Publié par Guy Millière le 21 décembre 2023

Le discours des grands médias français est devenu soudain très pessimiste concernant la guerre en Ukraine.

Seuls les admirateurs du dictateur criminel russe se réjouissent. Et c’est exact, la situation est aujourd’hui plutôt sombre. C’est logique au vu du cours des événements, mais cela implique des explications pertinentes, et celles-ci sont très différentes de celles données en général.

L’administration Biden n’a cessé d’être présentée comme soutenant massivement l’Ukraine et comme ayant été partisane de l’Ukraine dès le début de la guerre. C’est faux.

L’administration Biden a discerné que Poutine avait des projets d’invasion dès l’été 2021 : pendant des mois, Biden et Blinken ont mis en garde Poutine d’une manière molle, en le menaçant de sanctions économiques s’il bougeait. Un dictateur belliciste n’est jamais dissuadé par des menaces de sanctions économiques.

Quand l’invasion de l’Ukraine sembla imminente, l’administration Biden n’a pris aucune mesure dissuasive : elle a retiré d’Ukraine les soldats américains qui s’y trouvaient pour entrainer l’armée ukrainienne et fait évacuer l’ambassade des Etats-Unis à Kiev. Biden a rajouté que si Poutine procédait à une “petite incursion” en Ukraine, ce ne serait pas grave. Si Biden avait dit à Poutine qu’il lui donnait l’autorisation d’envahir, il n’aurait pas utilisé des mots différents.

Devenez “lecteur premium”, pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







Quand l’invasion a eu lieu, Biden a offert à Zelensky de quitter le pays, et donc de laisser la place à Poutine. C’est uniquement parce que Zelensky a choisi de résister que l’Ukraine n’est pas tombée. Et c’est uniquement parce que Zelensky a su rallier à la défense de l’Ukraine les opinions occidentales que l’administration Biden a décidé d’aider l’Ukraine et de mobiliser l’OTAN.

L’administration Biden a ensuite versé des milliards à l’Ukraine, et lui a donné beaucoup d’armes, mais elle a toujours donné trop peu en matière d’armements, et elle n’a jamais donné au moment requis les armes qui auraient été nécessaires pour que l’armée ukrainienne mène une contre-offensive victorieuse. L’administration Biden n’a jamais voulu la victoire de l’Ukraine et, a toujours voulu, je pense, que la situation devienne ce qu’elle est présentement.

L’explication est simple : l’administration Biden voulait passer accord avec l’Iran. Elle le voulait tellement qu’elle avait demandé au diplomate russe participant aux négociations de rédiger un texte acceptable par les mollahs.

Elle a soutenu l’Ukraine contrainte et forcée, mais a toujours espéré une solution négociée avec la Russie, et c’est, espère-t-elle encore, vers cette solution que la situation présente va mener.

Elle tient tant à s’entendre avec l’Iran qu’elle ne lui reproche pas de fournir des armes à la Russie, et qu’elle fait comme si elle ne savait pas que l’Iran a armé et entrainé le Hamas, et elle fait tout pour éviter qu’Israël détruise totalement ce dernier.

Les armes qui ont été données à l’Ukraine ont tué des Russes, mais l’administration Biden sait que Poutine est cynique, et elle pense que si elle parvient à forcer l’Ukraine à concéder à Poutine le Donbass en supplément de la Crimée, Poutine pourrait être satisfait. Il le pourrait d’autant plus que si l’Ukraine a perdu beaucoup d’hommes, la Russie en a perdu un très grand nombre et que l’économie russe fonctionne désormais comme une économie de guerre où les entreprises travaillent essentiellement au service de l’effort de guerre.

Une telle issue apparaitrait comme une défaite des Etats-Unis, et j’ai pensé il y a des mois que l’administration Biden, bien qu’elle soit effroyable, n’irait pas jusque-là, j’ai eu tort. Une défaite des Etats-Unis ne dérangerait pas l’administration Biden, qui est une administration de gauche très anti-américaine.

Une telle issue serait un désastre pour l’Ukraine, qui est d’ores et déjà un pays exsangue et très diminué, mais aussi un désastre pour l’Europe, car la menace russe se ferait plus pressante : la Moldavie, les pays baltes, la Pologne devraient être dans un état de vigilance extrême.

L’Ukraine exsangue et très diminuée serait un pays que l’Europe devrait assister financièrement sans cesse, et constituerait dès lors un fardeau supplémentaire pour celle-ci. Il n’est pas dit que Poutine n’envisagerait pas de conquérir Kiev ultérieurement : il est clair que pour lui une Ukraine indépendante ne doit pas exister et des discours anti-ukrainiens exterminationnistes continuent à se tenir à la télévision russe. La Russie est en net déclin, et Poutine est tenté par une fuite en avant.

L’Iran et la Chine, les deux principaux alliés de Poutine comprendraient bien plus encore qu’aujourd’hui que ce serait le bon moment pour tirer avantage de la situation. Et ce serait une très mauvaise nouvelle pour Israël, et pour Taïwan. Poutine est un criminel contre l’humanité allié à d’autres criminels contre l’humanité (Xi Jinping, Ali Khamenei), et si le monde occidental lui offre une victoire, d’autres criminels contre l’humanité recevront le message.

La plupart des dirigeants européens sont inquiets. A juste titre. Ils paient le désarmement de l’Europe après 1991, et n’ont pas fait des efforts suffisants ces deux dernières années pour recréer des armées crédibles.

Les admirateurs du dictateur criminel russe sont satisfaits. Ils rêvent d’un monde dirigé par des dictatures criminelles, et détestent la démocratie. Le monde ignoble dont ils rêvent pourrait se concrétiser.

Seule l’élection de Trump en 2024 pourrait permettre d’éviter le pire. Si Biden devait être réélu (c’est peu probable, mais les Démocrates sont prêts à tous les coups tordus), des jours très sombres s’annonceront pour la liberté sur terre, et l’avenir pourrait être violent, destructeur, porteur de mort et de misère.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous