Publié par Magali Marc le 13 mars 2024

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de Brittany Sheehand, paru sur le site de RedState, le 12 mars.

***********************************************

Donald Trump déclare que la libération des “otages” du 6 janvier sera l’une de ses premières actions en tant que président

Lundi, le 11 mars, dans un message publié sur Truth Social, l’ex-Président Donald Trump a écrit que la grâce des prisonniers du 6 janvier serait l’une de ses premières actions s’il était réélu en novembre.

Il a écrit :

Mes premières actions en tant que votre prochain président seront de fermer la frontière, DRILL, BABY, DRILL1, et de libérer les otages du 6 janvier qui sont emprisonnés à tort !

M. Trump a déjà fait plusieurs déclarations sur la possibilité de gracier les prisonniers par le passé, mais son message de lundi est peut-être la position la plus ferme qu’il ait prise jusqu’à présent.

En mai 2023, il a déclaré qu’il gracierait “très probablement” “une grande partie d’entre eux“, ajoutant “et ce sera très tôt“.

En juin, alors qu’il faisait lui-même l’objet d’une enquête fédérale, il a organisé une collecte de fonds pour les accusés dans son club de golf de Bedminster, dans le New Jersey, et a promis de faire un don personnel.

Les propos de M. Trump interviennent alors que son ex-conseiller Peter Navarro a reçu l’ordre de se rendre en prison pour avoir défié une assignation à comparaître de la Commission spéciale du 6 janvier.

Devenez “lecteur premium”, pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre






Un juge fédéral a ordonné à M. Navarro de purger sa peine de quatre mois à compter du 19 mars, refusant un sursis demandé dans le cadre de la procédure d’appel.

Dans un message d’accompagnement, M. Trump a qualifié la commission de “commission J6 non sélectionnée“, la qualifiant d'”escroquerie totale de destruction de documents“, tout en félicitant les Républicains du Congrès d’avoir “exposé tous les mensonges“.

Un rapport de 81 pages publié lundi par la sous-commission de contrôle de la Commission de l’administration de la Chambre des représentants, dirigée par le Représentant républicain, Barry Loudermilk, révèle que quatre employés de la Maison Blanche n’ont pas réussi à étayer les détails cruciaux du témoignage dramatique de Cassidy Hutchinson concernant les actions de M. Trump ce jour-là.

Le rapport indique ce qui suit :

Aucun des employés de la Maison Blanche n’a corroboré l’histoire sensationnelle de Cassidy Hutchinson selon laquelle le Président Trump s’est jeté sur le volant de la “Bête” [NdT: La limousine lourdement blindée qui sert à conduire les présidents américains ]. Cependant, certains témoins ont décrit l’humeur du président après le discours à l’Ellipse.

Parmi les témoins qui ont réfuté la version des événements de Mme Hutchinson figure le conducteur de la voiture de M. Trump le 6 janvier, tout en corroborant l’insistance de l’ex-Président à rejoindre ses partisans rassemblés au Capitole.

Le conducteur anonyme a déclaré aux enquêteurs de la commission:

[Le président Trump] n’a jamais saisi le volant. Je ne l’ai pas vu, vous savez, s’élancer pour essayer de s’asseoir sur le siège avant.

Les transcriptions du témoignage du chauffeur montrent que, bien que Trump ait voulu être conduit au Capitole, il n’était pas “irrité” et n’a pas crié après le chef de sa garde rapprochée, Bobby Engel, comme on l’a prétendu précédemment.

Le chauffeur a déclaré aux enquêteurs:

Le président a insisté pour aller au Capitole. Il était clair pour moi qu’il voulait aller au Capitole. Il ne criait pas après M. Engel. Il ne criait pas après moi. Certes, il a haussé le ton, mais je n’ai pas eu l’impression qu’il était irrité – certainement pas, certainement pas aussi irrité ou agité qu’il l’avait été sur le chemin de l’Ellipse.

Le président Joe Biden garde également les événements du 6 janvier 2021 frais dans l’esprit des Américains, puisqu’il les a mentionnés dans son discours sur l’état de l’Union prononcé jeudi, le 7 mars.

M. Biden a déclaré:

L’histoire nous regarde, tout comme elle nous a regardés il y a trois ans, le 6 janvier. Des insurgés ont pris d’assaut ce même Capitole et ont placé un poignard sous la gorge de la démocratie américaine. Nombre d’entre vous étaient présents en ce jour des plus sombres. Nous avons tous vu de nos propres yeux que ces insurgés n’étaient pas des patriotes.

Trois ans après la prétendue émeute du Capitole, plus de 1 230 personnes ont été inculpées de crimes fédéraux, et seulement deux ont été acquittées de toutes les charges retenues contre elles.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : Redstate

  1. «Fore, chéri, fore !», était un slogan de campagne du Parti Républicain utilisé pour la première fois pendant l’élections présidentielle de 2008 aux États-Unis . Ce slogan exprime le soutien de ce parti à l’intensification des forages pétroliers en vue d’augmenter les ressources énergétiques du pays. ↩︎

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

En savoir plus sur Dreuz.info

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading