Publié par Jean-Patrick Grumberg le 28 avril 2023

Selon un article publié par Deutsche Welle (DW), le radiodiffuseur international allemand, le 20 avril 2023, quelque 15,3 millions de personnes en Allemagne, soit un peu moins d’une personne sur cinq au niveau national, ont immigré à un moment ou à un autre de leur vie, selon les nouvelles statistiques du gouvernement pour 2022. Près de 5 millions de personnes supplémentaires sont nées de parents immigrés.

Environ 20,2 millions de personnes en Allemagne en 2022 ont immigré dans le pays ou sont nées de deux personnes qui ont immigré, selon les derniers chiffres publiés par l’Office fédéral des statistiques, Destatis. Ce chiffre est en hausse de 6,3 % par rapport à 2021 et représente 24,3 % de la population totale, qui s’élève à environ 83,2 millions de personnes.

Parmi eux, 15,3 millions, soit 18,4 % de la population, ont quitté l’étranger pour venir s’installer en Allemagne au cours de leur vie.

Les statistiques révèlent également les niveaux moyens élevés de migration de ces dernières années.

Un peu plus de 6 millions de personnes ont émigré en Allemagne au cours de la dernière décennie, entre 2013 et 2022.

L’augmentation des migrations en provenance de zones de conflit comme l’Ukraine, la Syrie et l’Afghanistan en 2022 signifie que le nombre de personnes qui ont migré elles-mêmes a augmenté plus rapidement (+ 7,3 % par rapport à l’année précédente) que le nombre d’enfants nés de parents migrants (+ 4 % par rapport à 2021), a indiqué Destatis.

Histoires d’immigration et antécédents de migration

Destatis a recensé 4,9 millions d’autres personnes, soit environ 6 %, dont les deux parents ont émigré en Allemagne.

Destatis a également noté que 3,9 millions d’autres personnes avaient un parent immigré, tout en précisant qu’elles n’étaient pas considérées comme ayant une “histoire d’immigration” complète, mais plutôt comme ayant une “histoire unilatérale”.

Il se peut que vous ayez vu ou entendu des chiffres légèrement plus élevés concernant la taille de la population immigrée en Allemagne par le passé. Cela s’explique par le fait que Destatis suivait ce qu’il décrit comme des personnes ayant une Einwanderungsgeschichte, une “histoire d’immigration”, mais il fait aussi régulièrement état de personnes en Allemagne ayant un Migrationshintergrund, un “arrière-plan de migration”.

Les statistiques sont distinctes, mais les données se recoupent considérablement. La différence réside dans le fait que pour être considéré comme ayant un “passé migratoire”, il suffit qu’un ou plusieurs parents ne soient pas nés citoyens allemands.

Quelque 23,8 millions de personnes en Allemagne, soit 28,7 % de la population, répondent à cette définition, a déclaré Destatis, ce qui représente une légère augmentation par rapport à son dernier décompte.

L’Allemagne est connue depuis longtemps pour sa politique migratoire relativement ouverte, qui résulte en partie de décennies de faibles taux de natalité et d’un vaste marché du travail. Le gouvernement travaille actuellement à l’élaboration d’une nouvelle politique destinée à mieux attirer la main-d’œuvre qualifiée en provenance de pays extérieurs à l’UE.

Devenez “lecteur premium”, pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre






D’où viennent les nouveaux arrivants et pourquoi ont-ils émigré ?

Destatis a constaté que les personnes ayant émigré en Allemagne au cours des dix dernières années étaient en moyenne plus jeunes que les citoyens allemands, avec un âge moyen de 29,9 ans contre 47,0 ans pour l’ensemble de la population.

Parmi eux,

  • 27,9 % ont déclaré avoir fui ou demandé l’asile,
  • 24,2 % ont déclaré avoir cherché du travail et
  • 23,8 % ont déclaré avoir rejoint leur famille.
  • Par ailleurs, 8,2 % des personnes interrogées ont déclaré avoir émigré pour poursuivre des études.

Les 15,3 millions d’Allemands qui ont émigré au cours de la dernière décennie présentent une quasi-parité entre les sexes : 47 % sont des femmes et 53 % des hommes.

Les pays d’origine les plus fréquents sont :

  • la Syrie, frappée par la guerre civile (16 %), suivie de la
  • Roumanie (7 %) et de la
  • Pologne (6 %), puis de
  • l’Ukraine (5 %).
  • Destatis a noté que l’augmentation inattendue des arrivées en provenance d’Ukraine en 2022 n’était probablement pas encore représentée de manière adéquate dans les données.

Conclusion

Les Allemands ne font presque plus d’enfants. C’est leur choix. Leur économie est forte, ce n’est donc pas pour des raisons liées au coût de la vie. Le temps de travail hebdomadaire est faible, ce n’est donc pas par manque de temps pour élever des enfants. Les raisons sont ailleurs, et cet article n’a pas pour but d’examiner les aspects sociologiques de la société allemande, un débat cependant passionnant qui remonte à l’holocauste. La conséquence de tout cela est que d’autres peuples compensent leur nihilisme. C’est leur choix, respectons-le.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Source : https://www.dw.com/en/germany-immigrants-made-up-over-18-of-2022-population/a-65383249

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

En savoir plus sur Dreuz.info

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading