Publié par Michèle Mazel le 4 décembre 2023

Bientôt soixante jours, depuis que le Hamas a envoyé ses tueurs sanguinaires de l’autre côté de la frontière, torturer et massacrer des civils israéliens innocents – jeunes et vieux, hommes, femmes et enfants, et en kidnapper d’autres.

Mais c’est seulement aujourd’hui que le monde découvre avec stupeur que la guerre déclenchée par l’organisation terroriste au pouvoir à Gaza tue aussi des civils palestiniens. Parce que les 265 jeunes, surpris lors d’une rave party en plein air, ou les quelques mille habitants des kibboutz tués le 7 octobre dans des conditions d’une insoutenable atrocité, ne provoquent pas la même indignation. D’ailleurs, c’était il y a presque deux mois, allez-donc vous en souvenir !

D’où l’incompréhension actuelle et les protestations du Hamas.

Comment ? Israël s’est permis de rompre la trêve ? De bombarder sans discernement dans la bande de Gaza ? De suspendre l’entrée d’une partie de l’aide humanitaire ? Sous prétexte que le Hamas n’aurait pas fourni à temps une nouvelle liste d’otages à échanger ? Comme condition à la trêve, il avait certes avalisé la liste des femmes et des enfants kidnappés sur le sol israélien qui retrouveraient la liberté, mais est-ce sa faute si la situation dans la Bande de Gaza est si chaotique qu’il n’est pas en mesure de les localiser tous, ou même de savoir s’ils sont encore vivants ?

Si d’aucuns sont morts, comme ce petit bébé joufflu de dix mois, son grand frère de quatre ans et sa maman, c’est bien évidemment la faute de «l’occupation» ; quant à la question de savoir pourquoi kidnapper un tout petit, c’est évidemment pour faire pression sur «l’occupant».

Et quant à ce premier missile tiré deux heures avant l’expiration de la trêve sur les kibboutz du pourtour de Gaza, c’était pour faire comprendre à Israël que le Hamas ne se laissait pas intimider par son ultimatum. Cela ne justifie en aucune façon la reprise des frappes israéliennes, et les innocentes victimes de cette réponse disproportionnée. Et qu’on ne vienne pas prétendre que c’est parce que les dirigeants du Hamas se servent des gazaouis comme boucliers humains. Comment autrement se protéger, face à la machine de guerre des sionistes maudits ?

Devenez “lecteur premium”, pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







Une argumentation qui semble efficace, car les condamnations pleuvent de toutes parts.

«Trop de Palestiniens innocents ont été tués. Franchement, l’étendue de la souffrance ainsi que les images et les vidéos qui nous viennent de Gaza sont dévastatrices», a déclaré la vice-présidente américaine, Kamala Harris, depuis la COP28 à Dubaï. «Israël doit en faire plus pour protéger les civils innocents», a-t-elle ajouté. Dommage qu’elle ne condamne pas au passage le Hamas, qui ne fait rien pour protéger lesdits civils innocents, bien au contraire, puisqu’ils constituent sa première ligne de défense. Dommage, surtout, qu’elle ne donne pas quelques conseils utiles à l’armée israélienne sur la meilleure façon de procéder contre un ennemi dont les militants tirent à partir des écoles, des hôpitaux ou des mosquées où sont entreposés munitions, armes et missiles.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Michèle Mazel pour Dreuz.info.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous