Publié par Dreuz Info le 11 février 2024

L’ambassadeur d’Israël et le B’nai B’rith du Portugal dénoncent le silence des politiciens face à l’antisémitisme qui pourrait conduire à des attaques physiques contre les Juifs.

L’ambassadeur d’Israël au Portugal, Dor Shapira, et la présidente du B’nai B’rith du Portugal, Gabriela Cantergi, ont dénoncé le silence assourdissant des politiciens portugais de tout l’éventail politique malgré les actes antisémites répétés au Portugal. Ces incidents incluent des cas de vandalisme à la synagogue de Porto, au Centre culturel juif de Lisbonne, dans des entreprises liées à des Israéliens, dans des universités ayant des partenariats avec Israël, des menaces envers la population juive, des affiches condamnant les propriétaires israéliens et une liste d’hommes d’affaires juifs israéliens publiée par un journal politique.

Lors d’une cérémonie commémorant la Journée internationale de la mémoire de l’Holocauste et contre l’antisémitisme, tenue le 2 février à la synagogue de Lisbonne, l’ambassadeur Dor Shapira a exigé des mesures urgentes. « Nous continuons de recevoir à l’ambassade des messages anxieux de la part d’Israéliens et d’étudiants juifs de tout le Portugal », a déclaré l’ambassadeur Shapira. « Tout cela est de l’antisémitisme. Il devrait être inconcevable de voir une augmentation de l’antisémitisme sous diverses formes et de ne pas avoir une voix unanime et forte, de gauche à droite, parmi les dirigeants, la condamnant ouvertement, se rendant dans les synagogues, rencontrant les communautés juives au moment où cela se produit, afin de leur montrer la solidarité et la responsabilité du pays envers eux. »

Devenez “lecteur premium”, pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







Lors d’une récente manifestation pour l’amélioration du logement à Porto, certains manifestants ont appelés la population à « ne pas louer une maison à des assassins sionistes » et d’ajouter « Ni Haïfa ni Boavista, dehors le capital sioniste ». Boavista, quartier de Porto mentionné par l’un des panneaux des manifestants, abrite la synagogue centrale de la communauté juive de Porto et un nombre croissant de résidents juifs et israéliens.

Suite à cette manifestation, le 30 janvier, le journal Esquerda.net a publié un article faisant la liste de chaque nom d’investisseurs israéliens dans l’immobilier de la ville de Porto, sans jamais préciser qu’ils représentent un pourcentage infime des investisseurs de Porto sur le marché immobilier. Encore une fois, aucun leader de parti politique n’a condamné la « liste » d’Israéliens et de Juifs publiquement accusés de nuire au droit au logement.

« Accuser les juifs de tous les maux, ficher les juifs par leur noms sont la base même de l’antisémitisme, de l’Inquisition à l’Holocauste », a déclaré la présidente du B’nai Brith du Portugal, Gabriela Cantergi. « cela ne peut plus durer car nous, les Juifs, savons où cela mène. » « Il n’est pas acceptable que les leaders des partis de tous bords politiques soient restés complètement muets face à la haine. Certains pourraient voir dans ce silence assourdissant un blanc-seing pour attaquer les Juifs, ce qui pourrait conduire à la violence physique. »

La communauté juive de Porto a déposé une plainte pénale auprès du procureur général du Portugal exigeant qu’il ouvre l’action publique pour incitation à la haine et à la violence contre les juifs et les résidents israéliens, infraction pénale prévue et réprimée par le code pénal portugais et puni d’une peine d’incarcération d’un à huit ans. Elle a également appelé à des mesures contre le journal Esquerda.net, qui n’a pas hésité à dresser une liste des juifs accusés d’être responsable de la crise du logement. Dans sa plainte officielle, la communauté indique que l’expression « sionistes meurtriers » scandée et inscrite par les manifestants et dans le journal « Esquerda.net », est un appel sans équivoque à la mise en danger des juifs, dans leur vie privée comme leur vie professionnelle.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © David Nataf pour Dreuz.info.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous