Publié par Magali Marc le 7 mars 2024

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article d’Andrea Widburg, paru sur le site d’American Thinker, le 6 mars.

****************************************

Nikki Haley refuse de soutenir Donald Trump

Les électeurs du Super Tuesday (sauf dans le Vermont) ayant donné un “Non” retentissant à Nikki Haley, celle-ci a finalement cédé à l’inévitable et suspend sa campagne.

Toutefois, à l’heure où nous écrivons ces lignes, elle refuse de soutenir Donald Trump.

Son refus est compréhensible, compte tenu de ses valeurs et de son électorat, mais il serait préférable pour l’Amérique qu’elle lui donne sa bénédiction.

Les résultats du Super Tuesday ont été sans équivoque.

Si l’on ajoute ces résultats aux primaires précédentes, on constate qu’en dehors du District of Columbia et du Vermont, les électeurs républicains veulent que Donald Trump soit leur candidat.

Jusqu’à présent, M. Trump a remporté 995 délégués, contre 89 pour Mme Haley.

Avec des chances insurmontables contre elle, Mme Haley a finalement compris le message et a suspendu sa campagne.

Toutefois, comme l’indique le tweet ci-dessus, Nikki Haley ne soutiendra pas Donald Trump, du moins pas pour l’instant.

Sa décision de ne pas soutenir Trump est compréhensible.

Comme elle l’a démontré lorsqu’elle a remporté les primaires républicaines à Washington (le District of Columbia), elle n’est pas la candidate de l’Amérique d’abord.

Elle est une candidate de Washington D.C. d’abord.

Sa marque de conservatisme vient de l’Uniparti, du côté républicain fantoche, du côté de l’allée des RINOs.

Oui, elle adhère à une certaine forme de conservatisme fiscal et soutient une position militaire agressive, mais sur d’autres questions fondamentales, elle commencera toujours par des déclarations conservatrices fortes et finira par les valeurs du marécage.
Comme Sarah Longwell, rédactrice de Bulwark (une publication hostile à Trump), l’a expliqué avec prescience l’année dernière:

Si de nombreux électeurs républicains se détournent de M. Trump en tant qu’homme, les forces qu’il a libérées au sein du parti – populisme économique, politique étrangère isolationniste, négationnisme électoral et, surtout, focalisation sans complaisance et vulgaire sur les questions de guerre culturelle – restent incroyablement populaires auprès des électeurs du GOP.
[…]
Mme Haley serait la favorite d’un Parti Républicain qui n’existe plus.
[…]
Est-elle l’adepte du MAGA qui a loyalement servi dans l’administration Trump ? Ou le poids lourd sobre et sérieux de la politique étrangère ? Ou l’ancienne gouverneure de Caroline du Sud, réformiste, qui a signé le projet de loi visant à retirer le drapeau confédéré de l’enceinte du palais de l’État ?

Mme Haley a montré sa surdité aux préoccupations conservatrices et son ouverture aux mots d’ordre gauchistes lorsque, au plus fort de la bataille épique de Ron DeSantis contre Disney en raison de ses efforts pour préparer les enfants américains au culte LGBTQ+, elle a opiné que, si elle était encore gouverneur de Caroline du Sud, elle demanderait à Disney de se réinstaller dans son État.

Mme Haley a également joué à plusieurs reprises les cartes de la race et du féminisme de gauche au cours de sa campagne, deux choses qui sont à l’opposé de ce que veulent les électeurs conservateurs.

Ils partagent le rêve de Martin Luther King d’une Amérique sans distinction de couleur et sont conscients de la toxicité et de la suffisance du féminisme de la troisième vague.

Compte tenu des valeurs de l’Unipartisme, il n’est pas surprenant que Nikki ne puisse pas soutenir M. Trump.

L’Uniparti est le Marécage de Washington, et Donald Trump est l’anti-Marécage.

Ce n’est pas seulement qu’il épouse des valeurs auxquelles le Marécage s’oppose, ce qui était déjà vrai en 2016 et en 2020.

C’est qu’après quatre ans d’efforts de la part du Marécage pour le détruire, un Donald Trump de retour serait prêt pour la bataille.

Cependant, si Nikki ne veut pas soutenir M. Trump, ce dernier serait bien avisé de lui tendre une branche d’olivier.

En effet, elle a obtenu en moyenne 30 % des voix lors de la plupart des primaires républicaines.

Il s’agit soit d’électeurs qui ne peuvent pas passer outre la personnalité de Donald Trump même s’ils sont d’accord avec sa politique, soit d’électeurs qui épousent la politique républicaine de Nikki.

M. Trump a besoin de ces électeurs.

La plupart des électeurs de Nikki, bien sûr, comprendront qu’elle n’est plus sur le bulletin de vote en novembre.

À la place, il y aura un face-à-face manichéen entre les politiques démocrates (frontières ouvertes, armée détruite, enfants sexualisés et mutilés, économie en panne, racisme institutionnel, État de droit, communautés ravagées par la criminalité, fin de la liberté d’expression et de la dissidence, etc.) et les politiques conservatrices (l’opposé de tout ce qui est démocrate).

Le temps des votes de protestation est révolu.

Les choix seront tranchés, et les personnes avisées, même celles qui n’aiment pas M. Trump, voteront quand même pour lui.

Mais il y aura toujours des récalcitrants.

Dans une élection où chaque voix compte, la déclaration de Nikki leur indiquant qu’il est moralement acceptable de voter pour M. Trump aura de l’importance.

J’espère qu’elle pourra s’élever au-dessus de son RINO-isme, mais je ne peux pas dire que je suis optimiste.

Je n’ai pas oublié que l’incapacité de Donald Trump à mettre en œuvre ses politiques au cours des deux premières années de sa présidence était due à l’opposition des Républicains lorsqu’ils contrôlaient le Congrès.

Pour un grand nombre d’entre eux, les politiques de l’Amérique d’abord étaient un anathème.

Au lieu de cela, c’était l’Uniparti aujourd’hui, l’Uniparti demain, l’Uniparti toujours.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : American Thinker.com

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

En savoir plus sur Dreuz.info

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading