Publié par Albert Soued le 5 juin 2023

Le guide définitif de Jamie Glazov sur le règne du diviseur en chef.

“Le véritable héritage de Barack Obama : comment il a transformé l’Amérique”

Il n’y a pas si longtemps, l’Amérique avait une économie florissante, le taux de chômage le plus bas jamais enregistré pour toute une série de groupes démographiques, l’indépendance énergétique, une frontière méridionale de plus en plus sûre, un profil international fort et pas de nouvelles guerres. Elle était libre. Elle avait une fierté nationale. Et tout cela grâce à un président très compétent, au patriotisme sans faille, qui s’est consacré aux intérêts de son peuple.

Aujourd’hui, on nous prépare à manger des insectes pendant que nos suzerains se régalent de steaks. À vivre dans des “villes de quinze minutes” pendant qu’ils s’envolent pour des conférences aux Fidji. À nous serrer la ceinture pour éviter la montée du niveau des mers pendant qu’ils se prélassent dans des demeures situées au niveau de la mer à Malibu et à Martha’s Vineyard. Au mépris de l’autorité parentale, des valeurs de bon sens et des priorités pédagogiques raisonnables, les écoles publiques endoctrinent les enfants dans la théorie de la race critique et l’idéologie transgenre. Pour briser notre sentiment de sécurité et restreindre notre liberté de mouvement, les procureurs de Soros livrent les grandes villes à des criminels violents. Des patriotes croupissent en prison pour avoir flâné quelques heures autour du Capitole il y a deux ans, tandis que des jeunes sont encouragés par leurs professeurs à célébrer les voyous d’Antifa et de BLM qui ont incendié des maisons. Les Noirs qui aiment la liberté sont traités de “suprémacistes blancs”, tandis que les musulmans qui aiment le djihad sont dépeints comme de vertueuses victimes.

Et puis il y a ce qui s’est passé pendant la pandémie. La fréquentation des églises a été interdite, les manifestations violentes dans les rues ont été autorisées. Les petits commerces ont été contraints de fermer et ont fait faillite ; les chaînes de magasins géants sont restées ouvertes et ont engrangé des bénéfices records. Les Américains, mais pas les immigrés clandestins, ont reçu l’ordre de se masquer et de se faire vacciner. Gavin Newsom et Nancy Pelosi, avec une condescendance impériale, ont violé leurs propres consignes.

Dans ce nouvel ordre mondial, “notre démocratie” signifie la tyrannie des non-élus (y compris le FBI, la CIA, le DHS et le DOJ), soutenue par des médias corporatistes de type Pravda. Leur message ? Si nous voulons être reconnus comme des partisans de l’égalité, des modèles de compassion et des amis de la planète, nous devons nous plier, leur obéir et répéter leur credo progressiste – tel qu’il a été énoncé dans ce discours effrayant de l’Independence Hall dans lequel Joe Biden, sur un fond rouge sang bismarckien, a diabolisé les électeurs du MAGA en les qualifiant d’ennemis de la liberté.

Bien sûr, cette dystopie en devenir n’a pas commencé avec Biden. C’est un héritage des années Obama, interrompu par cette Belle Époque, l’interrègne Trump. “Pour comprendre la crise de l’administration Biden”, observe Daniel Greenfield, “nous devons remonter à ses origines dans l’administration Obama.” Cette déclaration figure dans l’introduction de Greenfield à un nouveau recueil d’essais captivant et définitif, Barack Obama’s True Legacy, qui, sous la direction de Jamie Glazov, fait précisément cela : il réfléchit à Obama et à son effroyable mandat présidentiel sous un certain nombre d’angles et, ce faisant, nous donne ce qui me semble être le compte rendu le plus complet et le plus pénétrant à ce jour de qui Obama est vraiment, de ce qu’il a fait à l’Amérique et des raisons pour lesquelles il l’a fait.

Le politologue John Drew se souvient de l’Obama qu’il a rencontré en 1980, alors qu’ils étaient tous deux étudiants et rêvaient d’une révolution communiste. À première vue, M. Drew avait l’impression d’être un enfant “riche et privilégié” : il “se comportait avec la dignité et l’assurance d’un mannequin”, il “parlait comme un Blanc”, il se présentait “comme un prince étranger en visite aux États-Unis”. Drew pensait également qu’Obama était homosexuel – une impression confirmée plus tard, en quelque sorte, par une lettre dans laquelle Obama écrivait : “Je fais l’amour avec des hommes tous les jours, mais en imagination”. Sur le plan politique, Drew et Obama sont rapidement passés à une “vision plus pratique”, décidant que la politique, et non la révolution, était “la voie préférée vers le socialisme” ; Drew a fini par quitter complètement la gauche, mais, comme nous le savons, hélas, Obama ne l’a pas fait.

L’auteur et cinéaste néo-zélandais Trevor Loudon remonte aussi loin dans le passé, faisant remonter l’Obamacare aux années 1930, lorsque Quentin Young, un jeune médecin communiste de Chicago, a commencé à réfléchir à la médecine socialisée. Dans les années 1990, il a conseillé Hillary Clinton en matière de soins de santé ; plus tard encore (il a vécu jusqu’en 1992), il a collaboré avec Bernie Sanders et Ted Kennedy. Il se trouve que Young a partagé son cabinet médical pendant deux décennies avec le médecin personnel d’Obama, David Scheiner, et qu’il était présent à la réunion organisée par les anciens terroristes Bill Ayers et Bernardine Dohrn, au cours de laquelle il a été annoncé qu’Obama, également présent, se présenterait aux élections législatives. En cours de route, il a joué un rôle important dans la formation des opinions d’Obama sur la couverture des soins de santé.

Le livre de Glazov comprend plusieurs contributions sur l’islam et le Moyen-Orient. Soulignant l’affreuse déclaration d’Obama à l’ONU en 2012 critiquant “ceux qui calomnient le prophète de l’islam”, l’expert en contre-espionnage Stephen C. Coughlin raconte la purge effectuée par l’administration Obama parmi les pros de la lutte contre le terrorisme (en grande partie sous la pression du CAIR, lié au terrorisme) et signale que les musulmans du DHS, fondé pour lutter contre le terrorisme islamique, ont changé d’orientation pour cibler les “islamophobes”, c’est-à-dire les patriotes américains qui osent s’inquiéter du terrorisme.

Dans d’autres essais, l’ancien membre de la Knesset Dov Lipman corrige les “inexactitudes historiques” concernant Israël dans les mémoires d’Obama intitulés “Une terre promise”, tandis que Greenfield et Clare M. Lopez fournissent des points de vue convaincants sur la trahison d’Obama à l’égard d’Israël et sur son soutien aux Frères musulmans.

Raymond Ibrahim évoque quant à lui le traitement abominable réservé par Obama aux chrétiens du Moyen-Orient : son refus d’utiliser l’influence des États-Unis en leur faveur, sa résistance aux pressions du Capitole en faveur de la liberté religieuse, sa priorité accordée aux réfugiés musulmans plutôt que chrétiens et son refus d’admettre que les violences entre musulmans et chrétiens au Nigéria avaient un fondement religieux. (Ibrahim cite Newt Gingrich : “C’est une administration qui ne semble jamais trouver d’excuse suffisante pour aider les chrétiens, mais qui trouve toujours une excuse pour excuser les terroristes”). Dans trois articles percutants, Robert Spencer étudie le refus d’Obama de qualifier le massacre de Fort Hood d’acte terroriste (refusant ainsi certains avantages aux victimes et à leurs familles), son insistance sur le fait que l’État islamique n’avait rien à voir avec l’islam et son attitude, au moment de l’accord avec l’Iran, selon laquelle “la partie qui devait montrer un engagement de bonne foi en faveur de la paix n’était pas l’Iran, mais les États-Unis”.

Il y a deux points forts sur l’immigration : M. Loudon se penche sur le désir d’Obama d’accorder la citoyenneté à des millions de clandestins, tandis que Matthew Vadum s’interroge sur le point de vue d’Obama selon lequel l’immigration est un droit. J.R. Nyquist s’attaque à Obama et à la Russie, soulignant dans ses premières phrases que les parents d’Obama se sont rencontrés dans un cours de russe. Pourquoi, se demande-t-il, étaient-ils là ? Nous savons qu’ils détestaient le capitalisme ; aimaient-ils l’URSS ? Il est certain que la politique russe d’Obama, affirme Nyquist, est “exactement ce que l’on peut attendre d’un président né de parents pro-soviétiques et encadré par un probable agent du KGB (Frank Marshall Davis)”. Nyquist nous livre également quelques anecdotes fascinantes qui, si elles s’avéraient exactes, compléteraient une grande partie du puzzle Obama : en 1983, un conférencier communiste de l’université d’Irvine aurait déclaré que ses camarades rouges “infiltraient l’aile gauche du parti démocrate” ; dans les années 1990, le physicien américain Tom Fife affirme avoir rencontré Barack Obama lors d’une soirée à Moscou, au cours de laquelle ce dernier aurait été préparé par les Soviétiques à devenir le premier président noir de l’histoire des États-Unis.

Les dernières pages de Barack Obama’s True Legacy nous amènent à la fin de la présidence d’Obama et au-delà. M. Greenfield se penche sur la manière véritablement tragique dont la “rhétorique raciale nue” d’Obama a transformé l’Amérique d’un pays essentiellement post-racial en une “nation déchirée par la guerre et profondément divisée par la race”. Dans trois essais incisifs, Joseph Klein accuse Obama d’avoir persécuté le général Michael Flynn (qui, soit dit en passant, a rédigé une solide préface à ce livre) ; il soutient qu’Obama aurait dû être mis en accusation pour ce qu’Andrew McCarthy a appelé à juste titre son modèle singulier de “non-droit présidentiel” (que Klein répertorie avec une longueur éclairante) ; et il détaille la tentative néfaste et sans précédent d’Obama, après la fin de sa propre présidence, “pour saboter la légitimité de son successeur dûment élu”.

Lorsque Donald Trump a prêté serment, la plupart d’entre nous pensaient que l’ère Obama était terminée. Nous avions tort. Notre 44e président opérait toujours en coulisses – complotant avec ses anciens copains pour émousser l’efficacité de Trump, remplir les médias de mensonges à son sujet, maintenir l’aile violente d’extrême gauche du Parti démocrate dans un état constant d’indignation anti-Trump, organiser sa destitution, et bien plus encore ; et depuis le départ de Trump de la Maison-Blanche, Obama a, à tout le moins, été l’un de ceux qui ont tiré les ficelles de l’actuelle marionnette-en-chef. Mais bien sûr, toutes ces malveillances n’étaient pas nouvelles pour l’homme qui a dit un jour que “le son le plus doux que je connaisse est l’appel musulman à la prière” : comme le dit Spencer dans sa savoureuse postface, Obama a été, depuis le début de son mandat jusqu’à – eh bien – ce moment présent, “en train de travailler activement contre les intérêts des États-Unis.” Le fait qu’il ait réussi à causer autant de dommages à ce pays et à son peuple est à couper le souffle – tout comme le fait qu’il reste une large cohorte d’Américains peu informés qui vénèrent ce traître comme un parangon de vertu et de sagesse.

Bruce Bawer pour AmericanThinker.com.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Albert Soued pour Dreuz.info.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous