Publié par Jean-Patrick Grumberg le 26 mars 2024

Une enquête psychologique finlandaise a étudié l’adhésion au wokisme, dont les piliers sont la « théorie critique de la justice sociale » et la « théorie critique de la race ».

Les résultats, publiés dans le Scandinavian Journal of Psychology, révèlent que les personnes présentant des cas accrus d’anxiété et de dépression s’alignement plus fortement sur les idées « woke ».

L’essor de la critique de la justice sociale, qui se concentre sur les inégalités entre divers groupes identitaires, a suscité des discussions sur son influence dans le monde universitaire, la politique et la vie de tous les jours. Cette orientation vers une conception particulièrement extrême de la justice sociale – souvent associée à des concepts tels que l’intersectionnalité, l’antiracisme et le « wokisme » – a été à la fois louée pour sa reconnaissance des barrières auxquelles sont confrontés des groupes fragiles, marginalisés, et critiquée pour son approche radicale de l’identité, et ses attaques contre la liberté d’expression.

L’auteur de l’étude a cherché à créer un outil fiable pour évaluer le wokisme, sa prévalence et ses effets.

“J’avais prêté attention à une évolution dans les universités américaines, où un nouveau discours sur la justice sociale s’est imposé dans les années 2010 », a déclaré l’auteur de l’étude, Oskari Lahtinen, chercheur principal au centre phare de recherche INVEST de l’université de Turku.

L’étude, dans sa dernière phase, a été faite sur plus de 5 000 participants dans le cadre d’une enquête nationale distribuée par Helsingin Sanomat, le plus grand journal finlandais. Elle faisait réagir les personnes interrogées sur sept sujets :

  • Si les Blancs ont en moyenne un niveau de revenu plus élevé que les Noirs, c’est à cause du racisme.
  • Les listes de lecture des universités devraient comprendre moins d’auteurs blancs ou européens.
  • Les microagressions doivent être combattues activement et régulièrement.
  • Les femmes trans qui participent à des compétitions sportives avec des femmes ne contribuent pas à la défense des droits des femmes. (question inversée)
  • Nous n’avons pas besoin de parler davantage de la couleur de la peau des gens.
  • Une personne blanche ne peut pas comprendre les sentiments d’une personne noire aussi bien qu’une autre personne noire.
  • Un membre d’un groupe privilégié peut adopter des caractéristiques ou des éléments culturels d’un groupe moins privilégié. (question inversée)

Des résultats pas si étonnants

“Le fossé entre les sexes m’a probablement le plus surpris », a déclaré Lahtinen au PsyPost. Trois femmes sur cinq voient les idées « woke » d’un bon œil, mais seulement un homme sur sept. C’est le cas en Finlande, du moins”.

  • Les personnes qui s’identifient à des partis politiques de gauche et les étudiantes universitaires dans des domaines tels que les sciences sociales, l’éducation et les sciences humaines ont un niveau plus élevé d’accord avec les théories critiques de la justice sociale.
  • A l’inverse, les individus associés aux domaines des STIM (Science, technologie, ingénierie et mathématique) et qui s’identifient aux partis politiques de droite ont tendance à être moins d’accord avec les principes woke.

Devenez “lecteur premium”, pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







La relation entre le wokisme et le bien-être mental

Lahtinen a constaté une corrélation entre l’adhésion à la théorie critique de la justice sociale et l’augmentation des rapports d’anxiété et de dépression.

Les personnes d’accord avec l’affirmation « Si les Blancs ont en moyenne un revenu plus élevé que les Noirs, c’est à cause du racisme » présentent le niveau le plus élevé d’anxiété et de dépression, et le niveau le plus faible de bonheur.

“Toutefois, dit Lahtinen, ces associations étaient plus fortement corrélées à l’orientation politique des participants qu’aux attitudes critiques en matière de justice sociale en tant que telle ».

Plus précisément, le fait d’être politiquement à gauche était plus prédictif d’un bien-être mental plus faible que des scores élevés en matière de justice sociale critique.

Cela suggère que le lien entre le wokisme et la santé mentale est complexe, et peut être influencé par les croyances politiques et idéologiques. « Toutefois », met en garde l’auteur, « le fait que l’étude se concentre sur la Finlande impose la prudence lorsqu’il s’agit de généraliser ses conclusions à d’autres ».

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

L’étude, intitulée « Construction and validation of a scale for assessing critical social justice attitudes » (Construction et validation d’une échelle d’évaluation des attitudes critiques en matière de justice sociale), a été publiée le 14 mars 2024.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

En savoir plus sur Dreuz.info

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading