Publié par Thierry Martin le 24 avril 2023

Tribune : au point où en sont les Français, les syndicats et le gouvernement, il nous faut ici et maintenant une sidération des esprits

Il suffirait que Macron nomme Madelin premier ministre et le laisse former un gouvernement libéral. Les 100 jours, c’est-à-dire d’ici le Quatorze juillet, pourraient servir à mener une véritable révolution libérale sous le signe de La Constitution de la liberté*, l’ouvrage de Friedrich Hayek que brandissait Margaret Thatcher ou plus simplement d’après le principe conservateur pompidolien selon lequel il faut d’abord : arrêter d’emmerder les Français ; mais surtout et en revanche parce qu’il faut faire confiance au génie français. 

Exorde : Le libéralisme est-il la cause de la crise en France, pays le moins libéral du monde libre ? Ce serait fort étonnant. Mieux, avec l’arrivée de Macron (mais on le reprochait aussi à Sarkozy) on parle de dérive vers un libéralisme anglo-saxon. Mais qu’entend-on exactement par cette expression valise : “politique libérale à l’anglo-saxonne” ? Le libéralisme n’est-il pas aussi français que Frédéric Bastiat* ? On parle aussi de néo-libéralisme, mais qu’entend-on exactement par-là ? Parce que dans ce dernier cas on quitte le libéralisme pour le constructivisme, idem pour l’ordo-libéralisme allemand. L’Union Européenne, laboratoire du globalisme, étant basée sur ce dernier principe. La vérité c’est que le libéralisme disparu à jamais sous Mitterrand fait peur aux Français, ces enfants gâtés qui en appellent à l’Etat-nounou, l’autre nom du socialisme-quoi-qu’il-en-coûte, qui a désormais remplacé le sévère Etat-papa gaullien.

La dimension libérale ne représente pas le marais des « orléanistes », européistes et globalistes, monopolisant les pouvoirs, mais au contraire l’égalité des chances, la méritocratie, la suppression des barrières à l’entrée, la suppression des prélèvements obligatoires sur le travail. Une idéologie qui ne favorise ni les héritiers, ni les rentiers, ni les apparatchiks ? Le libéralisme de Smith revisité au XXe siècle par Hayek et son « ordre spontané » veut laisser une chance aux bonnes pratiques, aux bonnes lois, aux bonnes idées sédimentées par l’histoire des hommes contre ce rationalisme progressiste pavé de bonnes intentions mais qui nous ramène ou nous conduit toujours au socialisme. Le marxisme a tellement frappé les esprits des baby-boomers que les keynésiens passent pour des libéraux.

Un vrai libéralisme économique adossé à un socle conservateur de valeurs aux racines judéo-chrétiennes trouverait naturellement son équilibre social dans les frontières naturelles de notre pays comme ailleurs en Occident. Ce qui nous menace aujourd’hui avec Macron ce n’est pas le libéralisme mais le capitalisme californien globalisé destructeur des nations et son idéologie : un libéralisme libertaire vert, financier, numérique, hightech et bohème, bref wokiste. C’est le triomphe de la finance globalisée, des GAFAM, des plateformes qui remplacent Hollywood et du capitalisme de connivence (crony capitalism) qui est le contraire du libéralisme. Ils veulent le beurre, l’argent du beurre et la « californication » d’un monde sans-frontière. En même temps qu’ils élargissent la base sociologique au-delà des seuls financiers comme Soros, les artistes, les immigrés, les blacks essentialisés en minorités, les femmes, elles aussi essentialisées en minorités – un comble, les lesbiennes, les gays, les bis, les trans, récupérés par les LGBTetc, les délinquants (droit de vote aux prisonniers), font mine de s’en prendre aux systèmes comme à Davos, alors qu’ils en sont ses alliés objectifs en contribuant à la destruction des nations par le bas. Venez comme vous êtes, c’est le tour de force du système néo-capitaliste, il est séduisant, il vous prend comme vous êtes, il n’y aura plus d’efforts à fournir, plus besoin de s’assimiler, ni même de s’intégrer, c’est que ses tenants se posent en défenseur des dominés contre ces dominants qui vous parlent de devoirs quand vous réclamez tout simplement vos droits. Ils sont même de gauche, c’est trop cool !

Bref au point où en sont les Français, les syndicats et le gouvernement, il nous faut ici et maintenant une sidération des esprits.

Pour cela un programme qui mette en œuvre simultanément les six axes stratégiques suivants serait nécessaire.

Premier axe stratégique : Rompre les amarres avec le régime de Bruxelles, recouvrer notre souveraineté nationale et mettre en place un principe de subsidiarité dans une Europe des Nations.

Objectifs opérationnels : Quitter l’espace Schengen (l’Irlande du Sud n’en fait pas partie) et conséquemment rétablir nos frontières naturelles concernant l’immigration. Suppression du  droit du sol comme à Mayotte.

Deuxième axe : Réduction des dépenses publiques, désendettement. Réduire l’Etat à ses fonctions régaliennes et en même temps renforcer l’armée, la police et la justice.

Objectifs opérationnels : Transférer des missions statiques de la police à la sécurité privée. Permettre la création de prisons privées pour pouvoir accueillir les délinquants et les criminels français. Rétablir la prison de Cayenne pour y emprisonner les terroristes et les Français coupables d’intelligence avec l’ennemi. Déchéance de la nationalité pour les criminels doubles-nationaux, emprisonnement puis expulsion.

Gel de l’embauche de fonctionnaires, puis retour au principe de non-remplacement d’un départ à la retraite sur deux dans la fonction publique en dehors du secteur régalien. Fin de l’emploi à vie dans les fonctions publiques locales et territoriales pour les nouvelles embauches après la période de gel. Rappelons que le statut de la fonction publique territoriale n’a été créée par Mitterrand qu’en 1984 à la suite des lois de décentralisation.

Troisième axe : Instruction publique nationale, audiovisuel, sport, culture et civilisation – Mens sana in corpore sano.

Objectifs opérationnels : Transition intégrale de l’école publique vers le système de l’école privée sous contrat pour permettre enfin – nous nous appuyons sur les travaux d’Agnès Verdier-Molinié de l’iFRAP (Où va notre argent ?*)- de dégraisser le mammouth et de réduire drastiquement les coûts avec une perspective de meilleurs résultats. Un chèque éducation sera donné aux parents d’élèves chaque année, et ils choisiront leur établissement.

Réduction du coût de l’audiovisuel public en resserrant l’offre à France 3 et son réseau régional (y compris l’outre-mer) et à France 24 pour la télévision, à France culture, France musique et RFI pour la radio publique. Ouverture d’ARTE à la télévision britannique et italienne pour en finir avec ce faux couple franco-allemand qui se regarde en chien de faïence. Toutes les autres chaines seront payantes et/ou financées par la publicité ou les dons.

Quatrième axe : Libéralisation du travail, régime d’assurances privées et retraite par capitalisation.

Objectifs opérationnels : Libéralisation des horaires selon les entreprises dans le cadre du BIT. Suppression des charges salariales et patronales. Ainsi les salariés toucheront directement l’ensemble de leur salaire net + brut salarial. Création d’assurances santé et prévoyance sur la base du volontariat. L’assurance chômage sera elle aussi volontaire. Suppression de Pôle Emploi. L’aide à la recherche d’emploi sera confié aux agences d’intérim. Les revenus du RSA seront conditionnés par une inscription dans une agence d’intérim. Création de fonds de pension accessible à tous les salariés. Pourquoi seuls les fonctionnaires auraient droit à la Préfon ?

Cinquième axe : Réduction des impôts, taxes et réglementations comme le réclamaient les Gilets Jaunes initiaux.

Objectifs opérationnels : Suppression de toutes les taxes et réglementations liés aux lubies écologistes. Création d’un impôt directe unique pour tous les citoyens imposables sur l’ensemble des revenus aides sociales comprises autour de 15%.

Retour à l’universalité de la CAF, financée par l’impôt, mais réservée aux seuls Français.

Suppression des aides et subventions aux illégaux et aux associations qui les soutiennent sous couvert d’actions humanitaires.

Sixième axe : Energie bon marché pour tous et politique économique de libre-échange dont l’objectif est la baisse générale du prix des marchandises et l’amélioration de notre balance commerciale à l’exportation.

Objectifs opérationnels : Réouverture de la centrale nucléaire de Fessenheim dans deux ans. Sortie du faux marché européen de l’énergie. Réinvestissement dans les EPR. Relancer les surgénérateurs. Permettre l’installation de minicentrales nucléaires privée d’une capacité de 25MW pour les industriels ou les villes isolées.

Péroraison : Ainsi en appliquant les principes de grands français comme Frédéric Bastiat, Benjamin Constant ou Chateaubriand, en amendant les actions énoncées précédemment et en utilisant le référendum pour trancher les nœux gordiens, nous opérerons enfin, après cinquante ans, une transition vers le libéralisme et, grâce à ses vertus, nous recouvrerons la prospérité et le bonheur d’être français.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Thierry Martin pour Dreuz.info.

Thierry Martin est l’auteur de BoJo, un punk au 10 Downing Street*


*En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%. Cette information est fournie pour assurer une parfaite transparence des conséquences de votre action, conformément à la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous