Publié par Jean-Patrick Grumberg le 2 janvier 2024

L’immigration est une chance pour l’Allemagne : Un rapport du Neue Zürcher Zeitung suisse rapporte les statistiques de l’Office fédéral de la police criminelle (BKA) : plus d’un millier de femmes – principalement des Allemandes (pas trop des femmes musulmanes) – ont été agressées sexuellement par des migrants illégaux, chaque année, depuis 2017.

Le journal a donc fait une addition, et est arrivé au chiffre de d’au moins 7 000 femmes violées ou agressées sexuellement par des “demandeurs d’asile” depuis que l’ancienne chancelière allemande Angela Merkel a ouvert grand le pays aux migrants illégaux en 2015, alors que les portes de l’Europe étaient déjà grandes-ouvertes depuis une dizaine d’années à des vagues massives de migrants illégaux en provenance du Moyen-Orient et d’Afrique.

L’année dernière, rapporte la NZZ, les clandestins étaient largement surreprésentés dans les cas de viols et d’agressions sexuelles

  • Sur les quelque 10 000 suspects, 6 366 étaient allemands et 3 679 étrangers.
  • Parmi ces derniers, 1 115 étaient des “demandeurs d’asile”.
  • Faisons les comptes : ils représentent 2,5 % de la population, mais plus de 11 % des agressions sexuelles et des viols.

Cela confirme des tendances de longue date, le chercheur en migration Ruud Koopmans ayant constaté que les demandeurs d’asile étaient cinq fois plus susceptibles d’être impliqués dans des affaires de viol et qu’ils étaient 3,3 fois plus susceptibles de commettre des crimes sexuels dans leur ensemble, y compris le harcèlement sexuel et les abus sexuels.

  • Environ 70 % des migrants demandeurs d’asile en Allemagne soient de jeunes hommes.
  • Certaines régions sont surreprésentées au sein des violeurs, notamment les Syriens, les Afghans et les Pakistanais, qui viennent tous de sociétés dans lesquelles les femmes ne bénéficient pas de beaucoup de droits.

Suicide collectif, fin d’une civilisation

Le vice-président de l’Union de la police fédérale allemande, Manuel Ostermann, a déclaré que les migrants qui commettent des agressions sexuelles et des viols – principalement sur des femmes allemandes – sont souvent déjà connus de la police et ont parfois déjà été condamnés pour un délit, mais restent dans le pays en raison de normes d’expulsion laxistes.

“Quiconque commet des crimes contre l’autodétermination sexuelle ne doit pas avoir le droit de rester en Allemagne”, a-t-il déclaré à la NZZ.

“Nous subissons une perte collective de liberté en Allemagne, en particulier pour les femmes”, a poursuivi Osterman, notant qu’il n’est “pas rare que les femmes évitent les lieux publics ou les festivités parce que le risque d’être victimes d’un acte violent est en constante augmentation”.

Devenez “lecteur premium”, pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







Politique irresponsable, ou suicidaire ?

En réaction à ce rapport, la codirigeante du parti populiste de droite Alternative pour l’Allemagne, Alice Weidel, a déclaré qu’il s’agissait du “résultat effrayant de la politique irresponsable d’ouverture des frontières menée depuis 2015”.

La codirigeante de l’AfD, qui s’est hissé à la deuxième place dans la plupart des sondages en raison de la colère croissante suscitée par la politique migratoire, a ajouté que le gouvernement ne devrait pas se concentrer sur “la tolérance à l’égard des criminels étrangers, mais sur la protection de nos propres citoyens”.

La ministre de l’Intérieur de gauche, la sociale-démocrate Nancy Fraser, chargée de protéger les frontières du pays, a refusé de s’exprimer sur la question de l’immigration de masse, se contentant de déclarer :

“Ces actes sont odieux. Cela vaut quelle que soit la nationalité des suspects”.

Et hop, changez de sujet.

Le problème des violences sexuelles commises par les migrants est connu depuis longtemps en Allemagne. En 2015, Dreuz.info évoquait les séries d’agressions sexuelles commises par des étrangers principalement d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, la nuit du Nouvel An 2015, où plus d’un millier de femmes avaient été agressées sexuellement ou violées à Cologne. La grande majorité des auteurs de ces agressions n’ont jamais été traduits en justice, seuls six hommes avaient été condamnés pour des délits sexuels liés à ces agressions en série.

Le peuple européen a trouvé des moyens très efficaces pour disparaître rapidement. Il n’a jamais pardonné aux juifs le génocide de 6 millions d’entre-eux, et se punit unilatéralement.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous