Publié par Magali Marc le 19 janvier 2024

Aucune personne saine d’esprit ou dotée d’un QI supérieur à celui du tapioca ne peut envisager d’accorder aux Palestiniens le statut d’État après le 7 octobre. Ces exemptions couvrent certainement Joe Biden et Antony Blinken, qui continuent d’insister sur la question avec Israël et d’exiger un engagement en faveur d’une “solution à deux États”, alors que l’un des États proposés continue de célébrer les viols massifs, les enlèvements et les massacres perpétrés il y a trois mois. Benjamin Netanyahu et son cabinet de guerre ont tenté d’éluder diplomatiquement la question afin de ne pas embarrasser leur principal allié.

Le président israélien Isaac Herzog, un modéré de centre-gauche, a critiqué ces exigences aujourd’hui au Forum économique mondial de Davos. Les Israéliens seraient fous d’offrir aux Palestiniens le statut d’État après ces attaques sous leur direction actuelle, a déclaré M. Herzog au forum, d’autant plus que le monde “se fichait éperdument” de la sécurité d’Israël avant les attaques – ou après.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de Joel B. Pollak, paru sur le site de Breitbart, le 17 janvier.

Devenez “lecteur premium”, pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







**************************

Davos : Blinken et Biden poursuivent leur obsession mortelle pour l’État palestinien

Le Secrétaire d’État Antony Blinken a déclaré mercredi (le 17 janvier) au Forum économique mondial de Davos, en Suisse, qu’un “État palestinien” était nécessaire à la suite du conflit déclenché par le groupe terroriste Hamas, qui a entraîné la mort de 1 200 Israéliens le 7 octobre.

M. Blinken et le président Joe Biden sont restés fidèles à leur position, affirmant qu’un État palestinien est une condition nécessaire à l’intégration d’Israël au Moyen-Orient – précisément le dogme que le président Donald Trump a rejeté lors de la mise au point des Accords d’Abraham.

M. Trump a mis de côté la sagesse conventionnelle de Washington – et de Davos – pour négocier des accords de paix entre Israël et les États arabes qui ne dépendent pas d’un État palestinien, ce que le secrétaire d’État John Kerry, entre autres, a déclaré être impossible.

MM. Blinken et Biden ne semblent pas s’inquiéter du fait que les Palestiniens n’ont aucun intérêt à créer un État.

Le Hamas, qui a eu la possibilité de gouverner Gaza, a utilisé l’argent et le matériel de l’aide pour importer des armes et construire 560 kilomètres de tunnels souterrains – dont aucun n’est destiné à un usage civil.

L’Autorité palestinienne, l’alternative dite “modérée” dont les forces armées ont été formées par les États-Unis, continue de payer les terroristes palestiniens et leurs familles, même si cela signifie perdre le financement américain pour le développement économique et social.

Le Hamas et l’Autorité palestinienne cherchent avant tout à remplacer Israël, et non à vivre en paix à ses côtés.

Les événements du 7 octobre ont convaincu même les Israéliens de gauche qu’il serait dangereux et insensé de permettre aux Palestiniens d’accéder à la souveraineté. MM. Blinken et Biden ne semblent pas non plus se soucier du fait que donner un État aux Palestiniens, après le pire massacre de Juifs depuis la Seconde Guerre mondiale, récompenserait et encouragerait le terrorisme futur, en faisant cadeau aux Palestiniens de ce qu’ils ont refusé d’obtenir par la diplomatie.

Pire encore, MM. Blinken et Biden suggèrent que l’attaque terroriste du 7 octobre a été causée par l’absence d’État des Palestiniens, justifiant ainsi rétroactivement les meurtres de masse, les viols et les enlèvements de civils, ainsi que la poursuite des attaques à la roquette contre Israël.

L’Administration Biden est composée d’un grand nombre des mêmes élites de la politique étrangère qui ont adopté l’ancien modèle “les Palestiniens d’abord”, qui a échoué. Il n’est donc pas surprenant qu’aucun pays arabe ou musulman n’ait adhéré aux Accords d’Abraham depuis l’entrée en fonction de M. Biden.

En effet, lorsque l’Arabie Saoudite a cherché à faire la paix avec Israël l’année dernière, l’Administration Biden a bloqué les progrès en insistant sur les concessions à faire aux Palestiniens.

Les élites de Washington et de Davos veulent un État palestinien plus que les Palestiniens, ou les Arabes, ne le veulent.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : Breitbart

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous