Publié par Magali Marc le 13 décembre 2023

La présidente de l’Université Harvard, Claudine Gay, va conserver son poste bien qu’elle n’ait pas réussi à lutter contre l’antisémitisme sur le campus et qu’elle n’ait pas déclaré que le fait d’appeler au génocide des Juifs violerait le code de conduite de Harvard. Dans les jours qui ont suivi son témoignage désastreux devant le Congrès, mardi le 5 décembre, Mme Gay a tenté de rectifier ses déclarations et s’est excusée.

Cependant, alors que la Harvard Corporation – l’organe directeur de l’université – se réunissait lundi, le 11 décembre, Mme Gay a reçu le soutien de l’ensemble du comité exécutif de la Harvard Alumni Association. Des centaines de membres du corps enseignant et d’anciens étudiants noirs ont également signé des lettres de soutien.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de Monica Showalter, paru sur le site d’American Thinker, le 12 décembre.

Devenez “lecteur premium”, pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







****************************

Le conseil d’administration de Harvard vote en faveur du maintien en place de sa problématique présidente

C’est arrivé.

Le conseil d’administration de Harvard a voté en faveur du maintien de Claudine Gay au poste de présidente de l’université, malgré son incroyable incapacité à condamner sans équivoque l’antisémitisme sur le campus devant le Congrès et les révélations ultérieures selon lesquelles elle aurait apparemment plagié certains de ses propres travaux universitaires.

Selon le New York Times :

Claudine Gay restera présidente de l’université de Harvard, a annoncé mardi le conseil d’administration de l’établissement, malgré le tollé provoqué par ses réponses évasives lors d’une audition au Congrès sur l’antisémitisme sur les campus.

Les membres du conseil d’administration, la Harvard Corporation, ont délibéré toute la nuit de lundi à mardi avant de décider de ne pas démettre de ses fonctions Mme Gay, première présidente noire de l’université.”En tant que membres de la Harvard Corporation, nous réaffirmons aujourd’hui notre soutien au maintien de la présidente Gay à la tête de l’université de Harvard“, peut-on lire dans une déclaration signée par tous les membres du conseil d’administration autres que le Dr Gay. “Nos délibérations approfondies nous confortent dans l’idée que la présidente Gay est la dirigeante qu’il faut pour aider notre communauté à guérir et pour s’attaquer aux très graves problèmes de société auxquels nous sommes confrontés.”

La déclaration reconnaît toutefois que la Dr Gay a commis des erreurs, notamment dans sa réaction initiale à l’attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre. “Tant de personnes ont subi des dommages et des souffrances considérables à cause de l’attaque terroriste brutale du Hamas, et la déclaration initiale de l’université aurait dû être une condamnation immédiate, directe et sans équivoque“, indique le communiqué.

Ce n’était pas le cas.

Et les monstres se déchaînent maintenant à Harvard, ce qui n’était pas arrivé ces dernières années jusqu’à ce que Mme Gay, qui est un enthousiaste de la DEI (la politique woke de Diversité, Équité et Inclusion), monte à bord.

Une fois de plus, les antisémites peuvent dormir sur leurs deux oreilles et se sentir protégés et bien dans leur peau maintenant que Mme Gay va rester.

Quant aux étudiants juifs de Harvard qui se sentent un tant soit peu menacés, ils ont désormais droit à des paroles en l’air, mais bien sûr, ce n’est que cela.

Il n’y a même pas eu de “sévère avertissement” de la part de Mme Gay ou de qui que ce soit d’autre, et encore moins de menace d’expulsion sur le champ.

Rien n’a changé et puisque personne n’a encore été assassiné là-bas, rien ne changera, les discussions et les menaces continueront, et personne ne sera puni pour avoir émis des pensées aussi ignobles.

Niall Ferguson a écrit un article remarquable (à un défaut près) sur The Free Press de Bari Weiss, expliquant comment ces conneries commencent, citant l’exemple des universités prestigieuses de l’Allemagne d’avant-guerre qui ont été les premières à adopter Hitler et le nazisme, et tout s’est dégradé à partir de là, précisément parce qu’elles l’ont fait.

(Son défaut est qu’il affirme à plusieurs reprises que le nazisme vient de la droite, oubliant d’épeler le mot “nazi”, qui est l’abréviation de “national-socialisme” et qui était essentiellement de nature socialiste. Le nazisme a été qualifié comme étant de “droite” par les staliniens qui voulaient maudire leurs concurrents en leur donnant le pire nom qu’ils pouvaient imaginer, et ce dans la même logique qu’ils s’appelaient eux-mêmes “bolcheviks”, ce qui signifie “grands”, et leurs concurrents de gauche, beaucoup plus nombreux, “mencheviks”, ce qui signifie “mineurs” ou “petits”. Mais vous pouvez ne pas lire cela dans l’article de M. Ferguson et en retenir la valeur et la thèse, qui nous en dit long sur ce qui s’est passé et sur les raisons pour lesquelles il faut étouffer dans l’œuf les paroles ordurières qui sont prononcées à Harvard).

Au lieu de cela, les responsables wokes de l’Université choisissent de garder Mme Gay, qui a adopté les politiques DEI, ce qui signifie qu’elle a exclu du système tous ceux qui ne partagent pas son idéologie d’extrême-gauche, de sorte qu’il n’y a pas beaucoup de gens qui ne la soutiendront pas. Pire encore, elle a imposé la politique DEI aux autres.

Pensez à l’exemple de l’Université Harvard qui, en 2019, a bruyamment retiré son offre d’admission à Kyle Kashuv, survivant juif israélien conservateur de la fusillade de Parkland, après que des camarades de classe jaloux aient dénoncé à l’université des remarques désobligeantes sur les Noirs qu’il avait publiées sur un tableau d’affichage plusieurs années auparavant, alors qu’il était beaucoup plus jeune et beaucoup moins mûr.

Bien qu’il ait présenté des excuses retentissantes, celles-ci n’ont pas été acceptées, son appel a été ignoré et M. Kashuv a payé l’intégralité de la sanction.

Mme Gay était doyenne de la faculté des arts et des sciences lorsque cela s’est produit.

Ce n’est qu’un exemple, mais il y en a eu beaucoup d’autres en raison de l’orientation DEI de Mme Gay et de sa volonté de se défaire d’autres étudiants pour des raisons réelles ou perçues, parce qu’elle les a parfois qualifiés de “menaces”.

Le fait que M. Kashuv soit Israélo-juif est assez intéressant.

Il n’y a pas de culture de l’annulation [Cancel Culture] pour ceux qui haïssent les Juifs, ni pour les présidents d’université qui les encouragent.

Et d’une manière ou d’une autre, Mme Gay, qui affirme qu’elle est maintenant désolée depuis le tumulte et la perte de dons qui en a résulté, attend de nous tous que nous passions à autre chose et que nous continuions, même si la même courtoisie n’a pas été accordée à M. Kashuv.

À cet égard, Mme Gay et son équipe nous montrent “qui ils sont” et prouvent que l’antisémitisme est bien ancré dans cette bande de loyalistes.

Et ces loyalistes ne le sont pas à l’égard de la bourse, mais à l’égard de Mme Gay elle-même, qui a également lamentablement laissé tomber l’Université sur le front de la bourse et de la réputation.

Depuis sa triste prestation devant le Congrès, elle a été démasquée comme plagiaire apparente par Christopher Rufo et Christopher Brunet sur la page Substack de M. Rufo :

Nous avons obtenu des documents exclusifs démontrant que la présidente Gay pourrait être confrontée à un autre problème : le plagiat de sections de sa thèse de doctorat, ce qui constituerait une violation des politiques de Harvard en matière d’intégrité académique. Nous avons contacté la Présidente Gay pour obtenir un commentaire, mais nous n’avons pas reçu de réponse.

Mme Gay a publié sa thèse, intitulée “Taking Charge : Le succès électoral des Noirs et la redéfinition des politiques américaines“, en 1997, dans le cadre de son doctorat en Sciences Politiques à Harvard. Le document traite de la représentation politique des Blancs et des Noirs et des attitudes raciales. Selon la politique de l’Université en matière de plagiat, l’article contient au moins trois types d’utilisation et de citation problématiques.

L’Université de Stanford ne vient-elle pas de se débarrasser de son président pour plagiat ? Ils ont un “code d’honneur” qu’ils lisent apparemment, alors il a été expulsé, mais il a copié le document de quelqu’un d’autre, ce qui est inacceptable depuis la nuit des temps.

Harvard aurait expulsé 21 étudiants pour plagiat en 2021.

L’Université de Pennsylvanie ne s’est-elle pas débarrassée de sa présidente, la “woke” Liz Magill, pour avoir été incapable de condamner l’antisémitisme sans équivoque devant le Congrès ?

L’Université Harvard a-t-elle une attitude différente à l’égard de ces choses, ou pire, a-t-elle une attitude différente parce que l’auteure de l’acte est une Noire? Comment cela va-t-il se passer pour la réputation académique de Harvard, et quel genre de message cela envoie-t-il aux étudiants actuels de Harvard ?

Charles Payne, de Fox Business, qui suit toujours l’argent, a vu un certain cynisme dans cette décision du conseil d’administration, notant l’énorme dotation de l’université, ainsi que ses normes à deux vitesses :

Les normes, qui en a besoin ?

N’avons-nous pas l’argent ?

Avec cette mauvaise décision, il pense que ces jours sont peut-être comptés. Get woke, go broke… [devenez Woke, soyez fauché]

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : American Thinker

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous