Publié par Magali Marc le 22 mars 2024

Le président de la commission de surveillance de la Chambre des représentants, James Comer a ouvert une enquête sur le président Biden l’année dernière, l’accusant d’infractions et de délits graves. Quinze mois plus tard, les audiences de certains proches collaborateurs de Hunter Biden ont placé son père à proximité des personnes impliquées dans certaines de ses transactions – contredisant les affirmations répétées du président selon lesquelles il n’était pas au courant des affaires de son fils. En pleine campagne électorale, les audiences qui continuent, démontrent la corruption de la famille Biden. Ces audiences constituent un véritable supplice de la goutte d’eau qui n’aboutira pas à la destitution du président Biden mais nuira à sa réélection !

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de Nick Arama, paru sur le site de RedState, le 21 mars.

Devenez “lecteur premium”, pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre







*****************************************

Après l’audience de l’enquête sur la destitution, James Comer a un message surprise pour Joe Biden qui ne va pas lui plaire

Comme nous l’avions annoncé, l’audition de la Commission de surveillance de la Chambre des représentants sur l’enquête de destitution a été mouvementée mercredi, à l’occasion du témoignage d’anciens associés de Hunter Biden.

L’objectif de l’audition a été énoncé dans son titre : Il ne s’agissait pas tant de Hunter que de Joe Biden – “Trafic d’influence : Examen de l’abus de pouvoir de Joe Biden“.

Les témoins Tony Bobulinski et Jason Galanis ont expliqué comment la “marque” Biden avait contribué à l’essor de leur entreprise à l’époque.

Hunter Biden était censé se présenter pour témoigner à l’audience, mais il ne l’a pas fait.

M. Bobulinski l’a interpellé, l’accusant, ainsi que Jim Biden, de s’être parjurés lors de leurs entretiens respectifs à huis clos.

Comme cela a été rapporté sur notre site frère, Townhall, James Comer, qui préside la Commission de surveillance de la Chambre des représentants, a déclaré que le témoignage de Hunter était en contradiction avec celui d’autres témoins.

M. Comer a expliqué que ces témoins avaient fourni des informations “impliquant directement le président Biden et sa famille dans des affaires de trafic d’influence“.

Il a expliqué comment cela avait permis à la famille Biden d’obtenir plus de 20 millions de dollars pour aucun service discernable.

M. Comer a aussi expliqué qu’il avait invité Hunter Biden pour qu’il puisse être confronté aux autres témoins, mais “il est désormais introuvable“.

Hunter a nié le rôle de son père, a déclaré M. Comer, et il s’agit donc d’un conflit matériel.

M. Comer a donc eu une réaction intéressante pour résoudre ce conflit, qu’il a annoncée à la fin de l’audition de mercredi : Il inviterait Joe Biden à témoigner pour aborder les conflits, traiter de ces questions et expliquer pourquoi sa famille a reçu tout cet argent.
M. Comer a déclaré que Joe “a été utilisé par sa famille” ou bien “qu’il savait exactement ce qu’il faisait pour enrichir sa famille“:

« Joe Biden était soit complice, soit incompétent. Et le peuple américain mérite de savoir ce qu’il en est, mais ni l’un ni l’autre n’est acceptable pour le dirigeant des États-Unis », a souligné M. Comer.

On pourrait penser que la Maison-Blanche souhaite que M. Biden comparaisse pour se disculper. Mais nous savons d’ores et déjà qu’elle ne peut pas le faire.

L’interview de l’ancien conseiller spécial Robert Hur a été un tel gâchis, et a tellement exposé M. Biden qu’ils ne peuvent pas prendre le risque de le faire participer à une interview volontaire parce qu’ils n’ont aucune idée de ce qu’il y dirait.

Ils ne peuvent pas non plus prendre le risque d’une nouvelle interview qui exposerait autant ses problèmes.

En outre, Joe Biden risquerait de dire des choses qui ne seraient pas bonnes concernant le trafic d’influence.

Le porte-parole du conseil de la Maison Blanche, Ian Sams, a tenté de minimiser l’importance de l’enquête et d’affirmer que le Parti Républicain n’a aucune preuve. Mais c’était difficile à faire après le témoignage de M. Bobulinski.

Les Démocrates n’ont pas beaucoup d’options.

Il était clair qu’ils ne laisseraient pas Biden témoigner.

Tout ce qu’ils peuvent faire, c’est tenter d’attaquer les preuves. Mais si Biden n’est pas prêt à témoigner, cela en dit long.

James Comer les a mis au pied du mur.

Les Républicains devraient en tirer profit et souligner ce que cela signifie pour Joe Biden de refuser de témoigner.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : Redstate

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

En savoir plus sur Dreuz.info

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading