Publié par Jean-Patrick Grumberg le 29 juillet 2023

James Comer est le président de la Commission de surveillance de la Chambre qui enquête sur les transactions suspectes de la famille Biden, afin de déterminer si ces activités compromettent la sécurité nationale des États-Unis et la capacité du Président Biden à diriger le pays avec impartialité.

En préambule, le président de la commission James Comer et les membres de la commission de surveillance sur la famille Biden affirment que “les membres de la famille Biden ont l’habitude de donner accès aux plus hauts niveaux du gouvernement pour s’enrichir, souvent au détriment des intérêts américains”.

“Nous nous engageons à suivre la trace de l’argent de la famille Biden et de ses associés – qui consiste en de nombreuses transactions internationales complexes d’une valeur de plusieurs millions de dollars – et à fournir des réponses au peuple américain. Le peuple américain mérite de savoir si les liens du Président avec les affaires de sa famille se sont produits au détriment des intérêts américains et s’ils représentent une menace pour la sécurité nationale”, peut-on lire dans le document.

Voici un extrait des déclarations de James Comer :

Comer affirme que six banques, dont JP Morgan, Bank of America et Wells Fargo, ont soumis au département du Trésor plus de 170 rapports d’activités suspectes concernant la famille Biden, alléguant leur implication dans des affaires de blanchiment d’argent, de trafic d’êtres humains et de fraude fiscale.

Les banques américaines se sont également inquiétées des virements reçus par les Biden de la part d’entités publiques étrangères, notamment du gouvernement chinois, prétendument à des fins de blanchiment d’argent et d’évasion fiscale.

Devenez “lecteur premium”, pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







Il s’est avéré que :

  • les virements étrangers étaient d’abord envoyés à des associés de M. Biden.
  • Puis ils passaient par l’intermédiaire de 20 sociétés écrans associées à M. Biden.
  • Et étaient ensuite distribués à divers membres de la famille Biden.

James Comer :

Les SAR [Rapports sur les activités suspectes] sont des documents essentiels que les institutions financières doivent déposer auprès du Financial Crimes Enforcement Network (FinCEN) lorsqu’elles soupçonnent des cas de blanchiment d’argent ou d’activités frauduleuses.

…/…

Une déclaration SAR de soupçon spécifique a été émise suite à un virement de 3 millions de dollars en provenance de Chine au profit de Rob Walker, partenaire commercial de Joe Biden. Cet argent a été reçu sur un compte inactif qui avait un solde de 50 000 dollars depuis dix ans avant l’importante opération de virement en provenance de Chine.

Dans les 24 heures qui ont suivi la réception du virement, Rob Walker a effectué des paiements à plusieurs sociétés écrans de Biden, pour finalement êtres versés à quatre membres différents de la famille Biden.

M. Comer explique que le fait de dissimuler la source de l’argent en utilisant des sociétés écrans pour tromper le fisc est considéré comme du blanchiment d’argent et du racket.

Il fait remarquer que si les fonds avaient été destinés à des fins légitimes, ils auraient pu être virés directement à Hunter Biden, mais qu’au lieu de cela, ils ont été acheminés par l’intermédiaire de partenaires commerciaux et de diverses sociétés sans but légitime clair.

“Si Hunter Biden faisait quelque chose de légitime pour la Chine, ils auraient pu simplement virer l’argent à Hunter Biden, mais ils ne l’ont pas fait”, a-t-il expliqué.

“Ils l’ont envoyé à une société appelée Robinson Walker. Ils l’ont ensuite transféré à une société appelée Owasco. Puis ils l’ont envoyé à une autre société appelée Bohai. Ces sociétés ne font rien avec l’argent”.

Les enquêteurs du Congrès ont obtenu les relevés de comptes bancaires et de virements bancaires de vingt sociétés écrans appartenant aux Biden, qui ont été utilisées pour blanchir de l’argent obtenu illégalement en Chine, en Russie, en Ukraine, en Roumanie et au Kazakhstan en tant qu’agents étrangers non enregistrés.

Ces preuves sont étayées par des centaines de milliers d’emails, des dizaines de milliers de SMS, des photographies, des enregistrements audio, des relevés d’agenda et dix ans de données provenant de l’ordinateur portable de Hunter Biden, que le FBI a pris en sa possession en 2019.

Et les médias traditionnels n’enquêtent pas et ne couvrent même pas l’affaire.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Sources :

  • https://oversight.house.gov/landing/biden-family-investigation/

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous