Publié par Jean-Patrick Grumberg le 3 février 2024

Jeudi, Joe Biden a imposé des sanctions à David Chai Chasdai, Shalom Zicherman, Einan Tanjil et Yinon Levi, gelant tous leurs actifs détenus aux États-Unis, interdisant les transactions financières avec ces quatre personnes et leur interdisant d’entrer aux États-Unis. Il n’a pris aucune sanction contre les employés de l’UNRWA qui ont été complices du massacre du 7 octobre.

Dans une déclaration publiée par le département d’État, l’administration affirme avoir ciblé les quatre personnes en raison de leurs attaques présumées contre des Arabes et des militants d’extrême gauche en Judée et en Samarie. Les chefs d’accusation comprennent l’incitation à l’émeute, la participation à des jets de pierres, des agressions, le bris de vitres de voitures et la “création d’une atmosphère de peur”.

En raison de cette décision, il est interdit aux citoyens américains de faire des dons ou de fournir des services aux quatre Israéliens inscrits sur la «liste noire» américaine – alors que l’administration Biden viole la loi américaine et fournit une aide financière à l’Autorité palestinienne, dont une partie de l’argent rémunère mensuellement les familles des terroristes qui ont tué des juifs.

Deux ministres sanctionnés ?

Selon plusieurs sources, la Maison-Blanche avait même envisagé des sanctions contre deux ministres de haut rang du gouvernement israélien : Le ministre des Finances Bezalel Smotrich (Parti sioniste religieux) et le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben-Gvir.

Il s’avère que l’information n’est pas du tout vraie, mais elle est mentionnée dans toute la presse afin d’inciter les lecteurs à détester ces deux ministres – et ça marche, puisque les gens continuent de croire les médias en qui ils disent ne plus avoir confiance.

Ce qui est vrai, et constitue l’amalgame dont se servent ces journalistes malhonnêtes, est que ces derniers ont riposté aux attaques de Biden.

“Le temps est venu pour l’Amérique de repenser sa politique en Judée et en Samarie”, a déclaré M. Ben-Gvir sur son compte X (hélas en hébreu – il eut été plus opportun de le publier en anglais)

“Le président Biden commet une erreur à l’égard des citoyens israéliens et de nos colons héroïques. Ce sont eux qui sont attaqués, qui sont assaillis par des pierres dans le but de les assassiner – eux, les colons héroïques de Judée et de Samarie.”

Devenez “lecteur premium”, pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







Le ministre des Finances, M. Smotrich, a accusé l’administration Biden de “collaborer” à une campagne “antisémite” contre Israël.

“La campagne contre les ‘pionniers violents’ est un cliché antisémite répandu par les ennemis d’Israël afin de salir nos pionniers, de leur nuire et, ce faisant, de salir l’ensemble de l’État d’Israël”, a écrit M. Smotrich sur X, hélas, seulement en hébreu.

“C’est la campagne immorale du mouvement BDS, qui transforme la victime en agresseur.

C’est une honte que l’administration Biden collabore avec cela à un moment où les pionniers paient avec le sang de leurs meilleurs fils dans la guerre à Gaza.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahou a également réagi (en anglais) au décret de Biden, en prenant la défense des résidents israéliens de Judée et de Samarie, et en rappelant qu’Israël est une démocratie qui n’a pas besoin de l’aide d’un pays étranger pour faire respecter la loi.

“L’écrasante majorité des habitants de la Judée et de la Samarie sont des citoyens respectueux des lois, dont beaucoup se battent actuellement – en tant que conscrits et réservistes – pour défendre Israël,” ajoutant qu’ “Israël agit contre tous les Israéliens qui enfreignent la loi, partout ; les mesures exceptionnelles ne sont donc pas nécessaires.”

Trop heureux de l’aubaine, le Premier ministre canadien Justin Trudeau a déclaré vendredi que son gouvernement envisageait, dans la foulée de Biden, d’imposer des sanctions aux “colons israéliens extrémistes”.

Deux poids, deux mesures

Des centaines de terroristes tentent d’assassiner des Juifs en Judée et en Samarie. Chaque jour. Il y a eu 5 673 tentatives d’assassinat de Juifs en Judée et Samarie en 2023, et ce sont 4 juifs qui sont inscrits sur la liste noire par Biden.

De hauts responsables de l’Autorité palestinienne appellent ouvertement à une répétition du massacre du 7 octobre – ils n’ont pas été sanctionnés par l’administration Biden.

Le chef du Conseil de Samarie, Yossi Dagan, a rappelé que «les poursuites judiciaires contre les quatre personnes visées par les sanctions de l’administration Biden n’ont pas été achevées du tout”, ce qui constitue une violation de la présomption d’innocence. Beaucoup disent que les accusations reposent sur des faux rapports d’organisations d’extrême gauche.

Et si ces quatre juifs sont reconnus coupables – sur 520 000 qui vivent dans la région, alors la Judée Samarie a le taux de criminalité le plus faible du monde.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous