de MSNBC pendant quelques mois en dit très long sur CNN et MSNBC.

Donald Trump s’attendait à être inculpé et arrêté mardi. Il ne l’a pas été. Le grand jury qui devait l’inculper ne se réunira pas avant lundi.   Le dossier d’Alvin Bragg est en miettes. C’est présentement la tempête au sein de son bureau, car il semble certain que les 600 pages de documents susdits ont été divulguées par un membre de son équipe. Le représentant républicain Jim Jordan, qui dirige la commission sur la justice à la Chambre des représentants souhaite entendre Alvin Bragg et a déclaré que ce dernier mérite la prison pour utilisation de faux témoignage et dissimulation de preuves. Il a raison.

Alvin Bragg n’ira pas en prison, aucune des crapules gauchistes qui peuplent le Parti Démocrate et les bureaux de procureurs aux Etats-Unis aujourd’hui non plus. CNN et MSNBC vont continuer à mentir et à diffamer Donald Trump, impunément.

Il est devenu peu probable que Donald Trump soit inculpé par Alvin Bragg, mais cela reste possible, malgré tout, bien que Donald Trump n’ait rien à se reprocher. Fani Willis et Jack Smith cherchent aussi à envoyer Donald Trump en prison, et Letitia James n’a pas renoncé. Il y a présentement quelque chose d’extrêmement pourri aux Etats-Unis, et la gauche américaine est l’incarnation abjecte de ce pourrissement. Elle cherche à transformer les Etats-Unis en un pays autoritaire régi de manière permanente par des crapules.

Ce qui peut éviter la prison à Trump est que plus des procureurs gauchistes l’incriminent, plus ses chances de gagner les élections primaires républicaines et de gagner en 2024 augmentent : c’est ce que montrent les sondages. La gauche américaine ne s’attendait pas à ce résultat. Au sein du peuple américain, l’acharnement de la gauche contre Trump passe de plus en plus mal. Des membres de la gauche américaine commencent à s’en inquiéter. Ils voulaient que le Parti Démocrate aux mains de l’extrême gauche devienne une sorte de parti unique. Ils ne sont plus certains d’obtenir le résultat qu’ils espèrent.

Si vous lisez la presse française, vous “apprendrez” que Donald Trump est coupable de tout ce dont on l’accuse et qu’Alvin Bragg est intègre et impeccable : logique, les journalistes français qui traitent du sujet s’informent sur CNN et MSNBC, et pour la presse écrite, sur le Washington Post et le New York Times, qui sont les versions imprimées de CNN et MSNBC.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

En savoir plus sur Dreuz.info

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading