Publié par Magali Marc le 21 mai 2023

Les gauchistes continuent de faire des dégâts avec leur intérêt pour le transgenrisme. Sept jeunes femmes de la maison Kappa Kappa Gamma, un club féminin de l’Université du Wyoming, intentent une action en justice contre l’organisation nationale des sororités pour avoir admis en septembre 2022 Artemis Langford, un étudiant soi-disant transgenre. Elles ont décrit comment elles vivent dans une peur constante, après qu’il soit devenu physiquement excité en les observant. L’animatrice de Fox News, Laura Ingraham, a interviewée quatre d’entre elles, le mardi 16 mai. Elle est la seule à avoir parlé de cette affaire à la télévision.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de Charles Creitz, paru sur le site de Fox News, le 17 mai.

Devenez “lecteur premium”, pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







**********************************

Les sœurs d’un club féminin du Wyoming s’expriment en rapport avec le procès qu’elles intentent contre la présence d’un membre « transgenre »

Quatre jeunes filles de la sororité Kappa Kappa Gamma de l’université du Wyoming et leur avocat ont rejoint l’émission de Fox News « The Ingraham Angle » mardi (le 16 mai) pour s’exprimer concernant un procès qu’elles intentent contre l’organisation qui a décidé d’inclure un membre transgenre.

L’animatrice Laura Ingraham a indiqué que le membre soi-disant transgenre de la sororité en question, Artemis Langford, s’asseyait sur le canapé d’une salle commune et observait les jeunes filles du club pendant de longues périodes.

L’une des allégations, a-t-elle ajouté, indique que M. Langford aurait été vue en train d’avoir une érection à travers son legging.

Dans une déclaration à “The Ingraham Angle“, le chapitre national de la KKG a déclaré qu’il était au courant du litige et qu’il avait l’intention de répondre aux préoccupations par le biais de la procédure juridique :

« Bien que nous ne puissions pas commenter en détail ce litige en cours, il contient de nombreuses fausses allégations. Kappa Kappa Gamma valorise la diversité et ne pratique aucune discrimination fondée sur des classes protégées par la législation nationale, locale ou fédérale », peut-on lire dans la déclaration.

Les chercheurs de l’émission « The IngrahamAngle » ont contacté l’Université ainsi que M. Langford, mais n’ont pas reçu de réponse.

L’une des jeunes plaignantes, Hannah, a déclaré qu’elle et ses consœurs avaient été “choquées” par les événements allégués et l’inclusion de M. Langford dans la sororité.

Elle a déclaré :

Je peux parler en mon nom en disant que je n’ai jamais pensé que cela m’arriverait, en particulier dans une sororité et un espace exclusif pour les femmes. On ne nous a jamais dit qu’il s’agissait d’un espace unisexe. Nous avons adhéré en pensant qu’il s’agissait d’une organisation pour femmes uniquement.

Une autre membre de la sororité, Jaylyn, a déclaré à Laura Ingraham qu’il y avait eu de nombreux moments perturbants dans la maison de la sororité, affirmant que cette situation prouve l’importance des espaces réservés aux femmes.

C’est la raison pour laquelle nous sommes ici aujourd’hui – nous nous battons pour l’importance des espaces réservés aux femmes et pour ce que cela signifie vraiment d’être une femme. On nous a promis dès le début que nous aurions une association réservée aux femmes, et notre sororité nationale nous a déçues.

Hannah a déclaré que le chapitre national de la KKG avait “ignoré” les plaintes de leurs membres et avait « donné de l’importance à quelqu’un d’autre plutôt qu’à nous dans cette situation inconfortable ».

L’action en justice, déposée devant le tribunal fédéral du Wyoming, désigne la Kappa Kappa Gamma Fraternity, association à but non lucratif basée dans l’Ohio, comme défenderesse nominale et directe ; ainsi que Mary Pat Rooney, la présidente du conseil de la fraternité Kappa Kappa Gamma, “en sa qualité officielle” ; la Kappa Kappa Gamma Building Co, “une société à but non lucratif du Wyoming” ; et M. Langford.

Lors de l’émission “The Ingraham Angle”, Laura Ingraham a interrogé l’avocate des membres de la fraternité, Me Cassie Craven, concernant cette affaire, précisant que les défendeurs devaient “s’appuyer sur le droit fédéral”.

« Je ne pense pas que le Wyoming dispose de protections d’État à cet égard, mais il semble néanmoins qu’ils s’appuieront sur les autorités fédérales pour gagner cette affaire à leur place », a déclaré Mme Ingraham [NdT: qui est aussi avocate].

« Je ne vois pas comment ils pourraient s’en sortir », a répondu Me Craven.

« Ils veulent faire croire à tout le monde qu’être une femme se résume à porter du rouge à lèvres et à utiliser des pronoms, et nous savons tous ce qu’est la féminité. C’est toute une vie d’expériences ».

Selon Me Craven, les défendeurs cherchent à priver les plaignants de ces expériences, tout en ajoutant que les plaignantes ont été témoins d’un « traitement préférentiel extrême » à l’égard de M. Langford.

« C’est décourageant de constater que, dans la société actuelle, un homme de 1,80 m, pesant 118 kg est traité comme une victime, alors que les statuts sont très clairs : il s’agit d’une organisation composée exclusivement de femmes ».

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source: Fox News

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

En savoir plus sur Dreuz.info

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading