Publié par Magali Marc le 8 mars 2024

Comme le souligne Guy Millière dans son article récent, les Démocrates n’ont pas de candidat capable de remplacer Joe Biden. Ils n’ont pas le choix, dès lors, de faire avec un vieillard sénile et corrompu. Faute de pouvoir défendre leur bilan, ils vont donc avoir comme stratégie (outre les divers procès dont la plupart ont peu de chance d’aboutir ou de nuire à Donald Trump avant novembre), le salissage systématique de l’ex-Président. C’est déjà commencé. Il est certain que ce jeudi soir, Joe va se livrer à des attaques contre Donald Trump lors de son discours sur l’État de l’Union.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de Matt Vespa, paru sur le site de Townhall, le 7 mars.

Devenez “lecteur premium”, pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







*********************************************

La campagne de Joe Biden veut se concentrer sur la “jugulaire” de Donald Trump

N’était-il pas de règle que la première campagne à se montrer négative est un signe de faiblesse ?

La campagne de Biden correspond à ce critère.

Contrairement au Parti Républicain, qui s’unifie sous l’impulsion de Donald Trump, le Parti Démocrate compte de multiples factions en désaccord avec Joe Biden.

Ces factions sont toutes des tueurs potentiels d’élections s’il n’y a pas de revirement, mais l’équipe de Joe Biden a tout le temps d’apaiser l’angoisse des électeurs noirs, hispaniques, musulmans américains et des syndicats.

Joe a-t-il les compétences et l’acuité mentale nécessaires pour y parvenir ? Non, il ne les a pas. La stratégie de l’équipe Biden contre M. Trump en 2024 est une reprise du plan d’Obama contre Mitt Romney : démolir Donald Trump.

Le président a l’intention de s’attaquer à la “jugulaire” de M. Trump en se moquant de lui tous les jours (via Axios) :

Le président Biden fait la promotion, en privé, d’une approche beaucoup plus agressive pour 2024 : s’attaquer à la jugulaire de Donald Trump. Pourquoi c’est important : Joe Biden est convaincu qu’il fera trembler Donald Trump s’il le raille quotidiennement. M. Biden a confié à des amis qu’il pensait que M. Trump était bancal, tant sur le plan intellectuel qu’émotionnel, et qu’il exploserait si M. Biden le harcelait sans relâche – “qu’il se détraquerait en public“, comme l’a dit un conseiller. D’autres sources nous disent que Biden cherche la bagarre.

L’instinct de M. Biden lui dicte de se laisser aller lorsqu’il met en garde contre les conséquences d’une nouvelle victoire de M. Trump à la présidence. M. Biden a déclaré au New Yorker que M. Trump refuserait d’admettre qu’il a encore perdu. Entre les lignes : L’approche “attaquer Trump” s’éloignerait d’une campagne de réélection traditionnelle dans la Roseraie. Au lieu de se concentrer sur l’emploi et l’économie – domaines dans lesquels les sondages suggèrent que les Américains n’accordent pas beaucoup de crédit à Joe Biden – Joe Biden ferait en sorte que la compétition porte autant sur M. Trump que sur ses propres réalisations. Un avantage potentiel : cela permettrait d’apaiser les inquiétudes concernant l’âge de Biden en montrant qu’à 81 ans, il peut encore cogner dur.

Attendez, M. Biden pense que M. Trump est bancal, dit l’homme qui ne se souvient pas quand son fils est mort ?

Le même Joe Biden qui a confondu les présidents du Mexique et de l’Égypte, ainsi qu’une foule d’autres dirigeants européens, dont certains sont décédés?

Tout ce que Biden doit faire, c’est cesser d’être effrayant, ne pas s’endormir dans le Bureau ovale pendant les séances de photos et ne pas marmonner sur le podium.

Il ne peut pas faire cela – il est sénile. Tout le monde le sait et peut voir qu’il ne peut pas faire le travail.

La réaction de Donald Trump sera intéressante.

S’il mord à l’hameçon, Joe Biden pourrait redresser certains aspects de sa campagne défaillante.

En revanche, si M. Trump fait preuve de retenue, souligne les échecs de M. Biden et pivote, le plan de Joe pourrait tomber à plat, tout comme sa présidence.

Donald Trump peut facilement dire que Joe a peur de lui parce qu’il a un bilan désastreux et une entreprise familiale corrompue, ce qui explique pourquoi ils l’attaquent tous.

J’ai déjà été suffisamment attaqué par des gens bien pires – retourne à ton jeu de shuffleboard, Joe. Ou peut-être pas, parce que tu risques de tomber.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : Townhall

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

En savoir plus sur Dreuz.info

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading