Publié par Magali Marc le 17 décembre 2023

Les soldats de l’armée israélienne ont tué trois otages dans un cas d’erreur d’identité, au cours des violents combats dans le quartier de Shejaiya, à Gaza. Les trois hommes étaient Alon Samriz, âgé de 26 ans, de Kfar Azza, Samer Fouad al-Talalka, âgé de 24 ans , de Hura, et Yoham Haim, âgé de 28 ans, aussi originaire de Kfar Azza. Tandis que cet événement crève le cœur, il est trop facile d’accuser les soldats israéliens d’incompétence. Mais il faut savoir que durant les derniers jours, ces soldats n’ont pas rencontré de civils dans cette zone, mais ont tué plusieurs terroristes. Les seuls “civils” qu’ils aient vus étaient des agents du Hamas, qui récupéraient des armes laissées dans divers bâtiments et ouvraient le feu sur les troupes, avant de s’enfuir vers un autre bâtiment.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de Streiff, paru sur le site de RedState, le 16 décembre.

Devenez “lecteur premium”, pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







*****************************

Tsahal : les otages étaient torse nu et brandissaient un drapeau blanc lorsqu’ils ont été tués

Les trois otages en fuite tués par des soldats de l’armée israélienne étaient torse nu et agitaient un drapeau blanc alors qu’ils s’approchaient des lignes des FDI. Selon un officier supérieur au fait de l’enquête en cours, les trois hommes ont été observés par un soldat israélien sortant d’un bâtiment “à plusieurs dizaines de mètres de là“. Ils étaient torse nu et portaient un bâton sur lequel était fixé un chiffon blanc:

Le soldat, qui pensait que les hommes qui se dirigeaient vers lui étaient une tentative du Hamas d’attirer les soldats de Tsahal dans un piège, a immédiatement ouvert le feu et crié “terroristes” aux autres forces.

Selon l’enquête, ce soldat a tué deux des hommes, tandis que le troisième, touché et blessé, s’est enfui dans le bâtiment d’où il venait.

À ce stade, le commandant du bataillon, qui se trouvait également dans le bâtiment d’où le soldat a tiré, est sorti et a demandé aux soldats de cesser le feu. Pendant ce temps, les troupes présentes dans la zone ont entendu quelqu’un crier “Au secours” en hébreu. Quelques instants plus tard, le troisième homme est sorti du bâtiment dans lequel il s’était réfugié, et un autre soldat a ouvert le feu sur lui, le tuant.

La conclusion initiale est que les soldats qui ont ouvert le feu ont agi contrairement aux règles d’engagement.

Cependant, l’armée israélienne a fourni un contexte important sur la façon dont cela s’est produit.

Les soldats israéliens n’ont pas rencontré de civils dans la zone où les otages ont été tués depuis plusieurs jours, mais ils ont tué au moins 38 terroristes du Hamas.

Les seules personnes qui ont été vues portant des vêtements civils étaient des agents du Hamas, souvent non armés. Ils récupèrent les armes laissées dans divers bâtiments, ouvrent le feu sur les troupes, puis s’enfuient à nouveau, désarmés, vers un autre bâtiment.

Les soldats ont également rencontré plusieurs civils apparemment désarmés à Shejaiya, qui se sont révélés être des kamikazes du Hamas.

Le Hamas a également tenté à plusieurs reprises d’attirer les soldats dans une embuscade.

Les soldats israéliens n’avaient pas envisagé la possibilité que des otages s’échappent de leur captivité et se promènent sur le champ de bataille.

De nouvelles règles d’engagement ont été publiées pour tenir compte de ce scénario.

L’armée israélienne rapporte également que mercredi, les soldats ont trouvé « un bâtiment dont le mur était recouvert d’une bombe de peinture sur laquelle on pouvait lire “SOS” en anglais, et un autre message peint à la bombe sur lequel on pouvait lire, en hébreu, “Help, three hostages” (À l’aide, trois otages) ».

Craignant que le bâtiment ne soit piégé, il a été évité. Ce bâtiment fait actuellement l’objet d’une enquête.

C’est facile avec le recul de critiquer les actions d’un jeune soldat effrayé, probablement privé de sommeil. Au combat, il est rare que l’on dispose d’informations complètes. Les soldats doivent utiliser leur formation et leur expérience pour combler les lacunes et essayer de prendre la bonne décision.

Lorsque l’on replace des informations incomplètes dans le contexte des kamikazes et des terroristes opérant sans uniforme ni arme, il est facile de comprendre comment on en est arrivé là.

Quelle que soit l’issue de l’enquête de Tsahal, il convient de garder à l’esprit que rien de tout cela ne serait arrivé si le Hamas n’avait pas attaqué des colonies juives pacifiques le 7 octobre.

Chaque mort dans ce conflit découle de cet événement, et le Hamas est le seul à blâmer pour tous les morts des deux côtés.

* Streiff est un ancien officier d’infanterie, diplômé du CGSC et ancien élève du Centre d’opérations de l’armée américaine.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : RedState.com

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

En savoir plus sur Dreuz.info

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading

Quitter la version mobile