Publié par Magali Marc le 17 février 2024

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit la chronique de David Harsanyl, parue sur le site de Townhall, le 16 février.

********************************************

Tucker Carlson se trompe, sur Moscou

Lors du Sommet mondial des gouvernements (à Dubaï, le 12 février), Tucker Carlson a déclaré à une assemblée de dirigeants mondiaux que Moscou était “bien plus agréable que n’importe quelle ville” des États-Unis.

«C’est une expérience qui peut changer la donne, pour un Américain, que d’aller à Moscou», a déclaré M. Carlson. «Je ne le savais pas. Je l’ai appris cette semaine, à Singapour, à Tokyo, à Dubaï et à Abou Dhabi, parce que ces villes, peu importe comment on nous dit qu’elles sont gérées et selon quels principes, sont des endroits merveilleux où il fait bon vivre, sans inflation galopante.»

Si vous êtes riche, j’imagine que Moscou est une ville très agréable.

C’est aussi le cas de la plupart des villes européennes.

Les touristes américains ont tendance à séjourner dans des centres-villes propres et beaux, à manger dans les meilleurs endroits et à se promener dans les quartiers les plus attrayants de la ville.

En Russie, vous avez l’occasion de voir des dômes en forme d’oignon, construits par des serfs, parsemés sur la ligne d’horizon. Je suis sûr que c’est impressionnant.

Il est également vrai que si vous êtes une personne moyenne, Moscou est affreuse.

Le Moscovite moyen a toutes les chances de vivre dans un complexe d’appartements sinistre, dont la plupart ont été construits pendant l’ère soviétique.

Et encore, s’il a de la chance.

De nombreux Russes vivent à Novossibirsk, Ekaterinbourg, Nijni Novgorod, Omsk et Oufa.

  • Le PIB annuel par habitant de la Russie est d’environ 13 000 dollars.
  • Aux États-Unis, il est d’environ 83 000 dollars.
  • Il est d’environ 46 000 dollars dans le Mississippi, notre État le plus pauvre.

En fait, la plupart des Russes vivent dans ce que la plupart des Américains considéreraient comme de la pauvreté.

Il est probable qu’il n’y ait pas une seule mesure économique quantifiable dans laquelle la Russie surpasse les États-Unis.

Sans parler du fait que la Russie est un pays extraordinairement corrompu, dont le prix de la corruption est intégré dans pratiquement toutes les transactions commerciales.

Devenez “lecteur premium”, pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre






Je ne suis pas sûr que les Américains apprécient suffisamment le peu de corruption auquel ils sont confrontés dans leur vie quotidienne. Mais la Russie se classe aux alentours de l’Ouganda et du Togo dans les indices de corruption. La seule chose plus répandue que la corruption est l’alcoolisme et le suicide.

  • Les Russes bénéficient de soins médicaux bien pires que les nôtres.
  • Les maisons sont beaucoup plus petites.
  • Il y a moins de choses à acheter. Moins d’endroits à voir. Moins de mobilité. Moins d’innovation. Moins de méritocratie.

Tout n’est pas une question d’argent, bien sûr.

Je suis un grand fan de la culture russe : Dostoïevski, Chostakovitch, Tarkovski, etc. Mais cela ne change rien au fait que 20 % des foyers russes n’ont pas de salles de bain et w.c.. Ou qu’un tiers des hôpitaux russes n’ont pas d’eau courante.

L’engagement religieux ?

Selon un sondage réalisé en 2018 par le Pew Research Center, 50 à 65 % des Américains déclarent que la religion est importante pour eux. En Russie, cette proportion est de 16 % à 34 %.

Le taux de divorce en Russie est de 74 %, le plus élevé au monde. Et même si nous allons dans la mauvaise direction, nous avons toujours plus d’enfants.

Bien sûr, la criminalité a baissé au fil des ans, mais elle reste plus élevée dans la capitale russe que dans la plupart des villes américaines.

La Russie se classe au 52e rang de l’indice de développement humain

Je suis un grand fan de la culture russe : Dostoïevski, Chostakovitch, Tarkovski, etc. Mais cela ne change rien au fait que 20 % des foyers russes n’ont pas de salle de bain et w.c.. Ou qu’un tiers des hôpitaux russes n’ont pas d’eau courante.

Si vous pensez que les infrastructures sont mauvaises ici, j’ai une petite nouvelle pour vous : la Russie se classe au 52e rang de l’indice de développement humain.

La Russie est essentiellement un pays du tiers-monde doté d’armes nucléaires et d’une énorme réserve de pétrole et de gaz naturel, mais de peu d’autres choses.

La Russie, État autoritaire

M. Carlson parle souvent des attaques contre la liberté d’expression et la liberté d’enquête.

Eh bien, ni l’une ni l’autre n’existe vraiment pour les habitants de Moscou.

La Russie est un État autoritaire. Le fait que les Démocrates se soient retournés contre le président russe Vladimir Poutine ne le rend pas moins terrible.

Les efforts déployés pendant des décennies par la gauche américaine pour dépeindre les États-Unis comme un enfer arriéré portent finalement leurs fruits.

Il est à espérer que la droite ne suivra pas le mouvement, même s’il devient difficile de distinguer certains populistes du gauchiste progressiste moyen.

Un nouveau sondage Pew, par exemple, révèle que la moitié des démocrates américains de moins de 30 ans pensent que les autres pays “sont meilleurs” que les États-Unis, tout comme 40 % des démocrates âgés de 30 à 49 ans.

Un quart des démocrates de plus de 50 ans sont de cet avis. Chez les républicains, 28 % des adultes de moins de 30 ans estiment que les autres pays sont supérieurs aux États-Unis, contre 12 % des 50 ans et plus.

  • 1) Tout d’abord, j’aimerais savoir ce que signifie “meilleur”.

Plus riche pour le citoyen moyen ? Plus moraux ? Moins racistes ? Plus diversifié ? Plus libre ? Plus innovant ? Plus beau ?

Un tel endroit n’existe pas. Pas pour le commun des mortels. Pas à cette échelle.

  • 2) Deuxièmement, j’aimerais bien savoir de quels “autres pays” ils parlent.

Lorsque la plupart des Américains pensent “meilleur”, ils regardent vers une utopie mythique en Europe occidentale, pas vers le Gabon, l’Asie de l’Est ou le Moyen-Orient – ou la Russie.

Incontestable exceptionnalisme américain

Par ailleurs, je ne crois pas à l’exceptionnalisme américain parce que je suis originaire de ce pays. J’y crois parce que c’est un fait incontestable.

Les gens hésitent à dire que l’Amérique est meilleure, soit parce qu’ils considèrent que c’est du chauvinisme mal placé, soit parce qu’ils sont tellement en colère et investis politiquement dans le mécontentement qu’ils ne peuvent pas l’admettre.

Malgré les inégalités, les problèmes et les clowns qui dirigent le pays, le fait est que nous sommes toujours les moins mauvais.

Post Scriptum

Au moment où je traduisais cette chronique, on apprenait la mort du chef de l’opposition russe Alexei Navalny, dans des circonstances troubles dans un camp de prisonniers à l’âge de 47 ans. M. Navalny était un critique féroce de Vladimir Poutine et de la corruption de l’élite russe.
Il avait été emprisonné sur la base d’accusations de corruption qu’il rejetait comme étant fausses. Il serait mort lors d’une promenade après avoir survécu à une tentative d’assassinat à l’aide d’armes chimiques, par le régime de Vladimir Poutine. (breitbart.com)

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : townhall.com/tucker-carlson-is-wrong-about-moscow

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

En savoir plus sur Dreuz.info

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading