Publié par Gally le 14 mars 2024

Le nombre de victimes civiles à Gaza est au centre de l’attention internationale depuis le début de la guerre.

La principale source de ces données est le ministère de la santé de Gaza, contrôlé par le Hamas, qui revendique aujourd’hui plus de 30 000 morts, dont la majorité seraient des enfants et des femmes. Récemment, l’administration Biden a légitimé le chiffre du Hamas. Interrogé la semaine dernière lors d’une audition de la commission des forces armées de la Chambre des représentants sur le nombre de femmes et d’enfants palestiniens tués depuis le 7 octobre, le secrétaire à la défense, Lloyd Austin, a déclaré que ce chiffre était “supérieur à 25 000”. Le Pentagone a rapidement précisé que le secrétaire “citait une estimation du ministère de la santé contrôlé par le Hamas”. Le président Biden lui-même avait déjà cité ce chiffre, affirmant que “trop, trop de civils innocents et d’enfants, y compris des milliers d’enfants, sur les plus de 27 000 Palestiniens tués dans ce conflit”. La Maison Blanche a également expliqué que le président “se référait à des données publiquement disponibles sur le nombre total de victimes”.

Voici le problème que posent ces données : les chiffres ne sont pas réels. Cela est évident pour quiconque comprend le fonctionnement des nombres naturels. Les victimes ne sont pas majoritairement des femmes et des enfants, et la majorité d’entre elles sont peut-être des combattants du Hamas.

Si les chiffres du Hamas sont truqués ou frauduleux d’une manière ou d’une autre, il peut y avoir des preuves dans les chiffres eux-mêmes qui peuvent le démontrer. Bien qu’il n’y ait pas beaucoup de données disponibles, il y en a un peu, et elles sont suffisantes : du 26 octobre au 10 novembre 2023, le ministère de la santé de Gaza a publié des chiffres quotidiens sur les victimes, qui comprennent à la fois un nombre total et un nombre spécifique de femmes et d’enfants.

Le premier élément à prendre en compte est le nombre “total” de décès déclarés. Le graphique du nombre total de décès par date augmente avec une linéarité presque métronomique, comme le montre le graphique de la figure 1.

The graph reveals an extremely regular increase in casualties over the period. Data aggregated by the author and provided by the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs (OCHA), based on Gaza MoH figures.

Le graphique révèle une augmentation extrêmement régulière du nombre de victimes au cours de la période. Données agrégées par l’auteur et fournies par le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA), sur la base des chiffres du ministère de la santé de Gaza.

Devenez “lecteur premium”, pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre






Il est presque certain que cette régularité n’est pas réelle. On peut s’attendre à des variations assez importantes d’un jour à l’autre. En fait, le nombre de victimes rapporté quotidiennement sur cette période est en moyenne de 270 plus ou moins 15%. Il s’agit d’une variation étonnamment faible. Il devrait y avoir des jours avec le double de la moyenne ou plus et d’autres avec la moitié ou moins. Il se peut que le ministère de la bande de Gaza publie de faux chiffres quotidiens qui varient trop peu parce qu’il ne comprend pas bien le comportement des chiffres naturels. Malheureusement, les données de contrôle vérifiées ne sont pas disponibles pour tester formellement cette conclusion, mais les détails des comptages quotidiens rendent les chiffres suspects.

De même, nous devrions observer une variation du nombre d’enfants victimes qui suit la variation du nombre de femmes. En effet, la variation quotidienne du nombre de morts est due à la variation du nombre de frappes sur les bâtiments résidentiels et les tunnels, ce qui devrait entraîner une variabilité considérable des totaux, mais une variation moindre du pourcentage de morts dans les différents groupes. Il s’agit là d’une donnée statistique de base concernant la variabilité aléatoire. Par conséquent, les jours où il y a beaucoup de femmes tuées, il devrait y avoir un grand nombre d’enfants tués, et les jours où quelques femmes seulement sont déclarées tuées, quelques enfants seulement devraient être déclarés tués. Cette relation peut être mesurée et quantifiée par la statistique R-carré (R2) qui mesure le degré de corrélation entre le nombre quotidien de femmes tuées et le nombre quotidien d’enfants tués. Si les chiffres étaient réels, nous nous attendrions à ce que R2 soit nettement supérieur à 0 et tende vers 1,0. Mais R2 est de 0,017, ce qui n’est pas statistiquement et substantiellement différent de 0.

The daily number of children reported to have been killed is totally unrelated to the number of women reported. The R2 is .017 and the relationship is statistically and substantively insignificant.

Le nombre quotidien d’enfants tués n’est absolument pas lié au nombre de femmes tuées. Le R2 est de 0,017 et la relation est statistiquement et substantiellement insignifiante.

Cette absence de corrélation est le deuxième élément de preuve circonstanciel suggérant que les chiffres ne sont pas réels. Mais il y a plus. Le nombre quotidien de femmes tuées devrait être fortement corrélé avec le nombre de personnes autres que des femmes et des enfants (c’est-à-dire des hommes). Là encore, on peut s’y attendre en raison de la nature des combats. Les flux et reflux des bombardements et des attaques d’Israël devraient faire évoluer le décompte quotidien de la même manière. Mais ce n’est pas ce que montrent les données. Non seulement il n’y a pas de corrélation positive, mais il y a une forte corrélation négative, ce qui n’a aucun sens et constitue la troisième preuve que les chiffres ne sont pas réels.

The correlation between the daily men and daily women death count is absurdly strong and negative (p-value < .0001).

La corrélation entre le nombre de décès quotidiens d’hommes et de femmes est absurdement forte et négative (valeur p < 0.0001).

Considérons d’autres anomalies dans les données : tout d’abord, le nombre de décès rapporté le 29 octobre contredit les chiffres rapportés le 28, dans la mesure où ils impliquent que 26 hommes sont revenus à la vie. Cela peut être dû à une erreur d’attribution ou simplement à une erreur de déclaration. Il y a quelques autres jours où le nombre d’hommes est proche de 0. S’il ne s’agissait que d’erreurs d’information, alors les jours où le nombre de décès d’hommes semble erroné, le nombre de femmes devrait être normal, du moins en moyenne. Or, il s’avère que les trois jours où le nombre d’hommes est proche de zéro, ce qui suggère une erreur, le nombre de femmes est élevé. En fait, les trois jours où le nombre de victimes féminines est le plus élevé sont ceux-là.

There are three days where the male casualty count is close to 0. These three days correspond to the three highest daily women’s casualty count.

Il y a trois jours où le nombre de victimes masculines est proche de 0. Ces trois jours correspondent aux trois jours où le nombre de victimes féminines est le plus élevé.

Dans l’ensemble, qu’est-ce que tout cela implique ? Bien que les preuves ne soient pas concluantes, elles suggèrent fortement qu’un processus sans lien ou peu lié à la réalité a été utilisé pour rapporter les chiffres. Il est très probable que le ministère du Hamas ait fixé un total quotidien de manière arbitraire. Nous le savons parce que les totaux quotidiens augmentent trop régulièrement pour être réels. Il a ensuite attribué environ 70 % du total aux femmes et aux enfants, en répartissant ce chiffre de manière aléatoire d’un jour à l’autre. Ensuite, ils ont rempli le nombre d’hommes fixé par le total prédéterminé. Cela explique toutes les données observées.

Il existe d’autres signaux d’alarme évidents. Le ministère de la santé de Gaza a toujours affirmé qu’environ 70 % des victimes étaient des femmes ou des enfants. Ce chiffre est bien plus élevé que ceux rapportés lors des précédents conflits avec Israël. Un autre signal d’alarme, rapporté par Salo Aizenberg et écrit abondamment, est que si 70 % des victimes sont des femmes et des enfants et que 25 % de la population est constituée d’hommes adultes, soit Israël ne parvient pas à éliminer les combattants du Hamas, soit le nombre de victimes masculines adultes est extrêmement faible. En soi, cela suggère fortement que les chiffres sont au minimum grossièrement inexacts et très probablement carrément truqués. Enfin, le 15 février, le Hamas a admis avoir perdu 6 000 de ses combattants, ce qui représente plus de 20 % du nombre total de victimes annoncé.

Dans l’ensemble, le Hamas déclare non seulement que 70 % des victimes sont des femmes et des enfants, mais aussi que 20 % d’entre elles sont des combattants. Cela n’est pas possible, à moins qu’Israël ne tue pas les hommes non combattants, ou que le Hamas affirme que presque tous les hommes de Gaza sont des combattants du Hamas.

Existe-t-il de meilleurs chiffres ? Certains commentateurs objectifs ont reconnu que les chiffres du Hamas lors des précédentes batailles contre Israël étaient à peu près exacts [Note de Gally : très relativement vrai, cf cet article publié précédemment]. Néanmoins, cette guerre n’a rien à voir avec celles qui l’ont précédée, que ce soit en termes d’ampleur ou de portée ; les observateurs internationaux qui étaient en mesure de surveiller les guerres précédentes sont aujourd’hui totalement absents, de sorte que le passé ne peut pas être considéré comme un guide fiable. Le brouillard de la guerre est particulièrement épais à Gaza, ce qui rend impossible la détermination rapide et précise du nombre de morts civils. Non seulement le décompte officiel des morts palestiniens ne différencie pas les soldats des enfants, mais le Hamas rejette également la responsabilité de tous les décès sur Israël, même s’ils sont dus à ses propres roquettes mal tirées, à des explosions accidentelles, à des meurtres délibérés ou à des batailles internes. Un groupe de chercheurs de la Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health a comparé les rapports du Hamas aux données relatives aux travailleurs de l’UNRWA. Ils ont soutenu que les taux de mortalité étant à peu près similaires, les chiffres du Hamas ne devaient pas être gonflés. Mais leur argument reposait sur une hypothèse cruciale et non vérifiée : les travailleurs de l’UNRWA ne sont pas plus susceptibles d’être tués que le reste de la population. Cette hypothèse a explosé lorsqu’il a été découvert qu’une fraction importante des travailleurs de l’UNRWA est affiliée au Hamas. Certains ont même été exposés comme ayant participé au massacre du 7 octobre lui-même.

La vérité ne peut pas encore être connue et ne le sera probablement jamais. Le nombre total de victimes civiles est probablement très exagéré. Israël estime qu’au moins 12 000 combattants ont été tués. Si ce chiffre s’avère même raisonnablement exact, le rapport entre les victimes non combattantes et les combattants est remarquablement bas : au maximum 1,4 pour 1 et peut-être même 1 pour 1. Par normes historiques de la guerre urbaine, où les combattants sont intégrés au-dessus et au-dessous des centres de population civile, il s’agit d’un effort remarquable et réussi pour éviter les pertes inutiles en vies humaines tout en combattant un ennemi implacable qui se protège lui-même avec des civils.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © traduction par Gally pour Dreuz.info.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

En savoir plus sur Dreuz.info

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading