Publié par Jean-Patrick Grumberg le 11 mai 2023

Un présumé dénonciateur israélien, expert en sécurité énergétique, a disparu à Chypre après avoir affirmé dans un tweet que l’administration Biden voulait l'”enterrer”.

En février, Gal Luft, fondateur et directeur exécutif de l’Institut pour l’analyse de la sécurité mondiale (IAGS), basé à Washington, s’apprêtait à révéler au Congrès des informations accablantes sur les exploits commerciaux internationaux de la famille Biden lorsque le ministère de la Justice de ce dernier l’a fait arrêter pour trafic d’armes.

Devenez “lecteur premium”, pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







En 2019, Luft aurait déclaré au FBI que les Biden avaient informé un dirigeant chinois du secteur de l’énergie qu’il était la cible d’une enquête fédérale, ce qui lui a permis de fuir le pays avant d’être arrêté.

Selon l’avocat de Luft, le ministère de la Justice exerce des représailles contre son client “avec des accusations forgées de toutes pièces et fausses”.

M. Luft a été arrêté à l’aéroport international de Larnaca le 16 février, après qu’Interpol a émis un mandat d’arrêt à son encontre pour des soupçons de trafic d’armes vers la Chine et la Libye. Selon le Cyprus Mail, le dénonciateur était en train de monter à bord d’un avion à destination d’Israël lorsque les autorités locales l’ont arrêté. M. Luft est également accusé d’avoir menti au FBI et d’avoir violé la loi sur l’enregistrement des agents étrangers (FARA), selon son mandat d’arrêt. Il risque jusqu’à 96 ans de prison s’il est reconnu coupable des faits qui lui sont reprochés.

Luft, ancien lieutenant-colonel des Forces de défense israéliennes, a confirmé son arrestation dans un tweet deux jours plus tard.

“J’ai été arrêté à Chypre à la suite d’une demande d’extradition des États-Unis motivée par des considérations politiques”, a-t-il écrit le 18 février.

“Les États-Unis prétendent que je suis un trafiquant d’armes. Ce serait drôle si ce n’était pas tragique.

Je n’ai jamais été un trafiquant d’armes”.

“Le ministère de la Justice essaie de m’enterrer pour protéger Joe, Jim et Hunter Biden”, a ajouté l’homme de 56 ans, en menaçant :

“Dois-je donner des noms ?”

“Le Dr Luft est un dénonciateur”, a déclaré Robert Henoch, l’avocat américain de Luft, au Washington Free Beacon en février. Henoch a déclaré que les procureurs avaient ignoré les informations fournies par le Dr Luft “et qu’au lieu de cela, ils le ciblaient avec des accusations fausses et inventées de toutes pièces”.

L’avocat a ajouté :

“Cela semble malheureusement faire partie d’une tentative de discréditer un témoin qui détient des informations cruciales sur une enquête en cours du Congrès et du ministère de la Justice”.

  • M. Luft a disparu au mois de mars, après que le tribunal de Larnaca a ordonné sa libération conditionnelle.
  • Il a versé une caution de 150 000 euros et devait se présenter au commissariat central de Paphos à intervalles réguliers, selon le Cyprus Mail.
  • La police de Larnaca a déclaré qu’il ne s’était pas présenté au poste de police le 28 mars et qu’il était porté disparu depuis lors.
  • En avril, le porte-parole de la police de Larnaca, Haris Hadjiyiasemi, a déclaré aux journalistes qu’un autre mandat d’arrêt européen et international avait été émis contre lui.
  • Selon le Cyprus Mail, “la police a saisi 250 000 euros auprès d’un garant nommé par Luft avant que le tribunal de Larnaca n’ordonne sa libération”.

Luft aurait travaillé avec CEFC-USA – la branche à but non lucratif du conglomérat énergétique chinois CEFC China – entre 2015 et 2018, à la même période où CEFC-China a commencé ses opérations d’influence avec la famille Biden.

Le dénonciateur aurait organisé des conférences aux États-Unis, à Hong Kong et en Chine et développé des liens personnels étroits avec plusieurs hauts responsables de CEFC-USA, notamment le président de CEFC, Ye Jianming, et son adjoint Patrick Ho. Jianming et Ho auraient commencé leurs contacts avec les Biden en 2015, alors que Joe Biden était vice-président.

Luft a allégué par l’intermédiaire de Henoch qu’il y a quatre ans, il avait tenté d’informer le DOJ que la CEFC avait versé 100 000 dollars par mois à Hunter Biden et 65 000 dollars au frère de Joe Biden, Jim, “en échange de leurs relations avec le FBI et de l’utilisation du nom de Biden pour promouvoir l’initiative chinoise Belt and Road dans le monde entier”, a rapporté le New York Post en mars.

Henoch, ancien procureur adjoint des États-Unis, a déclaré que Ye avait confié à Luft que Hunter avait un informateur du FBI appelé “One-Eye” qui était “extrêmement bien placé, qu’ils payaient beaucoup d’argent pour [fournir] des informations sur l’application de la loi”.

Selon le Post, “One-Eye” aurait informé Ye Jianming que le district sud de New York enquêtait sur lui. Toujours selon le Post, Luft a appris l’existence de ce stratagème grâce à ses propres relations avec Patrick Ho et Ye Jianming.

Peu après cette information,

  • Ye a offert à Hunter 1 million de dollars pour être son “conseiller privé” et s’est envolé pour la Chine, laissant sa femme, sa fille, son fils, sa mère et sa nounou dans son penthouse de 50 millions de dollars au 15 Central Park West.
  • Trois mois plus tard, Ye a été arrêté à Shanghai et a disparu.
  • Avant de quitter New York, Ye a dit à Ho que la voie était libre pour qu’il revienne aux États-Unis.
  • Le 18 novembre 2017, Ho a atterri à l’aéroport JFK, où il a été arrêté par des agents du FBI pour corruption et blanchiment d’argent.
  • Hunter a été payé 1 million de dollars par la CEFC pour représenter Ho, ce qui impliquait de contacter ses sources du FBI au nom de Ho et d’engager un autre avocat pour effectuer le travail juridique, selon les emails sur son ordinateur portable.
  • La CEFC a versé 4,9 millions de dollars supplémentaires à Hunter et Jim Biden sous forme de versements mensuels pendant 14 mois à partir d’août 2017, selon les dossiers du gouvernement.

Luft affirme avoir contacté le DOJ après l’incarcération de Ho, et les enquêteurs fédéraux se sont envolés pour Bruxelles afin de l’interroger pendant plus de 18 heures les 28 et 29 mars 2019. Cependant, il n’a plus jamais entendu parler d’eux et, moins de quatre semaines plus tard, Joe Biden a annoncé qu’il se présentait à l’élection présidentielle.

La commission de surveillance de la Chambre des représentants a publié des relevés bancaires montrant qu’un montant supplémentaire de 1 065 000 dollars a été versé par une société chinoise affiliée à la CEFC à Hunter, Jim et Hallie Biden, l’ancienne amante de Hunter et la veuve de son défunt frère, Beau. Les paiements ont été effectués par tranches sur trois mois par l’intermédiaire de Rob Walker, un associé de Biden, dont la femme, Betsy, avait été l’assistante personnelle de Jill Biden, alors seconde dame.

Selon le Free Beacon, Henoch a déclaré au ministère de la Justice, sous peine de parjure, qu’il avait accompagné Luft lors de sa réunion de 2019 avec des représentants du FBI et du ministère de la Justice.

“Le ministère de la Justice disposait de ces informations en mars 2019 et n’a rien fait”, a déclaré M. Henoch.

L’avocat a déclaré en mars qu’il prévoyait de soumettre au Congrès des lettres contenant des détails sur l’affaire Luft et sur sa rencontre de 2019 avec les enquêteurs fédéraux.

Le sort de M. Luft est toujours inconnu. Ses avocats ont demandé aux autorités israéliennes d’intervenir à Chypre pour empêcher son extradition vers les États-Unis. Le président de la commission de surveillance de la Chambre des représentants, James Comer (Républicain du Kentucky), a déclaré ce mois-ci qu’il enquêtait sur les allégations de M. Luft et qu’il était en contact avec ses avocats.

Après l’arrestation de M. Luft en février, Jeremy Carl, chercheur principal à l’Institut Claremont, a écrit sur Twitter qu’il avait passé de nombreuses années en tant qu’analyste des politiques énergétiques et environnementales et qu’il avait appris à bien connaître M. Luft dans le cadre de son travail.

“Gal était très connecté à la politique énergétique et aux établissements de sécurité, aux États-Unis, en Chine et ailleurs”, a écrit M. Carl.

Jeremy Carl a déclaré au Post :

Mais il ne se comportait certainement pas comme un marchand d’armes international. Il n’a pas gaspillé d’argent, que ce soit à titre personnel ou professionnel. Il semblait simplement être un membre d’un groupe de réflexion ayant des relations politiques. Et on en rencontre beaucoup dans mon métier.

Pendant toute la période où je l’ai connu, Gal ne m’a jamais demandé de faire quoi que ce soit ou de dire quoi que ce soit qui me paraisse un tant soit peu inapproprié. Et c’est là que les choses deviennent intéressantes : Gal Luft m’a semblé avoir suffisamment de relations (en particulier en Chine) pour connaître certaines informations sur les affaires corrompues de la famille Biden dans ce pays. Mais il ne m’a pas du tout semblé être un trafiquant d’armes.

Je tiens à être prudent. Je n’ai aucune idée des informations que l’administration Biden et le FBI prétendent détenir sur Luft. Il est peut-être coupable. Il ne serait pas le premier responsable politique de Washington à avoir une double vie.

Mais compte tenu de ce que nous avons vu de la part du FBI et de la famille Biden, je ne vois aucune raison de leur accorder le bénéfice du doute. Le FBI et la famille Biden, corrompus, ont-ils fait arrêter Luft sur la base de fausses accusations pour tenter de le faire taire ? Ou ont-ils fait une montagne d’une souris pour la même raison ?

La commission de surveillance de la Chambre des représentants tente d’obtenir le témoignage de Luft. Il n’est pas certain qu’il soit autorisé à témoigner, mais nous devrions tous être très intéressés par ce qu’il a à dire.

Deux experts en sécurité nationale qui ont travaillé avec Luft dans le passé ont déclaré à American Greatness qu’il s’agissait d’une “situation vraiment bizarre” et que Luft ne leur semblait pas être quelqu’un qui pourrait être un trafiquant d’armes international. L’un des experts a répondu : “Fuck no”. “Cela dit, ces types ressemblent rarement à cela”, a-t-il ajouté.

L’autre source a déclaré :

“C’est un intello obsédé par l’idée que les États-Unis ne dépendent plus du pétrole arabe”.

En réponse aux questions d’American Greatness sur l’état d’avancement de leur enquête, le bureau de M. Comer a déclaré qu’il n’avait aucun commentaire à faire pour le moment, mais qu’il nous ferait savoir si la situation évoluait.

Traduit depuis un article paru sur ZeroHedge.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

En savoir plus sur Dreuz.info

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading