Publié par Jean-Patrick Grumberg le 19 avril 2023

Vous avez peut-être vu passer le tableau ci-dessus, qui compare la durée hebdomadaire du travail et l’âge de départ à la retraite d’un certain nombre de pays occidentaux.

Vous avez même peut-être participé aux discussions, sur les réseaux sociaux, ou en commentaires sous des articles. Vous avez sans aucun doute une opinion personnelle, et elle se mêle à votre opinion du président Macron et de son gouvernement. Et si vous avez commenté ce tableau, vous avez sans doute relevé que des erreurs – ou des informations intentionnellement fausses – s’y trouvent.

Devenez “lecteur premium”, pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







Derrière cet arbre, derrière ces chiffres, derrière les manifestations, derrière la répression et le mécontentement, derrière l’anxiété des uns et la frustration de tous, se cache une forêt.

Vous savez de quelle forêt je parle : la France a un système socialiste – même quand elle était dirigée par des présidents appartenant à la droite, sa politique était de gauche. Et le socialisme échoue partout et de tout temps là où il est pratiqué. La France ne fait pas exception.

Se pose cependant la question : combien d’heures de travail hebdomadaires pensez-vous qu’il soit juste de travailler, et à quel âge pensez-vous qu’il soit correct de partir en retraire ?

Avant de vous laisser exprimer vos choix, je vous dis quel est le mien :

  • Temps de travail hebdomadaire : autant que je veux.
  • Âge du départ à la retraite : quand j’aurai envie.

Et comme, en France, cette liberté (et d’autres) ne m’était pas accordée, j’ai quitté la France. Mes libertés fondamentales ne sont pas négociables.

Quand je travaille ; combien de temps ; jusqu’à quel âge ; si je veux ou si je ne veux pas prendre une assurance pour ma santé, et chez qui je la prends ; comment je finance ma retraite, quand je la prends et combien je mets de côté pour cette retraite, c’est moi qui décide.

A la naissance, je n’ai pas été trempé dans la bonne potion pour accepter qu’un fonctionnaire au QI moyen décide à ma place.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

En savoir plus sur Dreuz.info

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading