Publié par Guy Millière le 20 mars 2024

Je n’ai guère envie de parler d’Emmanuel Todd, mais au vu de son omniprésence médiatique en France ces dernières semaines, je dois le faire.

J’ai débattu avec lui à la télévision suisse au temps où je ne vivais pas encore à plein temps aux Etats-Unis, et à l’époque, il était clairement marxiste et il l’était comme on l’était à la fin du dix-neuvième siècle, c’est pourquoi je l’avais qualifié de paléo-marxiste. 

Il définissait en 1997 le parti communiste français comme le “parti de l’espoir”. Il prédisait dans un livre pas du tout sérieux publié en 2002 (Après l’empire) le déclin et la déchéance des Etats-Unis. Et il attribuait dans ce livre la victoire sur le nazisme en 1945 à l’Union Soviétique, comme tous les falsificateurs de l’histoire (si Franklin Roosevelt n’avait pas été sous influence communiste, l’Union soviétique aurait été dévastée par les troupes hitlériennes, et si elle ne l’a pas été cela a été grâce à la fourniture d’armement américain ; en supplément s’il y a eu tant de morts soviétiques, c’est parce que Staline a utilisé les êtres humains comme chair à canon). Il décrivait les Etats-Unis de 2002 comme profondément “marqués par le racisme” envers les noirs (son esprit semblait resté bloqué sur une situation essentiellement révolue depuis les années 1970), et comme incapables d’avoir encore une influence sur le monde. Il n’établissait, comme nombre de pseudo “spécialistes des Etats-Unis” en France, aucune différence entre les administrations démocrates et républicaines, et semblait ne connaitre du pays que des statistiques citées à la hâte.

Il a, dès 2014, adopté les positions de Poutine et le discours de la propagande russe sur l’Ukraine, en semblant prendre ses sources dans la Pravda.

En 2015, il a, après les attentats islamistes contre Charlie Hebdo et l’Hypercacher de Saint Mandé, et après les manifestations en France sur le thème Je suis Charlie, attribué aux manifestants des sentiments islamophobes injustifiés, et a assimilé la méfiance envers l’islam à l’époque à l’antisémitisme des années 1930, comme si les musulmans aujourd’hui en France risquaient ce qu’ont risqué les Juifs à l’époque où se profilait la “solution finale”.

Il a justifié en 2022 l’invasion de l’Ukraine par la Russie en la présentant comme une action défensive, et affirmé que l’Ukraine a “provoqué l’invasion” qu’elle a subi en ayant une attitude agressive vis-à-vis de la Russie. Ce qui signifie qu’il a justifié l’invasion arbitraire d’un Etat souverain par Poutine, et, par une inversion odieuse des positions, accusé l’agressé d’être l’agresseur. Il n’a rien dit, bien sûr, des crimes monstrueux perpétrés par l’armée russe en Ukraine, qu’il s’agisse de la destruction intégrale d’une ville de 450.000 habitants (Marioupol), des meurtres innombrables commis contre des civils à Boutcha et ailleurs, ou des déportations d’enfants ukrainiens arrachés à leurs familles aux fins de leur laver le cerveau et d’en faire des enfants russes.

Devenez “lecteur premium”, pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre






Il vient de publier La défaite de l’Occident, un livre pas encore traduit en russe, mais pour lequel il a reçu les compliments des médias officiels de la Russie poutinienne.  Ce livre glorifie la Russie en laissant de côté le fait que le régime de Poutine est un régime dictatorial dans lequel on tue les journalistes qui osent ne pas baisser la tête, et on emprisonne ou élimine les opposants politiques. Il utilise sélectivement des statistiques pour tenter de montrer que la Russie est un pays très sain.

La mortalité infantile, dit-il, est en baisse en Russie, le taux d’homicides est en baisse aussi, tout comme le taux de suicides, et l’alcoolisme recule. Les chiffres sont exacts, mais Todd oublie de dire que la natalité est en très forte baisse en Russie, que les grands prématurés ne sont pas comptés comme des bébés viables, que le nombre de crimes violents est en forte augmentation, tout comme la consommation de drogues diverses, qui viennent pour partie remplacer l’alcool.

Il cite, signe qui ne trompe pas selon lui, le pourcentage d’ingénieurs formés en Russie qui est, dit-il très supérieur au pourcentage d’ingénieurs américains formés aux Etats-Unis, mais ignore ce que tout spécialiste de la Russie connait : l’archaïsme des programmes de formation en Russie, et la corruption dans la délivrance des diplômes, deux éléments qui signifient que la qualité des ingénieurs formés en Russie est souvent indigente. Il oublie aussi que les Etats-Unis attirent des gens formés dans le monde entier, ce qui n’existe pas pour la Russie. Le rêve américain existe encore, le rêve russe, lui, n’a jamais existé, sauf pour Todd, les communistes et l’extrême droite aux penchants autoritaires qui admire les crimes de Poutine aujourd’hui.

Todd écrit que Poutine a choisi la “guerre lente” pour “économiser les hommes”, et on voit là que la lecture de la Pravda est décidément très nuisible pour les neurones. L’utilisation d’hommes par dizaines de milliers comme chair à canon faisait partie, je l’ai dit plus haut, de la stratégie soviétique sous Staline, elle fait partie de la stratégie russe sous Poutine. Tous les services de renseignement occidentaux situent le nombre de Russes morts ou gravement blessés en Ukraine alentour de 300.000. Poutine détruit l’Ukraine. Il détruit aussi la Russie. L’Ukraine connait de nombreux morts, et cela va être catastrophique pour l’Ukraine, mais la Russie va voir son déclin démographique s’accentuer fortement.

Todd ose écrire : “OTAN et Ukraine sont venus buter sur une Russie stabilisée, redevenue une grande puissance, désormais conservatrice, rassurante”. Peut-on accumuler autant d’inepties en une seule phrase ? Apparemment, la réponse est oui.

La Russie n’est pas “stabilisée”. Poutine l’a fait passer à une économie de guerre qui permet des chiffres de croissance artificiels et fonctionne au détriment de l’économie réelle (une économie de guerre produit des armes et des munitions qui ne rapportent rien, et fonctionne au détriment de la production de biens de consommation), le budget de la défense représente aujourd’hui quarante pour cent du budget du pays ; la Russie n’est plus le cœur de l’URSS, défunte, elle n’est pas une grande puissance et ne sera jamais une grande puissance. La façon risible dont Todd calcule le PNB d’un pays lui fait peut-être penser que le PNB russe est infiniment plus important qu’il n’est en réalité (le PNB de la Russie se situe à 10.000 dollars par habitant, par comparaison, celui de la France à 42.000 dollars par habitant, celui des Etats-Unis à 80.000 dollars par habitant : chiffres de 2023). Des économistes marxistes écrivaient quelques années avant l’effondrement de l’empire soviétique que la croissance en URSS était si forte que l’Union soviétique atteindrait, puis dépasserait le PNB des Etats-Unis et que les citoyens soviétiques seraient rapidement beaucoup plus riches que les citoyens américains. L’antiaméricanisme peut mener loin dans le délire.

La Russie n’est pas “conservatrice”, sauf si l’on entend confondre conservatisme avec arbitraire, dictature et crimes de guerre. Le conservatisme tel qu’il se conçoit en Occident est ce que le grand penseur américain Russel Kirk appelait la “défense des choses permanentes”. Ce qui a été quasiment permanent en Russie a été l’arriération économique, l’autoritarisme destructeur, le bellicisme,  et l’absence de liberté. Si c’est cela que Todd appelle conservatisme, Poutine coche effectivement toutes les cases.  

La Russie n’est pas “rassurante”, sauf, bien sûr, pour ceux qui rêvent de dictature et qui espèrent l’abolition de la démocratie et de la défense des droits de l’être humain et qui rêvent de cadavres d’innocents par milliers. Elle est inquiétante pour ceux qui souhaitent la liberté et le respect des droits humains, mais Todd n’en fait pas partie.

Quand Todd parle de l’Ukraine, on discerne la haine et le mépris qu’il éprouve pour un peuple et des dirigeants qui veulent rejoindre l’Occident et la civilisation occidentale, que Todd déteste visiblement. Il qualifie, avec mépris, la langue ukrainienne de “langue de paysans”, et le russe de “langue de la haute culture” : il ignore visiblement l’existence d’une littérature ukrainienne. Il dit que l’Ukraine est corrompue, et laisse de côté deux points importants : la Russie est, selon toutes les études internationales menées sur le sujet, un pays plus corrompu encore que l’Ukraine, et l’Ukraine lutte contre la corruption alors qu’en Russie la corruption est structurelle et est au pouvoir avec Poutine. Todd passe presque complètement sous silence le caractère cruel et criminel de la dictature de Poutine, et forge un oxymore en parlant de “démocratie autoritaire”.

Il accuse l’Ukraine d’avoir légalisé la gestation pour autrui, et semble ignorer qu’elle est tout aussi légale et tout aussi pratiquée en Russie. Il reprend à son compte, comme tous ceux qui s’efforcent de justifier l’agression de Poutine contre l’Ukraine, la division de l’Ukraine entre un Est russophone et un Ouest ukrainophone, et assimile les russophones à des “Ukrainiens pro-russes”, sur un mode conforme à la propagande poutinienne, et il laisse de côté des faits essentiels : le russe était langue obligatoire en Ukraine dans les temps  totalitaires soviétiques, et depuis l’invasion barbare de l’Ukraine, le russe est assimilé à la langue de ceux qui détruisent l’Ukraine, et massivement rejeté. Les russophones passent à la langue ukrainienne, sauf dans les territoires ukrainiens occupés par l’armée russe où la population n’a pas le choix. Les habitants du Donbass et de la Crimée ont voté en faveur de l’indépendance de l’Ukraine, comme toutes les régions de l’Ukraine en 1991. Todd ne parle pas de nationalisme ukrainien, mais d’”ultranationalisme”, et dit que l’Ukraine russophone est quasiment inexistante dans la classe politique ukrainienne : il omet de dire que les deux présidents démocratiquement élus depuis 2014, Petro Porochenko (né à Bolhrad, oblast d’Odessa) et Volodymyr Zelensky (né à Kryvyï Rih, oblast de Dnipropetrovsk) viennent de l’Ukraine russophone. Sa source de référence essentielle sur l’Ukraine est Wikipédia, ce qui confirme que Todd est un chercheur sérieux, façon clown blanc.

Lorsqu’Emmanuel Todd parle des Etats-Unis, il confirme davantage encore son absence de sérieux et son ignorance de la réalité du pays. Il confirme aussi qu’il est toujours paléo-marxiste. Il montre que décidément, sa façon de calculer le PNB d’un pays est risible. Il dit que le produit intérieur brut américain est très nettement surévalué et que le chiffre réel devrait être bien plus bas, et il exclut du calcul du produit intérieur brut les activités immatérielles telles celles exercées dans le secteur de la finance, de l’assurance et des activités immatérielles, et considère que la production de richesse doit être calculée sur la base de la production matérielle, donc sur la base de la production industrielle. A l’évidence, Emmanuel Todd est quand il s’agit d’économie, un analphabète. Il semble se prendre parfois pour un économiste alors qu’il est dans ce domaine un charlatan : cela lui fait un point commun avec un autre homme qui se prenait pour un économiste sans en être un, Karl Marx. Je donne, cela dit, un avantage à Karl Marx : dans une lettre rarement citée, écrite à la fin de sa vie, il dit à Friedrich Engels qu’il n’est pas marxiste. Todd peut dire qu’il n’est pas marxiste lui non plus, je sais. Marx a eu la décence de ne pas achever la rédaction du Capital : il avait compris en lisant Carl Menger que ses analyses sur la plus-value et sur la baisse tendancielle du taux de profit n’avaient aucun sens. Todd, lui, n’a toujours pas lu Carl Menger, visiblement.

Emmanuel Todd ajoute que le protestantisme américain a disparu. Ce serait un choc pour lui de se rendre aux Etats-Unis et de constater que chaque dimanche toutes les églises protestantes de toutes obédiences sont pleines (les églises catholiques aussi). Il dit, je sais, que les églises évangéliques ne sont pas protestantes : quand on veut évacuer la réalité, la malhonnêteté intellectuelle est indispensable.

Chez les jeunes Américains, effet de la prise en main de l’éducation par l’extrême gauche, la foi chrétienne recule, mais elle revient en force quand les jeunes Américains avancent en âge et se défont des inepties gauchistes qu’on leur a inculqué au lycée ou à l’université. Emmanuel Todd prend ses désirs, qui coïncident avec ceux de l’extrême gauche américaine, présentement au pouvoir à Washington, pour des réalités.

Il utilise les chiffres qu’il a utilisé pour montrer la supériorité de la Russie, et entre autres, celui concernant la mortalité infantile, et oublie qu’aux Etats-Unis, les grands prématurés sont comptés comme des bébés viables et risquent davantage de mourir que les bébés nés après neuf mois de grossesse de la mère.  Il note une baisse de l’espérance de vie américaine et attache une importance très insuffisante au nombre catastrophique de morts dues au Fentanyl. Plutôt que parler du Fentanyl, il parle d’opioïdes (il préfère ce mot au mot Fentanyl, ce qui lui permet de biaiser) et attribue leur surconsommation aux prescriptions médicales, ce qui a été exact pendant une période très brève et ne l’est plus du tout. Il ne dit pas que l’accroissement du nombre de morts par opioïdes (en l’occurrence, le Fentanyl), 70.000 par an environ, surtout des adolescents tentés par l’interdit, est le résultat de la guerre que la Chine communiste mène contre les Etats-Unis en envoyant des tonnes de Fentanyl aux cartels mexicains de la drogue qui le font passer par la frontière Sud du pays, que l’administration Biden a réduite à l’inexistence. Le dire impliquerait qu’Emmanuel Todd incrimine la Chine communiste et l’administration Biden, ce qui est sans doute inenvisageable pour lui.

J’aurais pu rajouter quelques points sur le “nihilisme” et la “volonté de destruction” que Todd, pris de frénésie anti-américaine, prête aux dirigeants américains successifs (il y a une volonté de destruction dans l’administration Biden, mais ce n’est vraiment pas du tout la volonté de destruction que Todd, en proie à ses fantasmes, prête aux Etats-Unis). Todd attribue à tous les dirigeants américains un désir compulsif de détruire partout où ils le peuvent, et c’est vrai, les dirigeants américains ont, en un siècle, beaucoup détruit : le régime national-socialiste allemand, le régime fasciste en Italie, le régime militariste japonais, al-Qaida en Afghanistan, l’Etat Islamique, sans oublier le merveilleux et sympathique régime de Saddam Hussein en Irak. Il y a de quoi être consterné quand on pense comme Todd.   

J’aurais pu relever encore quelques phrases délirantes. “Le pays qui aurait pu permettre à l’Occident de garder sa prééminence, c’est la Russie, si on l’avait intégrée”.  Todd n’a toujours pas compris que lorsque Poutine est arrivé au pouvoir, il a pris en main un pays essentiellement sous-développé (qui reste un pays sous-développé) et a mené d’emblée une politique hostile au monde occidental en passant accord avec la Chine et en vendant des moyens nucléaires à l’Iran des mollahs (Poutine a demandé d’adhérer à l’OTAN, il lui a été expliqué qu’être dans l’OTAN était incompatible avec des liens militaires et stratégiques avec des ennemis du monde occidental, et il a fait ses choix immédiatement). Il est vrai qu’en prenant ses références sur Wikipédia, on ne peut rien comprendre.  Autre phrase : “Les Américains ont préféré détruire l’Europe plutôt que sauver l’Occident”. Todd a oublié que les Etats-Unis ont sauvé l’Europe occidentale en 1944-45 et dans les années suivantes grâce au plan Marshall, et il oublie que les Etats-Unis ont sauvé l’Europe centrale en poussant l’Union soviétique vers la chute. Et les Etats-Unis ont sauvé l’Europe entière depuis 1991 en continuant à maintenir l’Europe sous le parapluie de la défense américaine. L’Europe occidentale va très mal, mais pour la détruire, les dirigeants d’Europe occidentale s’y prennent très bien par eux-mêmes pour détruire leur propre civilisation.

Autre phrase : “Les États-Unis font à la Russie le cadeau de leur attitude complètement irresponsable concernant Gaza”.  L’attitude complètement irresponsable que Todd attribue aux Etats-Unis est le soutien à Israël, bien sûr.  Les soutiens du Hamas dans le monde occidental reprochent à Biden de soutenir Israël : ils se disent pro-palestiniens, ils sont en fait pro-terroristes, comme Todd. Les amis d’Israël voient que Biden est responsable de l’attaque atroce du 7 octobre en ayant permis à l’Iran de toucher des milliards de dollars qui ont, entre autres, servi à financer le Hamas et voient que Biden exerce des pressions intenses sur Israël, mais il est inutile d’expliquer la politique étrangère de l’administration Biden à Todd : le simplisme gauchiste anti-israélien et pro-terrorisme lui convient très bien. Il baigne dedans depuis des décennies.

Todd dit que le monde occidental est composé d’”oligarchies nihilistes”. Parler d’oligarchie est dire que tout le pouvoir est entre les mains d’une caste restreinte et privilégiée, et nier l’existence des démocraties. Il y a encore des élections libres dans le monde occidental. Les populations font souvent des choix destructeurs, car une pensée unique de gauche lessive nombre de cerveaux. Il reste possible de combattre cette pensée unique, sans quoi des gens comme Ronald Reagan, Margaret Thatcher, Donald Trump ne seraient jamais arrivés au pouvoir. Et les démocraties occidentales permettent encore la liberté de parler et de penser.

Le nihilisme signifie la destruction de toutes les valeurs intellectuelles et morales : la gauche en Europe et aux Etats-Unis veut cette destruction, mais elle n’a pas encore totalement gagné, et une résistance existe. Quand il parle de nihilisme, cela dit, Emmanuel Todd ne vise pas la gauche à laquelle il appartient et qui est le principal vecteur de nihilisme aujourd’hui. L’autoritarisme que Todd préfère visiblement à la démocratie détruit toute liberté de parler et de penser et détruit aussi les valeurs intellectuelles et morales.  Todd est aveugle au fait que la Russie, la Chine, l’Iran sont des pays régis par des systèmes oligarchiques du type nomenklatura. Et il est aveugle aussi face au fait que l’oligarchie russe qui pense à s’enrichir sans scrupules et dans un mépris total pour la population constitue le comble du nihilisme. Aux Etats-Unis que Todd déteste, et regarde avec les yeux de la haine et du mépris (il niera ce que j’écris, je sais, mais haine et mépris sont flagrants quand on le lit), la parole et la pensée sont libres, et les valeurs intellectuelles et morales sont fortes encore, malgré l’action délétère de la gauche et de l’extrême gauche.

Comme nombre de pseudo “spécialistes des Etats-Unis” en France, ai-je dit, Todd ne fait aucune différence entre les administrations démocrates et républicaines. Et pour un ignorant, il n’y a sans doute aucune différence entre la politique suivie par Obama ou Biden, et celle suivie par Trump.

Il insiste sur “l’échec de l’OTAN et de l’Ukraine face à l’offensive russe”, mais ignore totalement que la force principale de l’OTAN est les Etats-Unis, et que l’administration Biden n’a jamais voulu la victoire de l’Ukraine et n’a strictement jamais donné à celle-ci les moyens de gagner. Il dit que les Etats-Unis n’ont jamais eu les moyens de produire assez d’armes pour la victoire : les Etats-Unis avaient assez d’armes pour assurer une victoire rapide de l’Ukraine sur la Russie, l’administration Biden n’a pas donné les armes requises, et tout en donnant des armes, n’a pas demandé aux entreprises américaines qui les fabriquent de relancer leur production, ce qui signifie que l’administration Biden voulait l’affaiblissement militaire des Etats-Unis.

Todd continue à dire que l’agresseur en Ukraine a été les Etats-Unis : on croirait lire du Vladimir Poutine dans le texte. Le peuple ukrainien a le droit de disposer de lui-même, et Poutine n’a aucun droit de lui nier ce droit. L’Ukraine, Etat souverain, n’a pas agressé la Russie, les Etats-Unis n’ont pas agressé la Russie non plus. La Russie a agressé l’Ukraine. Le Donbass fait partie intégrante de l’Ukraine et Poutine n’avait aucun droit d’y créer des pseudo républiques sécessionnistes et d’armer des milices au service de la sécession. Si une puissance étrangère armait des milices en Corse ou en Alsace et reconnaissait une pseudo république corse ou une pseudo république alsacienne, ce serait une agression contre la souveraineté de la France. Ce qui s’est passé au Donbass est du même ordre.

Et il montre qu’il ignore que l’administration Biden est en réalité une administration anti-américaine, ce que j’ai expliqué déjà en détail.

Comme je l’ai déjà écrit, si l’administration Biden reste au pouvoir, les Etats-Unis glisseront vers la déchéance et nous entrerons dans un monde post-américain, qui est celui dont rêve Emmanuel Todd, et dans ce monde, la Russie ne sera pas une grande puissance, contrairement à ce qu’écrit Emmanuel Todd : elle restera irrémédiablement une puissance déchue. Ce monde sera dominé par la Chine communiste dont la Russie dictatoriale deviendra le vassal et dont l’Iran des mollahs sera l’autre vassal. Ce monde sera brutal, plus pauvre, liberticide.

Si les Républicains reviennent au pouvoir, et si Trump gagne en novembre, les Etats-Unis retrouveront rapidement leur grandeur, et le livre La défaite de l’Occident pourra être placé dans une bibliothèque à côté d’Après l’empire, et dans une rangée où figureront d’autres livres qui prédisaient faussement la chute des Etats-Unis.

Le livre d’Emmanuel Todd se vend très bien, comme les précédents livres d’Emmanuel Todd. Il y a un vaste public en France pour les livres de gauche anti-américains et pour les livres teintés de marxisme, et quand bien même ces livres sont ineptes et intellectuellement très déficients, ils permettent aux adeptes du ressentiment d’assouvir leurs aigres fantasmes.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

En savoir plus sur Dreuz.info

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading