Publié par Magali Marc le 21 février 2024

Afin de répondre aux questions posées par un lecteur de Dreuz, ces derniers jours, j’ai trouvé un article qui donne l’heure juste sur la situation économique des États-Unis, et qui n’est pas basé sur les vantardises électoralistes de Joe Biden. Stephen Moore, est un économiste dont les chroniques ont été publiées dans le Wall Street Journal, le Washington Times et le National Review, entre autres publications. Il est aussi un contributeur du site conservateur Townhall.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de Stephen Moore, paru sur le site de Townhall, le 20 février.

Devenez “lecteur premium”, pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







*********************************************

Joe Biden est-il responsable de la hausse des marchés boursiers ?

Le président Joe Biden se vante de la récente hausse des marchés boursiers. Il a raison de dire que les actions sont en plein essor depuis 14 mois. Le S&P 500 a atteint 5 000 points pour la première fois de son histoire. Il y a une trentaine d’années, il n’en valait que 500 [NdT: Le Standard and Poor’s 500, ou S&P 500, est un indice boursier qui suit l’évolution des actions de 500 des plus grandes sociétés cotées en bourse aux États-Unis ].

Malgré tous leurs problèmes, les États-Unis demeurent le “mâle dominant” incontesté dans le domaine économique.

Le dollar est la seule monnaie qui compte au niveau mondial (l’euro et les BRICS sont de faibles petites sœurs) et, pour la première fois, l’économie américaine produit bien plus que toute l’Europe socialiste réunie.

Nos sept magnifiques entreprises technologiques – Amazon, Apple, Google, Nvidia, Meta, Microsoft et Tesla – sont sur le point de valoir plus que toutes les actions combinées de n’importe quel autre pays, à l’exception de la Chine.

Mais l’histoire du marché boursier en hausse que raconte M. Biden n’est pas tout à fait exacte.

La plupart des gains réalisés sur le marché n’ont fait que compenser les rendements misérables des deux premières années désastreuses du mandat de M. Biden, au cours desquelles les actions ont perdu près de 15 % de leur valeur. En d’autres termes, les 14 derniers mois n’ont fait que rattraper le terrain perdu lors de la débâcle boursière de 2022.

Il est vrai qu’en termes nominaux, les actions atteignent des sommets. Mais l’une des premières règles de l’investissement est que vous devez faire attention à vos bénéfices après l’inflation.

Si vous investissez dans une société de fabrication de gadgets et qu’en dix ans, la valeur de cette action a doublé, mais que le niveau de prix en dollars de tout le reste a doublé, vous n’êtes pas mieux loti si vous vous basez sur ce que vous pouvez acheter avec ces bénéfices.

Voyons donc ce qu’il est advenu des actions au cours des trois premières années de la présidence Biden, c’est-à-dire jusqu’à la fin du mois de janvier 2024

Au cours de cette période, le niveau des prix a augmenté d’environ 18 %.

Le taux de rendement réel (corrigé de l’inflation) du S&P 500 après trois ans de présidence Biden n’est donc que de 8 %.

C’est assez anémique et bien inférieur au taux de rendement réel annuel moyen depuis l’ouverture de la Bourse de New York, qui est une moyenne de plus de 20 % sur trois ans.

La performance de Joe Biden est également bien pire que le marché à la hausse sous Donald Trump.

Le S&P a progressé de 36 % en termes réels à l’époque de la présidence de M. Trump, soit plus de quatre fois mieux.

M. Trump a fait valoir que la hausse du marché boursier au cours des derniers mois était due à la probabilité accrue qu’il soit élu en novembre.

Je n’accorde pas beaucoup d’importance à cette affirmation. Si le marché boursier s’effondre, est-il également responsable de cette situation ?

Toutefois, une analyse réalisée par l’as de l’investissement Scott Bessent qui est membre du conseil économique du Committee to Unleash Prosperity ( Le Comité pour la libération de la prospérité ) révèle que les fluctuations du marché boursier au cours de l’année écoulée ont été positivement corrélées avec les probabilités de victoire de Trump sur le marché des paris.

À l’heure actuelle, il se situe juste au-dessus de 50 % de chance.

Cette corrélation pourrait être fallacieuse et, bien entendu, les bénéfices sont de loin le principal facteur de valorisation des actions.

Mon dernier conseil en matière d’investissement : les investisseurs devraient prêter attention au programme des Démocrates s’ils gagnent en novembre.

Le plan économique de M. Biden prévoit de doubler l’impôt sur les plus-values, de taxer les plus-values non réalisées et d’augmenter le taux d’imposition des sociétés ainsi que l’impôt sur les dividendes.

C’est assurément une très mauvaise nouvelle pour les actionnaires.

Et ça, vous pouvez y compter !

Source : Townhall

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

En savoir plus sur Dreuz.info

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading