Publié par Gally le 25 mars 2024

Qu’est-ce que c’est que d’être un Arabe en Israël aujourd’hui ? En un mot, horrible.

J’ai passé la majeure partie de ma vie dans le nord d’Israël, un symbole de coexistence où Juifs et Arabes ont vécu côte à côte en harmonie. Pourtant, aujourd’hui, pour la première fois de ma vie, je comprends pourquoi les Juifs ont peur de nous.

Comme tous les Israéliens, j’étais rivée aux informations le matin du 7 octobre, lorsque des terroristes du Hamas se sont infiltrés dans le pays et ont assassiné et enlevé sans distinction des hommes, des femmes, des enfants, des personnes âgées, des Juifs, des Arabes et des ressortissants étrangers. Les chiffres stupéfiants sont désormais gravés dans nos mémoires : plus de 1 400 personnes assassinées et 240 prises en otage. Comme tous les Israéliens, j’ai été dévastée.

Devenez “lecteur premium”, pour avoir accès à une navigation sans publicité, et nous soutenir financièrement pour continuer de défendre vos idées !

En tant que lecteur premium, vous pouvez également participer à la discussion et publier des commentaires.

Montant libre






Lorsque j’ai vu une femme âgée se faire enlever et emmener à Gaza, j’ai pensé qu’il aurait pu s’agir de ma propre mère, qui a aujourd’hui 95 ans. Lorsque j’ai lu des rapports faisant état de jeunes enfants massacrés, j’ai pensé au fils de mon meilleur ami. Lorsqu’il était bébé, il jouait avec ses petits doigts délicats qui glissaient dans mes cheveux. Aujourd’hui adulte, il sert dans l’armée de réserve de Tsahal et je m’endors chaque nuit en me demandant s’il est en sécurité. Et lorsque j’ai vu les photos des Arabes et des Bédouins qui ont été tués, je me suis vue.

Dans ce contexte, la paranoïa, la tension et la peur que les Juifs ressentent lorsqu’ils rencontrent des Arabes sont compréhensibles. En tant que chercheur qui étudie le fonctionnement du cerveau humain, je peux vous dire que lorsque le cerveau subit un stress important, il est naturel de généraliser son environnement comme mécanisme d’adaptation. Les regards suspicieux que j’avais l’habitude de recevoir en entrant et en sortant de l’aéroport Ben Gurion sont maintenant dirigés vers les Arabes israéliens dans tout le pays.

L’autre question que l’on me pose fréquemment est la suivante : “Condamnez-vous le Hamas ?” En posant cette question aux Arabes israéliens, on passe à côté d’un aspect fondamental, à savoir à quel point nous sommes imbriqués dans la vie israélienne. Est-il logique de demander à un juif israélien s’il condamne le Hamas ? Bien sûr que non.

C’est pourquoi le monde doit comprendre que les Arabes israéliens rejettent le Hamas et son idéologie tout autant que les Juifs.

On me pose également la question suivante : “N’avez-vous pas de peine pour les habitants de Gaza et ce qui leur arrive ?” Bien sûr que oui. Chaque jour, je pense aux nombreux enfants gazaouis qui réclament leur mère, tout comme je ne peux m’empêcher d’imaginer les enfants juifs captifs du Hamas. À ces enfants israéliens et palestiniens captifs qui pleurent eux aussi de peur, je demande : qui les nourrit ? Qui les prend dans ses bras lorsqu’ils pleurent ? Qui leur dit que tout ira bien ? Et dans ce cas, le Hamas est également à blâmer pour avoir cyniquement utilisé leur peur pour faire avancer un programme de terreur.

Montrer de l’empathie pour une partie d’un conflit n’annule pas la capacité à avoir de l’empathie pour l’autre partie. Au contraire, cela montre que l’on est humain. Les Arabes n’ont pas besoin de choisir un camp dans ce conflit.

Pour le bien de l’humanité, j’implore la communauté arabe d’aller de l’avant et de comprendre de manière intelligente et responsable le récit juif, comme nous lui demandons de comprendre le nôtre depuis 75 ans. Pour la première fois, en tant que minorité arabe, il nous est demandé de faire preuve d’empathie et de comprendre le récit de la majorité.

À l’université de Haïfa, c’est ce que nous nous préparons à faire. Alors que le début de l’année scolaire a été retardé en raison de la guerre, l’administration de l’université réfléchit aux moyens de faire baisser la température sur le campus afin que nos étudiants soient réintégrés dans un environnement pacifique.

Dans la ville de Haïfa, il y a des quartiers et des immeubles mixtes. À l’université, Juifs et Arabes apprennent et grandissent ensemble. C’est ce paradigme qu’Israël doit reproduire pour tourner la page de la tragédie du 7 octobre.

Je ne suis pas contrariée lorsque je vois les affiches en hébreu sur le campus qui disent “Ensemble, nous gagnerons“, parce que je sais que les Arabes sont inclus dans ce combat.

Ensemble, nous pouvons utiliser notre voix pour nous élever contre les niveaux croissants de discrimination que nous observons.

On m’a également demandé récemment si je me voyais un jour quitter Israël pour un pays où la population arabe est beaucoup plus importante, comme la France. Ma réponse est claire : je ne vais nulle part. Israël est ma maison.

Pour les Juifs comme pour les Arabes, ce pays est spécial. Lorsque chacun d’entre nous voit un olivier, nous sommes émerveillés par cette force majestueuse, par la capacité de la nature à pousser sur le sol aride du désert.

Si les Juifs et les Arabes sont catégoriques sur le fait qu’ils ne vont nulle part, c’est aux deux communautés de déterminer ce qui va suivre d’une manière saine et productive.

Israeli

Le 7 octobre, le Hamas a fait bien plus que tuer 1 400 personnes. Il a également fait reculer tout espoir de paix, nous préparant tous à une nouvelle génération de violence. Mais pour chaque tragédie, il y a une lueur d’espoir. Une enquête récente de l’Institut israélien de la démocratie (IDI) indique que 70 % des Arabes d’Israël s’identifient à l’État d’Israël. L’IDI signale le pourcentage le plus élevé de personnes interrogées qui se sentent appartenir à l’État depuis qu’il a commencé à poser cette question en 2003. Cela montre que la communauté arabe d’Israël aspire à s’intégrer davantage dans la société et à prendre ses distances par rapport à des acteurs de mauvaise foi comme le Hamas.

Les Arabes et les Juifs israéliens sont comme le sel et le poivre : Ils ont tous deux leur place sur la table, et une fois qu’ils sont saupoudrés dans un plat, il est presque impossible de les distinguer. Nous devons embrasser et chérir notre destin commun en travaillant les uns avec les autres, en engageant un dialogue constructif et en comprenant que lorsqu’il s’agit de coexistence et de vie partagée, il n’y a rien à craindre.

Mouna Maroun est vice-présidente et doyenne de la recherche à l’université de Haïfa et ancienne directrice du département de neurobiologie de Sagol. Elle est diplômée de l’université de première génération, la première femme de sa ville natale d’Isfiya à obtenir un doctorat et la première femme arabe d’Israël à occuper un poste de professeur de haut niveau dans le domaine des sciences naturelles.

Source : Newsweek

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © traduction par Gally pour Dreuz.info.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

En savoir plus sur Dreuz.info

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading