Publié par Dreuz Info le 8 décembre 2023
  1. Psychologie de l’otage.
  2. Impact de la prise d’otage terroriste sur la population.
  3. Diviser pour régner.
  4. Objectifs de l’action terroriste islamiste.
  5. L’alliance nécessaire de la terreur et de la subversion.
  6. La subversion en action : utilisation et détournement de nos valeurs. Les islamistes en sécurité.
  7. Mutisme des musulmans modérés, victimes eux aussi du syndrome de Stockholm ?
  8. Conclusion.

Rappel des faits

Le 23 août 1973, Jan Erik Olsson entre dans l’agence de la Kreditbanken à Stockholm pour y commettre un hold-up. Le braquage ne se passe pas comme il le souhaite et il décide de se replier dans la banque pour y prendre en otage quatre employés. Durant la captivité des otages et grâce à ceux-ci, le braqueur, devenu preneur d’otages, obtient la libération d’un ancien compagnon de prison avec qui il partageait sa cellule, Clark Olofsson. Celui-ci le rejoindra rapidement dans la banque. Durant six jours, des négociations permirent la libération des otages et le retour en prison du braqueur et de son complice. Durant le court laps de temps durant lequel policiers, ravisseurs et otages se retrouvèrent à proximité, les otages s’interposèrent entre les policiers et les braqueurs. Le plus inattendu fut que les ex-otages refusèrent de témoigner à charge contre les braqueurs : ils les aideront durant le procès et iront jusqu‘à leur rendre des visites en prison.

Comme nous pouvons le constater par ce rappel des faits, une prise d’otage d’un groupe d’individus peut amener celui-ci à changer radicalement de perception. Selon la méthode utilisée, le stress, la peur et la panique déclencheront des réflexes de survie tels que la soumission, l’adoption de la cause et même l’engagement dans l’action. Même si les objectifs sont, nous le verrons, radicalement différents, il existe des similitudes entre les méthodes des preneurs d’otages-braqueurs de banque et celles des terroristes islamistes. On trouve en effet d’un côté, des malfaiteurs armés, barricadés avec des civils pris en otage pour servir de moyen de pression et de boucliers humains. Ils permettront d’éviter l’intervention des forces de l’ordre et de l‘autre, des terroristes islamistes à l’idéologie destructrice et hégémonique, envoyés et installés dans des pays, des zones et ayant eux aussi comme moyen de pression des civils, des populations devenues dociles, conciliantes… soumises ! Si l‘objectif est différent, la méthode peut être appliquée avec le même principe. Il s‘agit là non pas de percevoir de l‘argent, mais de changer les perceptions, de véhiculer une idéologie, une religion.

Les otages serviront leurs intérêts. Les terroristes islamistes provoqueront ainsi volontairement la soumission grâce à des chocs émotionnels intenses, par des assassinats et des attentats. De cette façon, et les exemples dans le monde entier ne manquent pas, les otages suivront les ordres des terroristes malgré les signes proches et flagrants de leur persécution ou de leur exécution. La soumission est totale.

Devenez “lecteur premium”, pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







6 La subversion en action : utilisation et détournement de nos valeurs. Les islamistes en sécurité.

Il faut en effet d’ores et déjà accepter et surtout comprendre qu’en Europe, les islamistes ont ainsi acquis une réelle légitimité. Ils ont, grâce aux actions terroristes et à leurs représentants chargés du prosélytisme, gagné leur sécurité. Peu importe les apparences, les noms et les statuts donnés à ces éléments de sécurité, ceux-ci agissent afin que les actions terroristes soient expliquées et comprises par la population occidentale, de manière à faire progresser l’évolution et l’acceptation de leur expansion.

Cette sécurité se matérialise de différentes façons : présence d’éléments volontairement visibles (antifa) dans des rassemblements pour montrer qu’ils sont là, qu’ils observent et qu’ils peuvent réagir à n’importe quel moment, création d’ONG ou d’associations pour œuvrer positivement dans des actions sociales mais au nom des islamistes, propositions de médiations dans des quartiers lors d’affrontement avec l’autorité de police (créer le problème et apporter la solution), actions en justice pour casser la liberté de parole et de critique, actions de sensibilisation des foules à la sensibilité islamiste en prétextant des humiliations, des vexations et des provocations…

Ces exemples démontrent la multiplicité des éléments assurant la sécurité des actions subversives islamistes sur le sol français. Ils ont pour fonction de saisir des situations qu’ils peuvent détourner, des opportunités qui permettront de créer des chocs d’ordre intellectuel et culturel. Puisqu’ils veulent nous ôter notre liberté de penser et notre héritage culturel, il leur faut confronter ce qui nous sensibilise le plus, à savoir notre culture de tolérance envers ce qui est différent de nous, à ce qu’ils souhaitent revendiquer sous prétexte d’améliorer leur intégration. Leur objectif est de faire respecter et surtout adopter leur idéologie en changeant nos habitudes de vie au quotidien. Le voile, les cantines scolaires, les programmes d’Histoire, l’autocensure concernant l’Islam, les horaires de piscines, la diabolisation d’Israël, en sont les indicateurs. Pour faire un parallèle explicite, ce serait comme si, parce que je suis occidental, j’avais exigé de la tribu pygmée Bakaa (Afrique équatoriale) avec laquelle j’ai évolué, qu’elle s’assoit sur une chaise lors des repas et qu’elle mange avec des couverts.

Nous ne changerions pas leurs traditions et leurs coutumes.

Les éléments de sécurité et éléments subversifs travaillent ensemble pour créer un choc des cultures. Il est donc de ce fait important de comprendre que la sécurité dont bénéficient les islamistes sert les mêmes intérêts que les groupes terroristes partout dans le monde. Hamas, Djihad Islamique, Al-Qaeda, Hezbollah, état islamique, Al-Qaeda au Yemen… même combat, mais chacun le livre dans sa partie territoriale choisie, tout en s’appuyant sur les éléments de sécurité identiques aux autres. Ainsi, lors du scandale des caricatures de Mahomet, tous les éléments subversifs dans le monde ont été en alerte et les éléments de sécurité déployés pour appui et soutien. Les uns cassent, tuent et brûlent au nom de l’Islam blasphémé et les autres s’imposent en médiateurs pour «désamorcer la crise» et «amorcer un dialogue entre les peuples».

Des terroristes islamistes massacrent 130 personnes à Paris en quelques heures. 90 Personnes en 90 minutes au Bataclan. 1 personne par minute.

Le lendemain, les Parisiens défilent dans les rues en scandant “vous n’aurez pas ma haine”. Les terroristes islamistes le savent très bien. C’est bien pour cela qu’ils continuent. Qui doivent-ils craindre ? Un stylo et une bougie ? Alors, nous nous faisons massacrer sans réagir.

© Charles-Emmanuel Guérin, tiré et enrichi à partir d’une analyse de 2006 publiée par Primo Europe (qui n’existe plus).

Le septième volet, Mutisme des musulmans modérés, fera partie du prochain épisode.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous