Publié par Jean-Patrick Grumberg le 31 mars 2024

Nous sommes en temps de guerre, et Israël livre 10 000 tonnes de nourriture par semaine à Gaza – alors que selon l’ONU, il a besoin de 4 000 tonnes.

Un article du Washington Post – le reste de la presse reprend les mêmes mots d’ordre – reproche à Israël que “les livraisons d’aide […] sont loin de répondre aux besoins fondamentaux de Gaza”. En réalité, selon les propres chiffres de l’ONU, Israël a facilité la livraison de plus de deux fois plus de nourriture que ce dont Gaza a besoin – je répète : d’après les chiffres du Programme alimentaire mondial (WFP – PAM) de l’ONU.

“Ville égyptienne d’AlArish. 951 tonnes de nourriture sont actuellement disponibles en Égypte, près de la frontière de Gaza, ce qui est suffisant pour nourrir 488 000 personnes pendant une semaine.
À Gaza, le PAM dispose de actuellement 3 122 tonnes de thon en conserve et de farine de blé. En Cisjordanie [Judée Samarie] et à Jérusalem, le PAM dispose de 1 157 tonnes de farine de blé, d’huile d’olive et d’huile végétale, de lentilles et d’autres produits alimentaires, de farine de blé et de pois chiches.”

Selon l’ONU, Gaza a besoin de 4 000 tonnes de nourriture par semaine. Au cours des 25 semaines écoulées depuis le 7 octobre, Gaza a importé 250 000 tonnes de nourriture, soit 10 000 tonnes par semaine… plus du double de ce que l’ONU estime nécessaire.

CNN manipule les chiffres

CNN présente un graphique qui fait croire que cinq fois moins de camions entrent à Gaza aujourd’hui comparé à la période avant-guerre. Ces données sont manipulées et CNN cache des éléments essentiels afin de tromper les gens.

En réalité,

  • Le chiffre de 500 camions par jour avant la guerre incluait les camions d’importation et d’exportation transportant des matériaux de construction et des fournitures industrielles.
  • Seuls 70 camions alimentaires en moyenne entraient dans la bande de Gaza avant la guerre.
  • En ce moment, il n’y a pas de livraison de matériaux de construction et des fournitures industrielles.
  • En revanche, le nombre de camions alimentaires a doublé : il y en a 140 aujourd’hui.

Au lieu de 5 fois moins comme dit CNN, c’est 2 fois plus d’aide alimentaire.

Le Washington Post trafique les chiffres

Le Washington Post va encore plus loin : il ment, publie des faux chiffres et des statistiques éhontées qui alimentent leurs allégations de “famine”. Tout est inventé de toutes pièces1.

  1. Le rapport commence par signaler un “déficit de l’aide à Gaza”. Ce n’est pas vrai, car 68 % des camions qui entraient dans Gaza avant la guerre ne transportaient même pas de nourriture. Il s’agissait à 50 % de matériaux de construction, et nous savons ce que le Hamas en a fait. Ne croyez pas ce que je dis, c’est l’ONU qui le dit, vous pouvez le lire dans leur propre rapport2.
Tableau de l’ONU – (Source : https://www.ochaopt.org/data/crossings)
  1. Le Washington Post dit que “l’enclave dépend depuis longtemps de centaines de camions d’aide importés chaque jour”. C’est faux, encore une fois, les chiffres de l’ONU (UNOCHA), indiquent que 98% des camions entrant dans Gaza avant la guerre étaient des fournitures commerciales (fournitures industrielles et de construction).
Tableau de l’ONU – (Source : https://www.ochaopt.org/data/crossings)
  1. Ensuite, le WaPo nous dit que “le flux de camions s’est réduit à un filet d’eau”.

    Sauf que ce n’est pas le cas selon l’UNRWA lui-même, qui indique que 206 camions sont entrés l’autre jour (70% via Israël, pas l’Egypte).

    Et même les données de l’UNRWA sont en dessous de la réalité, puisque celles de COGAT
    font état de 274 camions ce jour-là – et pas 206.

    Vous avez déjà vu la taille d’un semi-remorque ?

Imaginez 274 semi-remorques comme celui-là : c’est pas exactement un “filet d’eau”, comme l’écrit le Washington Post.

Voilà les chiffres de l’UNRWA :

Tableau de l’UNRWA (Source : https://app.powerbi.com)

Devenez “lecteur premium”, pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre






Le vilain petit secret : c’est l’ONU qui bloque l’aide pour Gaza

Le contenu de 400 camions qui ont été livrés par Israël dort à Gaza – l’ONU est en sous-capacité logistique

L’ONU accuse Israël de bloquer l’aide alimentaire de Gaza. En fait, l’ONU accuse Israël de ses propres fautes : c’est l’ONU qui bloque l’aide !

Cela pourrait sembler difficile à croire, mais vous êtes sur Dreuz.info et vous savez que contrairement à la grande presse, nous ne versons pas dans la Fake News, nous n’occultons pas les faits, et nous ne manipulons pas la réalité pour vous influencer.

Israël, images à l’appui, montre qu’en fin de semaine, 400 camions qui ont été inspectés par le COGAT, l’organisation israélienne chargée de détecter les armes et explosifs dissimulés dans les camions de nourriture, étaient bloqués du côté de Gaza au lieu d’être livrés aux habitants.

Le COGAT explique que les agences d’aide de l’ONU ne remplissent pas leur mission car elles n’ont pas mis en place les moyens logistiques pour accomplir leur travail. Elles sont en sous-capacité logistique. COGAT ajoute qu’elles “doivent admettre leurs échecs”.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Sources :

  1. https://www.washingtonpost.com/world/interactive/2024/gaza-aid-truck-sea-airdrop/ ↩︎
  2. https://www.ochaopt.org/data/crossings ↩︎

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

En savoir plus sur Dreuz.info

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading