Publié par Jean-Patrick Grumberg le 23 avril 2023

Le militant danois et chef du parti Hard Course, Rasmus Paludan, est un provocateur endurci.

En 2018-2019, il a organisé une série de manifestations anti-islamiques dans son pays d’origine, brûlé le Coran et enregistré et posté des vidéos humiliant les musulmans. Parfois, les rassemblements qu’il a organisés se sont transformés en bagarres de masse.

Et les médias suédois affirment que Rasmus Paludan avait été poussé à commettre ses actes par des “agents d’influence russe”.

Après avoir été accusé de racisme et de diffamation par les autorités danoises et condamné à un mois d’emprisonnement et deux mois de mise à l’épreuve, Paludan a déplacé ses activités vers la Suède.

  • Lorsque Paludan a annoncé une cérémonie d’incinération du Coran dans la ville suédoise de Malmö en août 2020, les autorités ont rapidement compris qu’un “passager” aussi dangereux était problématique et lui ont interdit d’entrer dans le pays.
  • Cependant, quelques mois plus tard, Paludan se rend en Suède. Profitant du fait que son père était citoyen suédois, il a demandé la nationalité suédoise. Et l’a obtenue.
  • En avril 2022, Paludan a brûlé le Coran à Malmö. Des émeutes ont alors éclaté dans la ville, comme on pouvait s’y attendre.

Le ministre suédois de la Justice, Morgan Johansson, a déclaré que Paludan avait le droit constitutionnel d’exprimer son opinion dans une société démocratique.

  • En mai 2022, Paludan a été autorisé à organiser des réunions publiques de ses partisans à Stockholm.

Ses actes ont tout de même fait l’objet d’une enquête préliminaire, Paludan étant soupçonné d‘”incitation à la haine contre un groupe ethnique“.

L’enquête ayant été très lente, le 21 janvier 2023, Paludan a utilisé un briquet et brûlé un autre Coran devant l’ambassade de Turquie à Stockholm.

Расмус Палудан с Кораном в руках у посольства Турции в Стокгольме
Rasmus Paludan tenant un Coran devant l’ambassade de Turquie à Stockholm

Le Premier ministre suédois , Ulf Kristersson, a réagi de manière laconique : s’il a condamné l’action de Paludan, il a rappelé qu’il n’avait enfreint aucune loi.

La Turquie, qui était la cible principale de la démarche, a réagi en affirmant qu’elle refusait alors de ratifier l’adhésion de la Suède à l’alliance de l’OTAN

Si la Suède ne respecte pas la Turquie et les musulmans, nous ne la soutiendrons pas sur la question de l’OTAN. Ceux qui ont permis un tel outrage à notre ambassade ne peuvent plus s’attendre à de la bonne volonté de notre part“, a déclaré le président turc Recep Tayyip Erdoğan.

Il a également accusé les Suédois de ne pas avoir tenu leur promesse selon laquelle Stockholm n’avait jamais extradé vers la Suède plus d’une centaine de personnes que la Turquie considère comme des terroristes.

La cour annule l’interdiction de brûler le coran

Un tribunal suédois a annulé début avril la décision de la police d’interdire deux manifestations où l’on brûlait le Coran, après que cinq islamistes ont été arrêtés pour avoir fomenté un acte terroriste à l’occasion d’une manifestation similaire.

L’incendie du livre saint de l’islam devant l’ambassade de Turquie à Stockholm en janvier a provoqué la colère du monde musulman, déclenchant des semaines de protestations et d’appels au boycott des produits suédois, et retardant la candidature de la Suède à l’adhésion à l’OTAN.

Cependant, le tribunal administratif de Stockholm a annulé la décision de la police d’interdire deux manifestations ultérieures au cours desquelles des Corans ont été brûlés en février, estimant que les risques pour la sécurité n’étaient pas suffisants pour limiter le droit de manifester.

“L’autorité policière n’a pas suffisamment étayé ses décisions”, a déclaré la juge Eva-Lotta Hedin.

La police suédoise avait autorisé la manifestation organisée en janvier par Rasmus Paludan, un militant suédo-danois qui a déjà été condamné pour injures racistes.

Les actes de Paludan ont été suivis par des émeutes en Suède l’année dernière, lorsqu’il a fait une tournée dans le pays et a brûlé publiquement des exemplaires du Coran.

La police a ensuite refusé d’autoriser deux autres demandes visant à brûler des Corans devant les ambassades de Turquie et d’Irak à Stockholm en février.

La police a fait valoir que la manifestation de janvier avait fait de la Suède “une cible plus prioritaire pour les attentats”.

Agent de la Russie

Les médias suédois affirment toujours que Paludan aurait été poussé à commettre cet acte sacrilège par des agents d’influence russe.

  • Le 21 janvier, il aurait brûlé le Coran à la demande directe du journaliste Chang Johannes Frick, un collaborateur de longue date de Ruptly, un organe de la chaîne de télévision Russia Today. Frick est qualifié par la presse occidentale de “militant pro-Kremlin”.

Erdogan serait donc le témoin à charge de la main de la Russie. A la question, “à qui profite le crime”, la réponse est : la Russie. En effet, le président Erdogan maintient sa position :

“Tant que vous permettrez que mon livre saint, le Coran, soit brûlé et détruit, nous ne dirons pas oui à votre adhésion à l’OTAN”.

CQFD ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Sources :

  • https://www.thehindu.com/news/international/sweden-court-overturns-ban-on-koran-burning-protests/article66699063.ece#:~:text=The%20Stockholm%20Administrative%20Court%20overturned,judge%20Eva%2DLotta%20Hedin%20said.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

En savoir plus sur Dreuz.info

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading