Publié par Salem Ben Ammar le 3 avril 2023

Avant le Baptême de Clovis, en 498-499 selon la majorité des historiens, l’Afrique du Nord, dont la population est ignorante de ses racines chrétiennes, était une région phare de la chrétienté.

Elle a donné à l’Église romaine quelques-unes de ses figures les plus illustres :

  • Victor 1er, Pape de 189-199
  • Miltiade ou Melchiade, Pape de 311-314
  • Gelase 1er, Pape de 492-496
  • Saint Augustin, 354-430, Archevêque de Carthage
  • Sa mère, Sainte-Monique, 332-388.

L’Occident n’est pas non plus à l’abri d’être frappé par le syndrome de la négation et de l’oubli de ses racines chrétiennes. Sans même attendre que les musulmans la dominent démographiquement. Mais là, ils auront toute la liberté d’effacer les traces de la chrétienté du paysage comme ils l’ont fait en Arabie et dans tous les pays chrétiens tombés sous leur joug. Comme Byzance, ses églises, ses cathédrales, et sa richesse patrimoniale disparues, dissoutes dans le bain acide de l’islam. Comme Sainte-Sophie, devenue la Grande Mosquée Bleue.

Devenez “lecteur premium”, pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







Pour les musulmans, l’histoire universelle est née avec l’islam. Rien de ce qui précède son avènement ne doit exister, il faut tout détruire au nom de la lutte contre “l’idolâtrie”. L’islam veut apparaître comme le début et la fin de l’humanité. Pour ce faire, il pratique la politique de la terre brûlée, et il écrit une nouvelle trame de l’histoire, en éliminant les cultures millénaires des peuples, et témoigne de sa vacuité, et ses insuffisances pathologiques.

L’Islam est le dernier de la classe humaine, tant dans la chronologie que dans ses apports. Et pour passer pour le meilleur, quoi de mieux que de détruire ou réécrire l’histoire des autres. L’Islam ne veut pas de concurrents qui lui font de l’ombre, tant au passé qu’au présent.

Ils doivent islamiser leur histoire, la décaper de la mémoire des hommes, comme en Égypte, comme en Afrique du Nord.

Dans sa tête, un Nord-Africain se considère comme l’enfant de Mohamed, et non le descendant de Saint Augustin – qui est inconnu dans l’histoire officielle. Et toute tentative de rappel de l’histoire de l’Afrique du Nord avant la conquête dévastatrice et génocidaire arabo-musulmane est jugée comme une hérésie, un sacrilège.

Les Arabes ne peuvent pas admettre un seul instant que leurs aïeux étaient juifs et chrétiens comme a pu l’être les ascendants de Mohamed en Arabie.

Le risque qui guette les terres chrétiennes occidentales est de finir par ressembler un jour à l’Afrique du Nord.

Les enjeux pour l’Occident sont vitaux, et en laissant les musulmans entrer à la maison, c’est toute l’histoire occidentale qui ne sera même plus un souvenir.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz.info.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous