Publié par Gaia - Dreuz le 25 mars 2024

La BBC s’est retrouvée au cœur d’une nouvelle controverse sur l’impartialité à la suite d’un reportage impliquant des soldats israéliens dans des allégations de mauvais traitements infligés à des médecins dans un hôpital de Gaza.

Ce reportage, qui a suscité des critiques dans le monde entier et a amené le ministre des affaires étrangères Lord Cameron à demander des “réponses”, est maintenant éclipsé par des révélations sur les activités des journalistes concernés sur les réseaux sociaux. L’analyse qui a mis au jour le dernier scandale en date touchant la BBC a été menée par le quotidien britannique The Daily Mai.

Soha Ibrahim et Marie-Jose Al Azzi, deux reporters arabes de la BBC à qui l’on attribue la paternité de l’article, ont fait preuve de partialité apparente dans leurs engagements en ligne. Soha Ibrahim a soutenu des actions et des événements célébrant ou associés au Hamas, un groupe reconnu comme une organisation terroriste par de nombreux pays, y compris des actions célébrant des attaques terroristes et des sentiments anti-israéliens. Par exemple, elle a exprimé son admiration pour une vidéo montrant la dégradation d’un portrait d’Arthur Balfour, figure clé de l’établissement d’un foyer national pour le peuple juif en Palestine. En outre, le jour des attaques du Hamas, le 7 octobre, Mme Ibrahim a “aimé” et partagé des contenus qui semblaient se délecter de la violence, notamment des messages commémorant l’auteur d’une attaque qui a tué des Israéliens.

Al Azzi, basé au Liban, a déjà qualifié Israël d'”État terroriste de l’apartheid” dans un message publié en 2018 et désormais supprimé, affichant ainsi une position claire sur le conflit israélo-palestinien. L’implication du photojournaliste indépendant Muath Al Khatib, qui a participé à la rhétorique antijuive, complique encore l’engagement de la BBC à fournir des reportages impartiaux. Les commentaires passés de Khatib sur le fait qu’elle a rencontré plus de juifs que de locaux lors de ses vacances en Thaïlande soulignent le problème omniprésent des préjugés personnels qui influencent les reportages professionnels.

Cette situation a suscité des accusations à l’encontre de la BBC, accusée d’avoir un parti pris institutionnel à l’encontre d’Israël. Le député juif conservateur Andrew Percy a critiqué l’organisation pour avoir employé des journalistes apparemment hostiles à Israël et, par extension, potentiellement aux personnes juives. Les commentaires de Percy mettent également en garde contre les réactions hâtives à des reportages sans une compréhension approfondie des faits et des personnes qui les rapportent.

Ces développements ont ravivé les débats sur la représentation du Hamas par la BBC et sur l’exactitude de ses reportages, en particulier en ce qui concerne les événements du conflit. La réticence initiale du radiodiffuseur à qualifier le Hamas de terroriste et la couverture erronée d’une attaque contre un hôpital de Gaza ont contribué à ces critiques. Les enquêtes précédentes sur le personnel de la BBC arabe pour avoir justifié la violence contre les civils israéliens sur les médias sociaux, et dont certains ont repris leurs fonctions de reportage, soulignent encore les défis auxquels la BBC est confrontée pour maintenir l’objectivité et l’impartialité.

Alors que la BBC s’engage à prendre au sérieux les infractions aux lignes directrices sur les médias sociaux, l’intégrité des reportages sur le conflit israélo-palestinien reste sous surveillance. Les allégations de partialité et l’impact potentiel sur la perception du public soulignent l’importance de normes éditoriales rigoureuses et de reportages impartiaux pour façonner des points de vue informés et équilibrés sur des questions internationales aussi complexes.

Source : The Judean

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Gaïa pour Dreuz.info.

Abonnez-vous sans tarder à notre chaîne Telegram, pour le cas où Dreuz soit censuré, ou son accès coupé. Cliquez ici : Dreuz.Info.Telegram.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

En savoir plus sur Dreuz.info

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading