Publié par Dreuz Info le 24 janvier 2024

Le journal Der Spiegel est une honte pour l’Allemagne.

Déjà en février 2017, alors que Trump était juste investi, la rédaction avait publié un numéro infamant montrant un Trump brandissant la tête de la Statue de la Liberté, tranchée, dégoulinante de sang, pour bien faire comprendre que Trump allait guillotiner la démocratie, pas moins.

Et voici que ce torchon récidive le 20 janvier 2024 ! Trump n’est pas encore réélu mais le narratif de la gauche transnationale, c’est que Trump va être un dictateur. En couverture, une photo de Trump, un Trump martial, présidentiel, qui salue respectueusement les troupes, magnifique au demeurant, mais avec cette énorme verrue pour titre : DIKTATOR TRUMP ! René Pfister, le rédacteur en chef, vivement critiqué par Die Welt, rétorque : “Der Spiegel ne cherche à choquer personne mais nous voulons montrer les enjeux réels. Il en va de la démocratie, de la liberté de la presse, de la justice… autant d’éléments clairement menacés“.

Devenez “lecteur premium”, pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







Notons que chaque mot décrit l’exact contraire de la vérité (toutes ces choses soi-disant menacées sont foulées aux pieds par l’état de non-droit de Biden) et l’ironie est riche à d’autres égards : d’abord, est-ce bien à un Allemand de donner des leçons en matière de dictature ? Les mêmes que Pfisher n’ont rien vu à redouter chez eux dans les années 1930, ne voient rien de ce qui se passe aujourd’hui juste à côté de chez eux au Forum Mondial de Davos où le dictateur Schwab (“vous n’aurez rien, vous mangerez des insectes et vous serez contents”) acquiesce aux propos d’Ursula von den Leyen, parfaite Kapo pour la clique mondialiste, lorsqu’elle énonce l’urgence de lutter contre la “mésinformation et désinformation d’échelle industrielle” qui sont des entraves aux politiques de changement climatique et de santé mondiale voulues par les élites éclairées réunies pour le bien des manants. Et puis, qu’est-ce que Der Spiegel connaît de Trump et des réalités américaines à part ce que les médias américains de gauche inventent et répètent ? Strictement rien. Tout comme tous les plateaux de télé de nos “démocraties”.

Ces fausses élites mauvaises se sentiraient-elles fragilisées par les soulèvements des fermiers en Europe ? Par un agenda électoral 2024 qui s’annonce houleux pour les dictateurs mondialistes ? Et surtout par l’enthousiasme du peuple et des vraies élites pour un retour de Trump ? A l’évidence.

Inquiète mais toujours aussi arrogante, la caste de Davos avait invité des participants qui lui sont parfaitement opposés tout en espérant bien que ces invitations seraient rejetées. Or, les plus en vue, le président argentin Javier Milei, libertarien anarchiste, et le parfait conservateur Kevin D. Roberts (Professeur d’histoire puis Directeur au Wyoming Catholic College avant d’être sollicité pour présider la Heritage Foundation), ont relevé le défi pour venir dire aux fausses élites leurs quatre vérités.

Milei a parlé d’or en condamnant les élites davoisiennes néo-marxistes parce que lui connaît de première main les ravages à attendre de cette idéologie. Roberts, qui est à la tête du Project 2025, destiné à aider le futur président républicain à lutter efficacement et constitutionnellement contre l’état administratif (le marécage des bureaucrates non-élus qui a réussi à faire échouer Trump en 2020) a carrément prévenu, entre autres merveilles rhétoriques, que “toutes les propositions émises par le WEF (Davos) seraient rejetées en bloc” par une administration conservatrice, “qu’il était risible que le WEF puisse se dire à la fois protecteur de la démocratie libérale et accuser Trump d’être un futur dictateur, que c’était le WEF qui était un danger pour la sécurité publique mondiale avec sa promotion de l’immigration illégale massive et ses politiques climatiques catastrophiques”, sans omettre “la folie de son adhésion à la Chine, adversaire N°1 de l’Amérique et de tous les peuples libres de la planète. Et vous, vous leur donnez une tribune ! “

Lorsque, depuis les richissimes élites aux pouvoirs indus jusqu’à des journalistes minables en mal de gloire, la gauche transnationale nous régurgite ad nauseam que la “démocratie” est menacée par Trump et tous ceux qui osent avoir une opinion revêche au narratif imposé, il faut comprendre non pas la vraie démocratie où les opinions les plus diverses peuvent s’exprimer mais “leur démocratie à eux”, c’est à dire le contraire absolu, à savoir “la préservation de leurs intérêts particuliers par leur dictature extrême” qui n’a pas le courage de s’afficher pour ce qu’elle est et a le culot d’accuser en plus ses adversaires de ce qu’elle est.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Evelyne Joslain pour Dreuz.info.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous