Publié par Pierre Rehov le 25 septembre 2023

Aux USA, contrairement à la France, et malgré le vol de la Maison-Blanche par les crapules du parti “Démocrate” (en fait un parti fasciste et communiste, dominé par des élites sans scrupules, capables d’avoir séduit des millions d’idiots utiles), il existe des organisations dont les membres travaillent inlassablement à rétablir un semblant de Justice et de Vérité.

C’est le cas de “Judicial Watch”. Judicial Watch (JW) est un groupe d’activistes conservateurs américains qui intente des actions en justice en vertu de la loi sur la liberté de l’information (Freedom of Information Act, FOIA) afin d’enquêter sur la mauvaise conduite de la part de représentants du gouvernement. Fondé en 1994, JW a principalement ciblé les fascistes et communistes du parti démocrate, en particulier les administrations de Bill Clinton et de B. Hussein Obama, ainsi que le rôle joué par Hillary Clinton dans ces administrations. Fondée par l’avocat Larry Klayman, elle est dirigée par Tom Fitton depuis 2003.

Le président de la Chambre des Représentants, Kevin Mc Carthy, venant enfin d’ouvrir une enquête destitution sur le chef de famille mafieux Joe Biden, Le président de Judicial Watch, Tom Fitton, a fait suivre l’annonce de cette nouvelle de la déclaration suivante :

“La Chambre a pris une mesure nécessaire pour la responsabilité et la justice en ouvrant une enquête de destitution sur le président Biden. Le peuple américain a le droit de savoir si son président est un escroc.

Il est plus que temps pour la Chambre d’utiliser sa pleine autorité constitutionnelle pour enquêter sur le catalogue d’allégations crédibles de corruption qui traverse les frontières internationales – de l’Ukraine à la Russie et à la Chine.

Ces problèmes de corruption de Biden ont créé une crise de sécurité nationale, conduit à une invasion des frontières, corrompu en profondeur le ministère de la Justice et d’autres agences fédérales, et ont abouti à des efforts extrêmement abusifs pour emprisonner le président Trump et d’autres innocents.

Cette nouvelle enquête de destitution est nécessaire mais pas suffisante. La destitution doit s’accompagner d’un effort sérieux pour défaire les abus des agences de Biden, et le Congrès doit ajouter une surveillance pour freiner le gouvernement militarisé.

Entre-temps, Judicial Watch poursuivra ses enquêtes indépendantes et ses poursuites judiciaires sur les problèmes de corruption de Biden.

Judicial Watch a engagé au moins 10 poursuites fédérales sur la corruption de la famille Biden.

Judicial Watch poursuit une action en justice pour obtenir des informations sur l’arme appartenant à Hunter Biden qui aurait été jetée dans une poubelle derrière une épicerie du Delaware.

En juin 2023, Judicial Watch a intenté un procès à la CIA pour toutes les communications du Comité de révision de la classification avant publication (PCRB) de l’agence d’espionnage concernant un courriel du 19 octobre 2020 demandant d’examiner et d'”effacer” une lettre signée par 51 anciens responsables de la communauté du renseignement caractérisant l’histoire de l’ordinateur portable de Hunter Biden comme ayant “toutes les caractéristiques d’une campagne de désinformation russe”.

Devenez “lecteur premium”, pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







  • En juillet, Judicial Watch a poursuivi le DOJ pour obtenir des documents du bureau du procureur général et du bureau du procureur général adjoint concernant l’enquête de l’Internal Revenue Service sur Hunter Biden.
  • En juin 2023, Judicial Watch a intenté une action en justice contre le ministère de la Justice pour obtenir une copie du formulaire FD-1023 du FBI qui décrit “une présumée machination criminelle impliquant le vice-président de l’époque, M. Biden, et un ressortissant étranger, concernant l’échange d’argent contre des décisions politiques”. Judicial Watch a également demandé des communications sur le formulaire FD-1023.
  • En mai 2023, Judicial Watch a intenté une action en justice en vertu de la loi sur l’accès à l’information et la protection des renseignements personnels (FOIA) contre les Archives nationales pour obtenir les dossiers et les communications de la famille Biden concernant les voyages et les transactions financières, ainsi que les communications entre les Biden et plusieurs associés connus.
  • Le 14 octobre 2022, Judicial Watch a intenté une action en justice contre le DOJ pour obtenir tous les documents en possession de Brian Auten, analyste superviseur du renseignement au FBI, concernant un briefing du 6 août 2020 fourni aux membres du Sénat américain. Ron Johnson (R-WI) et Chuck Grassley (R-IA) se sont inquiétés du fait que le briefing avait pour but de saper l’enquête des sénateurs sur Hunter Biden.
  • Judicial Watch a intenté une action en justice contre le Département d’État américain le 20 avril 2022 pour des messages envoyés par le biais du système SMART (State Messaging and Archive Retrieval Toolkit) qui mentionnent Hunter Biden.
  • En décembre 2020, des documents du département d’État obtenus dans le cadre d’un procès FOIA de Judicial Watch ont montré que l’ancienne ambassadrice des États-Unis en Ukraine, Marie “Masha” Yovanovitch, avait spécifiquement mis en garde en 2017 contre les allégations de corruption à l’encontre de Burisma Holdings.
  • En octobre 2020, Judicial Watch a forcé la publication de documents du département d’État qui comprenaient une liste de contrôle d’une réunion du 22 février 2019 à Kiev entre Marie Yovanovitch, alors ambassadrice des États-Unis en Ukraine, et Sally Painter, cofondatrice et directrice de l’exploitation de Blue Star Strategies, un cabinet de lobbying démocrate qui a été engagé par Burisma Holdings pour lutter contre les allégations de corruption. Au moment de la réunion, Hunter Biden siégeait au conseil d’administration de Burisma Holdings.”


Il est cependant rare qu’un Démocrate soit condamné pour ses fraudes, détournements, trahisons et autres crapuleries. Mais une destitution du parrain de la mafia Biden, “the big guy” révélé dans le portable de son fils Hunter, serait déjà un pas dans la bonne direction.

Voir Obama, Hillary et Joe le sénile en prison est un rêve impossible. Sauf si le président véritablement élu, Donald Trump, revient au pouvoir l’année prochaine et nettoie enfin le marécage.

Avec la même rage que ses adversaires s’acharnent aujourd’hui contre lui.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Pierre Rehov pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous