Publié par Gally le 14 février 2024

Je peux vous prouver en un mot que les prétendues manifestations « pro-palestiniennes » dans le monde sont :

Au mieux, une attitude anti-israélienne basée sur l’ignorance, au pire, extrêmement antisémites et/ou haineusement anti-israéliennes, et la seule chose qu’elles ne sont PAS, c’est « pro-palestiniennes ».

Ce mot ?

Yarmouk.

Il y a à peu près seulement 12 ans, Yarmouk était la ville syrienne abritant la plus grande communauté palestinienne au monde. Au moins environ 160 000 Palestiniens y vivaient.

Une fois que le dictateur et boucher syrien Bashar al-Assad a mis la main sur Yarmouk, il n’a pas fallu longtemps pour que les journalistes qualifient la ville de « pire endroit sur terre ».

Pourquoi ? Plusieurs raisons, et je vais vous expliquer ces raisons ainsi que la réaction du monde à leur égard. Ensuite, vous décidez ce que cela signifie.

Le 16 décembre 2012, l’armée de l’air syrienne a bombardé Yarmouk, tuant au moins « des douzaines » de civils (le nombre réel ne sera peut-être jamais connu). Les rues de New York, Los Angeles, Chicago, Toronto, Londres, Paris, Rome, Dublin, etc. ? Toutes muettes.

Des dizaines de milliers de Palestiniens ont fui Yarmouk et ont été déplacés sans nulle part où aller et sans savoir si/quand ils pourraient un jour revenir.

Pour les Palestiniens restés à Yarmouk, ils n’auraient pas pu imaginer le paysage infernal dystopique qui les attendait au cours des six prochaines années.

Premièrement, Assad a imposé un siège brutal et complet d’un an à Yarmouk. Il a ensuite continué ce siège, à quelques exceptions près, pendant encore 5 à 6 ans.

Devenez “lecteur premium”, pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







Les rues du monde étaient-elles remplies de manifestants ?

Non.

Il n’y a pas eu d’électricité à Yarmouk pendant un an, et très peu d’électricité pendant les cinq années suivantes.

Aucune protestation.

Il n’y avait pas d’eau courante à Yarmouk pendant un an, et très peu d’eau potable pendant les cinq années suivantes.

Aucune protestation.

Il n’y avait aucun accès ou un accès très limité à la nourriture pendant un an et très peu de nourriture pendant les cinq années suivantes.

Aucune protestation.

Les fournitures médicales étaient presque nulles, car Assad ne voulait pas risquer qu’elles finissent entre les mains des combattants de l’opposition cachés à Yarmouk – au diable les civils palestiniens.

Pire encore – après la fuite initiale de dizaines de milliers de personnes, les Palestiniens restants de Yarmouk n’ont pas été autorisés à quitter la ville – Assad les a obligés à y rester.

Ainsi, dans la plus grande ville palestinienne de Syrie, des civils palestiniens ont été massacrés sans discernement, des dizaines de milliers ont fui, puis Assad a assiégé totalement les dizaines de milliers de Palestiniens restants, au cours duquel hommes, femmes, enfants, personnes âgées, infirmes et les bébés ont tous été contraints de rester à Yarmouk sans électricité, sans eau, avec un accès minimal à la nourriture et avec peu ou pas d’accès aux médicaments ou aux premiers soins d’aucune sorte.

Et il n’y a pas eu de manifestations.

Le nombre de Palestiniens morts de malnutrition et le nombre de femmes palestiniennes et de leurs bébés morts en couches pendant le siège sont inconnus à ce jour.

Il n’y a pas eu de protestation mondiale.

Il n’y a eu aucune pression pour obtenir un nombre réel de morts et de souffrances.

Il n’y a eu aucune protestation.

Il y eut un silence presque total.

On a beaucoup parlé des couloirs humanitaires et de l’aide humanitaire qu’Israël a autorisé à affluer vers Gaza malgré le fait que les terroristes du Hamas utilisent les couloirs pour s’échapper et malgré le vol de plus de 50 % de cette aide par le Hamas.

Eh bien, en Syrie, Assad a refusé de fournir un couloir humanitaire ; et il a refusé d’autoriser l’aide humanitaire à Yarmouk.

Les rues du monde ?

Silencieuses.

Une Palestinienne de Yarmouk a décrit la scène :

On ne pouvait pas acheter de pain. Au pire, un kilo de riz coûtait 12 000 livres syriennes (48€), aujourd’hui il est de 800 livres (3.20€ £) contre 100 livres syriennes (0.3€) dans le centre de Damas. C’était 900 livres (3.64€) pour un kilo de tomates… nous mangions des plantes sauvages. Nous les avons cueillies et cuisinées. Dans chaque famille, il y avait une hépatite à cause du manque de sucre. L’eau était sale. Les gens avaient de la fièvre. Vos articulations et vos os étaient raides. Ma deuxième fille souffrait de brucellose et il n’y avait aucun médicament.

Silence. Silence assourdissant.

À Yarmouk, tant de Palestiniens mouraient de malnutrition que la plus grande mosquée de Yarmouk a émis un décret religieux (fatwa) autorisant la consommation de chiens, de chats et d’ânes.

Un silence choquant.

En 2014, des tests effectués sur un échantillon aléatoire de Palestiniens à Yarmouk ont montré que 40 % d’entre eux souffraient de la typhoïde.

Silence.

Les 28 écoles de Yarmouk ont été fermées.

Silence.

Même après la fin du siège total initial, l’approvisionnement en eau n’a pas été rétabli. Les conduites d’eau de la ville ont été endommagées lors des combats de septembre 2014, ce qui a entraîné environ quatre années supplémentaires pendant lesquelles les Palestiniens de Yarmouk ont dû boire de l’eau souterraine non traitée.

Où étaient les manifestants ?

Pendant et après le siège complet, Assad a lancé une campagne de bombardements aveugles particulièrement intenses sur Yarmouk qui a fait exploser des civils, y compris des enfants sur des terrains de jeux. Combien ? Nous pouvons dire « des milliers », mais nous ne saurons probablement jamais avec certitude combien.

Le monde ? Silencieux.

Un responsable de l’ONU a admis anonymement à propos de Yarmouk : « Les conditions sont bien pires qu’à Gaza… Les Palestiniens ont toujours eu de la dignité, de l’espoir et de la résilience. Aujourd’hui, après quatre ans de guerre, je vois les gens abandonner. Ils ont du mal à accepter qu’il n’y ait pas d’options. »

Même le commentateur virulemment anti-israélien, Mehdi Hasan, qui a récemment perdu son emploi pour avoir été trop vicieusement anti-israélien, même pour MSNBC (!), a admis en avril 2015 :

« Soyons honnêtes : à quel point notre réaction serait différente, bruyante et passionnée si les personnes assiégeant Yarmouk portaient les uniformes de Tsahal ? »

À cette époque, Yarmouk était largement considérée comme la ville connaissant la « pire crise humanitaire » depuis la Seconde Guerre mondiale.

Mais les rues du monde n’étaient pas remplies de manifestants. Il y eut à peine un bruit.

Pendant ce temps, de nombreux Palestiniens de Yarmouk qui souffrent depuis longtemps ont commencé à obtenir l’assistance médicale dont ils avaient désespérément besoin auprès de ce que beaucoup peuvent considérer comme une source improbable : Israël.

[Note de Gally : rappelons qu’à cette époque, Mélenchon défendait les frappes russo-syriennes. Le même Mélenchon qui aujourd’hui pousse l’infamie jusqu’à dénier le caractère antisémite du pogrom du 7/10]

À partir de juin 2016, l’IDF a lancé « l’Opération Bon Voisin » pour aider les civils en Syrie.

Au début, les Syriens qui pouvaient traverser la frontière ont été transportés vers des hôpitaux israéliens, et plus tard, Israël a ouvert un hôpital de campagne près de la frontière, car de nombreux civils ont commencé à demander de l’aide à Israël.

Une Palestinienne de Yarmouk craignait suffisamment pour la vie de son fils pour demander l’aide de médecins « ennemis » en Israël. Lorsque son fils a été traité avec soin et humanité et soigné, elle a déclaré aux journalistes, de manière anonyme pour sa propre sécurité chez elle : « Avant, je voyais Israël comme une puissance occupante, mais plus maintenant. Toute mon opinion d’Israël a changé ».

Au total, Israël a soigné au moins entre 5 000 et 10 000 civils blessés et souvent affamés qui ont traversé la frontière syrienne.

Israël a même lancé une campagne de dons et collecté des fournitures comme des jouets, des crayons, des jeux et des bonbons pour les enfants qui souffrent ; et Israël a fait traverser discrètement ces dons à la frontière, ainsi que des produits de première nécessité donnés par le gouvernement comme de la nourriture, du carburant, des vêtements et des soins pour bébés.

Combien se sont levés pour féliciter Israël pour son humanité ?

Très, très peu. Et en dehors du monde juif, presque aucun.

Le pire de la situation désastreuse à Yarmouk a duré plus de six ans.

En avril 2018, Yarmouk était bombardée deux fois toutes les 90 secondes. À la fin du mois, Al Jazeera estimait qu’au moins 60 % de Yarmouk avait été complètement détruit et qu’un nombre indéterminé de familles palestiniennes étaient piégées sous les décombres.

En mai 2018, les journalistes l’ont simplifié : « Yarmouk est parti » (voir image à la une).

De combien de manifestations pro-palestiniennes dans combien de villes vous souvenez-vous en avril et mai 2018 ?

De combien de manifestations vous souvenez-vous au cours de ces six années, de 2012 à 2018 ?

Malheureusement, pour ces civils palestiniens innocents qui vivaient sous le joug de la dictature – qu’elle soit d’Assad ou du Hamas – leur sort scandaleusement inhumain a été presque entièrement ignoré par un monde désintéressé.

Pourtant, combien de rues dans combien de villes à travers le monde étaient déjà remplies de manifestants au cours des premiers jours et semaines qui ont suivi le massacre du 7octobre par le Hamas contre plus de 1 200 Israéliens ?

Les rues du monde entier étaient remplies avant même qu’Israël ne commence sa contre-offensive pour sauver les plus de 240 otages pris par le Hamas et pour traduire les terroristes du Hamas en justice et mettre fin à jamais à la capacité du Hamas à faire la guerre à Israël.

De quelles preuves supplémentaires pourrait-on avoir besoin ?

Les manifestations mondiales ont pour objectif d’être anti-israéliens et/ou antisémite.

Il ne s’agit certainement pas de sauver des Palestiniens.

Malheureusement, lorsque les Palestiniens ont eu besoin du monde pour les sauver des autres Arabes, personne n’a marché.

Ce n’est que lorsque les Juifs sont impliqués – c’est alors que le venin, la haine, la motivation et l’organisation pour protester et intimider ressortent.

Source : @CptAllenHistory (X), traduction de @CohenJulien (X)

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gally pour Dreuz.info.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

En savoir plus sur Dreuz.info

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading