Publié par Gaia - Dreuz le 29 mars 2023
Un coup d’État de la « résistance » vient de mettre en échec la démocratie israélienne

Le faux récit du « coup d’État judiciaire » de M. Netanyahou pourrait atteindre son objectif, à savoir le renverser. Mais plus encore, les conséquences pour les futurs gouvernements et les relations entre les États-Unis et Israël sont inquiétantes.

Après des mois de protestations de masse de plus en plus véhémentes contre les projets de son gouvernement visant à réformer le système judiciaire israélien, incontrôlable et hautement partisan, le Premier ministre Benjamin Netanyahu semble avoir cédé à la pression. Il a déclaré qu’il allait « retarder la réforme judiciaire pour donner une chance à un véritable dialogue ». Mais il est fort douteux que ce soit simplement un temps d’arrêt qui permette à ses partisans de se ressaisir et à ses opposants de se calmer et d’accepter un compromis sur la question.

Devenez « lecteur premium », pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







Au contraire, Netanyahou agite le drapeau blanc sur la réforme judiciaire et tout le monde le sait. Et comme le but ultime des manifestations n’était pas seulement d’empêcher l’adoption d’une loi mais de renverser le gouvernement, il n’est pas certain que le Premier ministre puisse rester longtemps au pouvoir après cette humiliation, car ses alliés sont ébranlés et ses opposants ne seront pas satisfaits tant qu’il n’aura pas été éjecté du pouvoir.

Reste à savoir si cela se produira. Mais ce qui est clair, c’est que les conséquences des événements de ces derniers mois vont bien au-delà de l’avenir du système juridique israélien.

L’annonce de M. Netanyahou donne lieu à des célébrations au sein de la gauche israélienne ainsi que parmi ses partisans étrangers, en particulier au sein de l’administration Biden et des groupes juifs libéraux. Et ils ont de bonnes raisons de se réjouir. La résistance anti-Bibi a été en mesure de vendre au monde un faux récit selon lequel ses efforts n’étaient rien d’autre qu’un effort réussi pour défendre la démocratie contre les efforts d’autoritaires en puissance qui voulaient créer un État théocratique fasciste.

Mais l’idée qu’un soulèvement du « peuple » a empêché un « coup d’État » de Netanyahou et de ses alliés est une pure projection. Ce à quoi le monde vient d’assister était lui-même un coup d’État en douceur. En méprisant les électeurs nationalistes et religieux dont les bulletins de vote ont donné à la coalition de Netanyahou une nette majorité à la Knesset en novembre et en leur imputant leur propre désir d’écraser leurs opposants politiques, la gauche culturelle a montré qu’elle disposait d’un droit de veto effectif sur les résultats d’une élection démocratique.

En exerçant ce veto, ils ont donné aux ennemis d’Israël, qui se moquent du pouvoir des tribunaux et de l’identité du premier ministre de l’État juif, des munitions qui rendront plus efficace leur campagne internationale visant à isoler leur pays.

Plus important encore, ils ont enfreint des règles et créé des précédents qui auront un impact sur les futurs gouvernements israéliens, quel que soit leur dirigeant. Ils ont montré que même une élection ne peut pas briser la mainmise de la gauche sur le pouvoir effectif par le biais d’un système de tribunaux et de conseillers juridiques qui ont effectivement fait d’Israël une juristocratie plutôt qu’un pays gouverné par les représentants du peuple. Cela envoie un message dangereux aux personnes dont les votes ont déterminé le résultat de l’élection, à savoir que leurs opinions n’ont pas d’importance et qu’elles devraient perdre confiance dans la capacité de l’action politique à avoir un impact sur la société.

L’opposition n’a pas respecté les règles

M. Netanyahou et ses collègues de la coalition ont commis de nombreuses erreurs au cours des derniers mois. Le premier ministre a été inhibé par une décision scandaleuse du procureur général qui l’a réduit au silence sur la question la plus importante à laquelle son pays est confronté. De plus, en concentrant l’essentiel de ses efforts sur la tentative de rallier les nations occidentales réticentes à faire face à la menace iranienne, il a été distrait de ce qui se passait chez lui.

Il a été critiqué pour avoir tenté d’imposer un changement fondamental du système judiciaire par le biais d’une majorité partisane relativement étroite, sans consensus national. Mais ceux qui disent cela sont des hypocrites. Un gouvernement israélien de gauche a imposé les désastreux accords d’Oslo avec une majorité encore plus étroite. Les Démocrates comme le président Joe Biden, qui prétendent la même chose, semblent également oublier que l’administration Obama qu’il a servie a fait la même chose avec les soins de santé malgré l’absence de consensus ou même en faisant des gestes minimes en faveur d’un compromis.

Compte tenu de la volonté de ses adversaires de tout mettre en œuvre pour le diffamer ou le délégitimer, voire de le traîner devant les tribunaux sur la base de fausses accusations de corruption, il est difficile de comprendre que M. Netanyahou sous-estime ses adversaires. Après être sorti d’une impasse politique de trois ans en obtenant 64 sièges à la Knesset pour former la première majorité claire depuis sa victoire en 2015, le Premier ministre pensait en quelque sorte que ses adversaires respecteraient les règles et le laisseraient gouverner.

Il n’a pas compris qu’à l’instar de la volonté de la gauche politique américaine de tout faire pour vaincre l’ancien président Donald Trump, même si cela signifiait entraîner le pays dans trois années dominées par le canular de la collusion avec la Russie, ses opposants étaient prêts à mettre le pays à feu et à sang, à déstabiliser son économie et même à affaiblir sa défense nationale pour le mettre à la porte. L’idée que la limitation du pouvoir de la Cour – une idée que le leader de l’opposition Yair Lapid soutenait avant de se rendre compte que s’accrocher à la résistance lui donnerait une chance d’effacer sa défaite de l’année dernière – était le but des manifestations a toujours été fausse. On pourrait dire la même chose de l’affirmation selon laquelle empêcher les tribunaux d’exercer de manière sélective un pouvoir irresponsable sans aucune base légale était la fin de la démocratie ou le premier pas vers la création d’un État théocratique.

Avec le chaos qui régnait dans les rues – les établissements financiers, juridiques, culturels, médiatiques et universitaires s’étant ralliés à l’opposition de gauche – le premier ministre était déjà au pied du mur. Mais le refus généralisé de nombreux réservistes, en particulier parmi ceux qui occupent des postes qualifiés tels que les pilotes, de se présenter au service de réserve menaçait la sécurité nationale du pays. Avec les grèves générales qui ont entraîné la fermeture des aéroports et des services médicaux, cela a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase et qui a fait perdre courage aux membres déjà fragiles de la coalition.

La coalition a tardé à mobiliser ses propres électeurs, qui, après tout, avaient été plus nombreux que l’opposition lors des dernières élections. Les partisans du gouvernement ont été contraints d’assister, impuissants, à l’hésitation de leurs dirigeants, aux querelles entre eux et à leur incapacité à agir de manière décisive dans la bataille de l’opinion publique.

Il est devenu impossible d’aller de l’avant face à une résistance qui était prête à saccager même la plus sacrée des traditions civiques israéliennes, à savoir la défense nationale, afin de remporter une victoire politique. Alors que son propre parti perdait toute discipline et que le gouvernement américain et de nombreuses institutions juives américaines de premier plan soutenaient également l’opposition, M. Netanyahou n’avait d’autre choix que d’essayer d’éviter tout dommage supplémentaire.

M. Netanyahou s’est fait une carrière en prouvant à plusieurs reprises que ceux qui avaient écrit sa nécrologie politique avaient tort. Néanmoins, si les manifestations se poursuivent – et il n’y a aucune raison de croire qu’elles s’arrêteront complètement jusqu’à ce qu’une nouvelle date d’élection soit fixée – le gouvernement peut essayer de réinitialiser le débat sur l’appétit de la gauche pour le pouvoir et non sur sa prétendue dévotion à la démocratie.

Qu’il y parvienne ou non n’est pas aussi important que les implications d’une bataille politique dans laquelle un grand nombre de personnes étaient prêtes à saboter le pays afin de préserver le pouvoir de l’establishment de déterminer la politique, quel que soit le vainqueur des élections.

Implications pour l’avenir

Cela se produira-t-il désormais à chaque fois que la droite remportera une élection ? Probablement. Cela signifie non seulement que la juristocratie défendra son pouvoir, mais aussi que ses partisans s’engagent de manière permanente à contrecarrer la volonté des électeurs qui pourraient continuer à être plus nombreux qu’eux à l’avenir.

Et comment un gouvernement théorique de gauche – en supposant, comme beaucoup le font aujourd’hui, que Lapid et ses alliés puissent gagner les prochaines élections – réagira-t-il si un grand nombre d’opposants de droite tentent de jouer le même jeu ? Si le débat sur les désastreux accords d’Oslo et le retrait de Gaza en 2005 est un indicateur de leur comportement, ils réprimeront leurs opposants comme Netanyahou a hésité à le faire cette année avec l’emprisonnement généralisé des dissidents. Le renvoi de l’armée de ceux qui refusent les ordres, au lieu des gentilles leçons de morale que les refusniks anti-Bibi ont reçues, est également probable.

Alors que la gauche a menacé de recourir à la violence contre ses opposants, voire à la guerre civile, si elle n’obtenait pas gain de cause en matière de réforme judiciaire, qui peut vraiment croire qu’elle hésitera à en déclencher une si elle est au pouvoir et que la droite se soulève dans les rues comme nous venons d’en être les témoins ?

De même, les implications pour les relations extérieures d’Israël sont tout aussi inquiétantes. L’opposition a essentiellement légitimé l’implication américaine dans la politique intérieure d’Israël, même sur un sujet qui n’avait rien à voir avec les questions de territoire et de paix. Cela affaiblit l’indépendance du pays à un moment dangereux où, comme Netanyahou a essayé de le souligner, la menace de l’Iran s’accroît.

De plus, les adversaires de M. Netanyahou ont (qu’ils le réalisent ou non) également légitimé les arguments visant à nier qu’Israël est une démocratie. Alors que ses adversaires pensent que cela ne s’applique qu’aux périodes où la droite remporte les élections, ils pourraient se rendre compte que pour les antisémites qui attaquent l’État juif dans les forums internationaux et dans la politique américaine où la gauche intersectionnelle est de plus en plus influente, cela s’applique également aux gouvernements dirigés par des partis qui ne s’appellent pas Likoud.

En fin de compte, les citoyens d’Israël – que ce soit par le biais d’élections démocratiques ou d’actions de foule qui brisent les gouvernements et les majorités à la Knesset – détermineront leur propre destin. Et ceux qui regardent depuis l’étranger doivent accepter l’issue de ces luttes et continuer à soutenir l’État juif contre ses ennemis.

Pourtant, loin de défendre Israël contre des forces autoritaires, les manifestants ont créé un précédent qui hantera les futurs gouvernements de toutes sortes et ébranlera les fondements de sa démocratie. La question de savoir si ces dommages peuvent être réparés reste ouverte.

Jonathan S. Tobin est le rédacteur en chef de JNS (Jewish News Syndicate).

Source : JNS

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Gaïa pour Dreuz.info.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous