Publié par Pierre Lurçat le 1 janvier 2024

Les Arabes n’ont pas encore inventé le mot qui permettra de décrire l’état de ruines de Gaza après la fin des combats. Nous allons leur faire regretter la Naqba de 1948 et leur faire passer l’envie de nous attaquer pour au moins deux générations. A la manière et à la mémoire de J. Kupfer, dont le Yahrzeit aura lieu dimanche 7 janvier à Jérusalem

Après 85 jours de guerre, Israël peut déjà dresser un premier bilan provisoire des opérations militaires à Gaza. Au-delà des succès purement opérationnels sur le terrain, la plus grande réussite à porter au crédit de la guerre en cours est sans doute, comme je l’ai expliqué au micro de Richard Darmon, celle que Tsahal a déjà remportée sur le plan psychologique, en faisant passer la peur dans le camp de l’ennemi.

Israël commence à comprendre qu’on ne parle pas de sushis dans une région où on ne mange que du houmous, pour reprendre l’image parlante du spécialiste de l’Iran Eliaou Yossian. Nous commençons enfin à savoir parler le langage que nos ennemis comprennent. La meilleure façon de savoir si la guerre que mène Israël à Gaza atteint ses objectifs est en effet d’écouter ce que disent nos ennemis. Un récent discours de Mahmoud Abbas est à cet égard très instructif.

Devenez “lecteur premium”, pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







Le vieux chef de guerre du Fatah, héritier de l’inventeur du terrorisme international Arafat, négationniste patenté formé à l’école de la propagande de Moscou – la meilleure dans le genre depuis que l’Allemagne nazie a été défaite en 1945 – se plaignait en arabe de la “nouvelle Naqba” qu’Israël est en train d’infliger aux Palestiniens à Gaza. Ma première réaction en écoutant Abbas fut de penser : « Encore une exagération et un nouveau mensonge, bien conformes à l’hyperbole arabe ». Mais, après réflexion, une autre réaction est possible, et peut-être souhaitable. Une nouvelle Naqba ? Et pourquoi pas ?

Ne pas donner de victoire posthume à Hitler

Le 7 octobre a été un cataclysme dans l’histoire de l’Etat d’Israël et dans celle du peuple Juif. Il a été, pour citer le mot du journaliste Michel Gurfinkiel, « à la fois notre 11 septembre, notre second Kippour et un terrible rappel de la Shoah ». La réponse doit être à la hauteur de l’événement. Après le 11 septembre, les Etats-Unis ont mené une guerre sans merci au terrorisme islamiste, qui n’est pas finie à ce jour. Après la Shoah, le peuple Juif a élaboré un « 614e commandement », selon l’expression parlante du philosophe Emil Fackenheim : celui de ne pas donner de victoire posthume à Hitler.

C’est bien de cela qu’il s’agit aujourd’hui. Au lendemain du 7 octobre, Israël a compris que nos ennemis étaient les héritiers du nazisme et qu’aucun compromis n’était de mise avec eux. Israël tout entier a compris qu’on ne pouvait s’accommoder de la présence de nazis assoiffés de sang juif à nos frontières1. Alors, une « nouvelle Naqba » ? Oui ! Sans hésitation. La victoire que Tsahal est en passe de remporter à Gaza fera pâlir les précédentes victoires militaires israéliennes, par l’étendue des destructions dans le camp ennemi et des pertes infligées, civiles et militaires.

Les Arabes n’ont pas encore inventé le mot qui permettra de décrire l’état de ruines de Gaza après la fin des combats. Nous allons leur faire regretter la Naqba de 1948 et celle de 1967. Nous allons leur faire passer l’envie de nous attaquer pour au moins deux générations. Et cette fois-ci, nous ne nous excuserons pas d’avoir gagné, comme disait Ephraïm Kishon. Avec l’aide de D.ieu, nous sommes en train d’écrire une nouvelle page glorieuse de l’armée et du peuple d’Israël ! Am Israël Haï ! (Le peuple d’Israël est vivant) Ad Hanitsahon ! (Jusqu’à la victoire).

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Pierre Lurçat pour Dreuz.info.

  1. J’ai exposé mon désaccord sur ce point précis à G. Bensoussan, qui affirmait qu’Israël devrait s’accommoder de Gaza tout comme la France s’était accommodée de l’Allemagne en 1919 ↩︎

PS. Je donnerai mardi 2 janvier une conférence en ligne sous l’égide de la Midreshet Yehuda, sur le thème Cent ans après le “mur de fer” de Jabotinsky, comment restaurer la dissuasion d’Israël. Elle se tiendra le Mardi 2 janvier à 19h45 (heure française), le lien zoom est le suivant : https://lilmod.zoom.us/j/89257672438?pwd=VmZ1dmROaEpzTGhrK2doUGhJZ2YzUT09

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous