Publié par Guy Millière le 25 janvier 2024

Donald Trump a remporté de manière écrasante le caucus de l’Iowa, et les électeurs voulant le soutenir se sont déplacés, malgré la neige et des records de froid.

Ron DeSantis a compris que ce n’était pas la peine pour lui d’insister, et il a renoncé à sa candidature. Il aurait dû, selon moi, ne pas se présenter du tout et attendre 2028. Son programme était similaire à celui de Trump, et il voulait faire du Trump sans Trump. Les électeurs ont préféré l’original a la copie, et l’immense majorité de l’électorat républicain pense (à très juste titre) que les Démocrates ont volé l’élection de novembre 2020, et que Trump doit pouvoir faire un second mandat. Ron DeSantis a ainsi suivi le chemin pris auparavant par Vivek Ramaswamy.

Il restait dans le New Hampshire, où les élections primaires viennent d’avoir lieu une adversaire pour Trump, Nikki Haley. Celle-ci avait été nommée par Trump ambassadrice des Etats-Unis auprès des Nations Unies, et elle a fait, à l’époque un excellent travail. Elle avait promis à Trump de ne pas se présenter contre lui. Elle l’a fait quand même et s’est attirée l’animosité de Trump, qui n’apprécie pas les gens qui ne tiennent pas leurs promesses.

Jusqu’à la campagne dans le New Hampshire, elle n’avait procédé qu’à des attaques très feutrées contre Trump. Dans le New Hampshire, elle est allée bien plus loin. Elle a dit, à mots à peine couverts, que Trump présentait des signes de sénilité et qu’il fallait absolument un candidat plus jeune, elle, ce qui est une attaque vile et infondée : Trump n’est aucunement sénile. Elle a ajouté que Trump apportait avec lui le chaos, ce qui est indigne : ce n’est pas Trump qui a demandé que les Démocrates l’attaquent sans cesse avec violence, que les médias procèdent à des incitations à la haine contre lui, et que l’administration Biden le traine en justice pour des motifs inexistants ou fabriqués.

Devenez “lecteur premium”, pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







Elle a aussi tenu des discours sur l‘immigration ou sur l’avortement qui l’ont rapprochée des positions démocrates, et pour cause : sa campagne a été financée pendant des semaines par des donateurs du Parti Démocrate qui soutiennent la campagne de Joe Biden, et elle a même dit dans des réunions publiques que les Démocrates qui veulent se débarrasser de Trump peuvent voter pour elle aux élections primaires, ce qui relève de la traitrise.

Les résultats de l’élection primaire du New Hampshire doivent être regardés sous cet angle. S’il s’était agi d’une élection primaire fermée dans laquelle seuls les électeurs républicains pouvaient voter, le résultat aurait donné 75 pour cent des voix à Trump. 

Si Nikki Haley a dépassé les 40 pour cent, c’est uniquement parce que des électeurs indépendants et des électeurs démocrates se sont déplacés pour voter pour elle, et plus des deux-tiers des électeurs qui ont voté pour elle, disent les sondages, s’abstiendront ou voteront Biden en novembre.

Nikki Haley n’a pas une seule chance de remporter les élections primaires qui suivent. Après le caucus du Nevada, les élections primaires auront lieu en Caroline du Sud, l’Etat dont Nikki Haley a été Gouverneur. Les sondages prévoient que Trump va lui infliger une défaite mémorable et très cuisante.

Nikki Haley semble être dans une mission suicidaire en se plaçant au service de donateurs démocrates désireux d’affaiblir Trump, et c’est honteux.

C’est désormais clair, Trump sera le candidat républicain (cela a été une certitude depuis des mois) et sans le comportement de Nikki Haley, les primaires républicaines seraient déjà achevées.

Le Parti Républicain est désormais le parti de Donald Trump et porte la ligne définie par Donald Trump, et l’électorat républicain est aujourd’hui un électorat très différent de celui qui a voté pour les Républicains d’avant l’ère Trump, John McCain ou Mitt Romney.

Cet électorat n’est pas celui des élites autoproclamées passées par l’université, et pas celui des cadres et des dirigeants des grandes entreprises et des grandes firmes financières : cet électorat là est désormais lié au Parti Démocrate par les liens du capitalisme de connivence et par l’adhésion à la globalisation telle que définie à Davos.

Cet électorat de Trump est constitué par les petits entrepreneurs, les travailleurs indépendants, les employés, ceux que la journaliste Amity Shlaes a appelé the forgotten men and women, ceux dont les Démocrates se sont détournés. Il inclut un nombre croissant de membres des minorités, qui s’aperçoivent que les Démocrates les ont dupés.

Cet électorat est celui qui subit directement l’impact de l’immigration illégale, de la montée de l’insécurité, et de la forte inflation : impact que les couches supérieures de la société ont les moyens d’ignorer. Cet électorat se sent méprisé par les élites autoproclamées, et Trump s’est fait son porte-parole. Et c’est ce qui explique pourquoi les attaques en justice contre Trump l’ont fait monter dans les sondages.

Cet électorat voit que la justice est pervertie par l’administration Biden et le Parti Démocrate, et voit donc la dérive totalitaire qu’incarne aujourd’hui l’administration Biden : il voit que si la justice américaine devient justice politique, la justice politique pourrait un jour viser n’importe quelle personne ne pensant pas “correctement”. Cet électorat voit que la justice politique s’en est prise à de simples manifestants venus à Washington le 6 janvier 2021, et cet électorat là voit que ce qui s’est passé le 6 janvier 2021 au Capitole n’était en aucun cas une insurrection, mais un piège et une machination.

Cet électorat là voit que les Démocrates veulent changer la population américaine, piétiner les institutions, et transformer radicalement le pays, et cet électorat là refuse tout cela, et veut effectivement que les Etats-Unis retrouvent leur grandeur et leurs valeurs.

Il peut paraitre paradoxal vu d’Europe que cet électorat se reconnaisse dans un milliardaire, mais ce n’est pas paradoxal du tout : l’idée de self made man est très ancrée encore aux Etats-Unis et fondamentalement, Trump s’est fait tout seul. Il n’a pas hérité d’une fortune : son père lui a avancé de l’argent pour une période d’un an, et lui a demandé de rembourser cette somme à la date fixée, la tâche donnée à Donald étant de réussir dans ce court délai à faire fructifier la somme avancée. Trump a construit lui-même sa fortune. Il a, de surcroit, toujours été très proche de ses employés, je l’ai expliqué dans deux de mes livres. Il est d’une extrême générosité et j’ai pu le constater en me rendant chez lui à Mar a Lago : il soutient des orphelinats, des institutions s’occupant de gens en difficulté, sans jamais le proclamer haut et fort.

Pour de nombreux Américains, Trump incarne un réel espoir, et ces Américains voient que cet espoir est fondé, car ils voient ce qu’il a accompli lors de son premier mandat et savent que son retour serait porteur de nouveaux accomplissements.

Trump n’est pas un démagogue. C’est un homme qui voit ce que fait la gauche qui veut détruire l’Amérique. C’est un patriote et un homme qui aime réellement le peuple américain.

L’administration Biden a été une abomination, et Trump a les mots pour le dire, car cette abomination est une souffrance pour lui, et comme des millions d’Américains, il veut qu’elle cesse.

Trump a quasiment toutes les chances d’être réélu en novembre 2024. Seuls des coups tordus, des actes abjects et des fraudes massives peuvent encore l’arrêter. 

Les fraudes ne pourront pas être en 2024 aussi importantes qu’en 2020, car il n’y a pas le prétexte du Covid pour recourir massivement aux votes par correspondance.

Nul ne peut prévoir coups tordus et actes abjects. Il faut hélas s’attendre à tout de la part de gens qui n’ont aucun scrupule, aucune moralité, aucun sens de l’honneur, et pour qui la fin justifie les moyens.

Les membres de l’administration Biden et les principaux dirigeants du Parti Démocrate n’ont aucun scrupule, aucune moralité, aucun sens de l’honneur, et sont ceux pour qui la fin justifie les moyens.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

Vérifiez votre boite de réception ou votre répertoire d’indésirables pour confirmer votre abonnement.

En savoir plus sur Dreuz.info

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading

Quitter la version mobile